21/06/2017

Hello IQUOS,

Une jolie nom....un petit oiseau très coloré et le tour est joué: c'est le nouveau dada de Philip Morris qui devrait rapporter gros et remplacer l'horrible cigarette qui brûle les poumons de nombreux tabagiques. C'est le nouveau Nirvana que promet ce cigarettier car IKOS ne brule pas mais chauffe seulement. Bien entendu d’après les "études" toujours menées par ce même cigarettier il n'y aurait aucun danger d'utiliser ce nouveau mode de fumer. Philip Morris va même créer au Flon à Lausanne le premier temple de ce mode à la gloire du tabac.

Oui mais voilà que des troubles fêtes viennent brouiller cette belle image. Une équipe de chercheurs de Lausanne vient de publier ( JAMA internal Medecine du 22 mai 2017) un article sur leur étude montrant "un rejet,en particulier via une processus de pyrolyse, de substances aussi nocives que celles émises par la cigarette normale".

Une virulente attaque avec menace juridique de Philip Morris faisant fi de la liberté académique qui doit absolument être garantie aux chercheurs a demandé le retrait de cette étude par une lettre recommandée adressée au doyen de la faculté de biologie et médecine de l'université de Lausanne qui n'a pas du tout l’intention de se laisser faire.

Comment vont réagir les organismes publics de financement pour soutenir cette étude? Vont-ils aider les études nécessaires prolongeant celle-ci ou vont-ils être intimidés et ne pas affronter la puissance financière et politique de Philip Morris? Quel est le poids de la vérité scientifique et de la santé publique face à ce monstre ?

 

Béatrice Deslarzes

Médecin FMH-ORL

 

16:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

15/06/2017

Une véritable catastrophe

Suite à mon précédent blog concernant le pouvoir grandissant des caisses maladie une nouvelle catastrophe  guette les médecins mais surtout les patients. Suite au départ surprenant de Didier Burkhalter du Conseil Fédéral Ignazio Cassis serait le favori pour prendre la place vacante.Il a peut-être de nombreux atouts et connaissances dans le domaine politique mais un gros point négatif pour la population concernant son rôle au niveau des assurances maladie. Il est à la tête de Curafutura l'une des faitières du secteur qui groupe 3 des plus grosses caisses en Suisse.

Vive le lobby des assurances qui va entrer au Conseil Fédéral soutenu par celui qui les représente.

Pour le coup que toutes les initiatives pour baisser les primes seront bien vite enterrées et éliminées  par ce candidat tessinois qui va défendre avant tout son propre intérêt.

Il faut absolument éviter cette nomination car c'est introduire le loup dans la bergerie et compliquer encore plus le problème des assurances maladie qui seront encore moins au service des patients.

Béatrice Deslarzes

 

 

14:17 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

14/06/2017

Les assureurs mènent le bal

Une page toute entière dans le TDG d'aujourd'hui mercredi 14 juin pour faire part d'un réaction parfaitement justifiée de plusieurs confrères médecins concernant la révision des tarifs médicaux proposés (voire imposés) par Alain Berset à la solde des assureurs maladie. Ces dernières nous massacrent avec leur primes et maintenant elles veulent en plus faire la loi concernant les tarifs des médecins. Comparer une opération de la cataracte à une coupe chez le coiffeur c'est tout simplement impensable car totalement disproportionné!

Combien d'années de  formation faut-il pour faire une cataracte? Quelle comparaison entre la responsabilité du médecin et celle d'un coiffeur?Ce nouveau dictat des assurances ne fait que nous écraser encore un peu plus dans le non respect de leur rôle au service des patients c'est à dire de nous tous.

Payer de moins en moins pour pouvoir continuer à s'enrichir sur notre dos et suivre une loi qui leur  apporte le maximum de profit.

Ras le bol de cette domination insupportable. Révoltons nous contre elle et unissons nous pour enfin bénéficier d'une assurance maladie au service des patients comme l'est avant tout la médecine.

Béatrice Deslarzes

Médecin et patiente aussi.

 

17:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

09/06/2017

Un vrai scandale

La grande messe de Roland Garros bat son plein. De beaux matchs et vive le sport. Mais il y a un mais.....

C'est la présence quasi constante de Generalli l'assurance universelle qui utilise des enfants pour sa pub.Assurance ménage avec des enfants qui cassent tout avec leur raquettes; et surtout assurance automobile toujours avec des enfants dont l'un amasse les petites voitures dans ses bras avec un regard avide et possessif.

Comment peut-on tolérer de telles images qui gâchent totalement l'esprit sportif de ce noble sport qu'est le tennis?

C'est bien vrai que ce tournois est doté de prix faramineux mais il y a des limites à ne pas franchir et même si l'argent est roi on a pas le droit de se prostituer de cette façon et d'imposer un tel spectacle aux téléspectateurs.

Choquée complétement choquée par ce que peut faire la pub et jusqu'où elle peut aller pour attirer des futurs clients.C'est presque pire que l'industrie du tabac qui bénéficie aussi de trop de laxisme de la part des politiques puisque le parlement vient de refuser l'interdiction de la pub pour le tabac.

Décidément l'argent n'a toujours pas d'odeur et les jeunes ne sont pas assez protégés pour remplir les poches de certaines firmes sans aucune mesure.

Béatrice Deslarzes

 

 

 

 

16:51 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

29/05/2017

Le monde secret de Champ-Dollon


Cet article de la TDG d'aujourd'hui lundi 29 juin m'a replongée dans toutes ces années pendant lesquelles j'ai "fréquenté" la prison de Champ-D'ollon comme médecin consultant en ORL.
Dans les années 80 mon patron ORL aux HUG m'a proposé de monter un cabinet dans cette prison pour développer la consultation d'ORL Il m'avait choisie car il connaissait mon amour des marginaux et des plus démunis. J'étais très heureuse de franchir le grand portail de Manolo Torres qui s'ouvrait devant moi avec un simple appel car j'avais une carte spéciale attestant ma fonction dans cet établissement.
Pendant plus de 20 ans j'ai vécu tous les croquis du dessinateur et j'entends encore le bruit des trousseaux de clés et le grincement des lourdes portes qui séparaient les différentes unités.
On me posait aussi la question de ma peur des prisonniers que je n'ai jamais ressentie ; j'avais plus de méfiance envers les gardiens qui parfois pouvaient être assez vaches mais dont j'ai pu souvent apprécier le travail tout au long de ma carrière.Le cachot une horreur complètement inhumaine et à vous donner des frissons que vous n'oubliez pas.
C'est vraiment un milieu très particulier mais extrêmement touchant et même chaleureux.Les petits bourgeois qui se réjouissent et se sentent en sécurité parce que l'on enferme cette racaille comme ils l'appellent devraient parfois "goûter" de cette prison pour se rendre compte de cette ambiance et ressentir la souffrance des détenus.
J'ai encore l'habitude de dire " les plus dangereux ne sont pas derrière les barreaux".Je reste  persuadée que bon nombre des" grands" de ce monde pourraient être à leur place et que notre société   se porterait probablement bien mieux.

Béatrice Deslarzes
Ancien médecin consultant à Champ-Dollon

24/05/2017

Un contraste éclatant

Un véritable challenge que s'est fixé TTC lundi soir en mettant face à face les deux monstres sacrés Jean Ziegler et Peter Brabeck que tout oppose.

Ce qui m'a particulièrement frappée c'est ce contraste monumental qui existe entre ces deux mondes. Autant l'ancien patron de Nestlé représentait le monde superficiel dans toute son horreur autant le pourfendeur des plus démunis paraissait de plus en plus prés de la vérité et simplement humain.

Peter Brabeck rien ne semblait le toucher réellement sauf lorsque le sujet de l'argent et du profit était évoqué. Tout puait le fric et l'enfant gâté à qui tout a réussi dans la société même au détriment des pays les plus pauvres.Il assumait totalement le rôle néfaste que joue Nestlé en particuliers dans les pays en développement.Il frôlait la tricherie et la majorité des ses propos sonnaient vraiment faux malgré son sourire qui se voulait rassurant.

Jean Ziegler à l'opposé affinait très justement ses critiques justifiées à l'égard de cette oligarchie qu'il dénonce inlassablement. On sentait une sincérité à fleur de peau et tout ce qu'il disait venait du fonds du cœur avec par moments  une certaine forme de naïveté.

Jean continue à donner aux autres  Peter n'a cessé de prendre et continue à le faire.

Pour qui penche la balance?

Béatrice Deslarzes

 

 

17:59 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4)

15/05/2017

On frise la torture

Le procès de Fabrice A. a repris ce matin à Genève avec un grand fracas médiatique. Il va même être suivi en "live"avec retransmission immédiate sur le Web l'annonce la TDG d'aujourd'hui lundi 15 mai 2017.

Je me demande vraiment qu'est ce que ce nouveau moyen technique va apporter aux différentes victimes de ce procès ?Comment vont-elles faire le deuil d'Adeline devant ce déferlement impudique et plein de voyeurisme?Quels avantages représentent ce nouveau moyen de communication du point de vue juridique?

Ce procès qui se veut totalement nouveau ne fait que réveiller de monstrueux événements à l'entourage de cette jeune sociothérapeute.Il  doit revivre une nouvelle fois ce cauchemar car il est mis malgré lui devant un fait accompli parce que le pouvoir judiciaire genevois ne peut ou ne veut pas s'accorder.

La justice ne semble pas trop tenir compte de cette souffrance  car elle avance irrémédiablement dans un chemin impitoyable pour soit-disant connaître la vérité. Une démonstration qui blesse profondément des personnes qui ont  déjà subi de nombreux traumatismes et qui ainsi ne peuvent pas retrouver la paix.

Un procès vraiment inhumain qui torture inutilement.

Béatrice Deslarzes

www.bea-music.com

 

 

 

 

14:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)

04/05/2017

Négativisme

Pas une seule réponse claire aux questions posées par les journalistes, une critique acerbe et stérile de pratiquement tous les sujets, un petit sourire narquois et méchant aux coins des lèvres, un mot négatif pour pratiquement tout le monde et toutes les actions publiques,bref la démolition de tout avec le cynisme et le mensonge pour guide, c'est tout ce que j'ai pu voir hier soir de Marine Le Pen qui par moments ressemblait trait pour trait à son démolisseur de père. Rien de constructif que de la critique totalement négative dans la bouche de cette femme au programme politique destructeur. Une véritable honte pour la représentation féminine, pour l'image de la femme en général.

Oui j'ai eu vraiment  honte d'être une femme avec l'image très peu flatteuse et néfaste qu'elle a donnée hier soir lors de ce débat télévisé.

Béatrice Deslarzes

 

 

10:17 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3)

28/04/2017

A quoi joue-t-on ?

Hier soir c'est une toute première fois que j'ai regardé en direct les débats du Conseil Municipal de la ville de Genève sur Léman Bleu; il s'agissait d'un sujet très important : le budget.

J'ai été abasourdie en écoutant tout d'abord le brouhaha qui y régnait, un vrai poulailler piaillant et gesticulant sans aucune concentration ni respect pour ce que disait le conseiller municipal en charge de s'exprimer.

Mais ce n'était rien en comparaison à cette sorte de ping-pong incessant entre les différents votes entre la droite et la gauche. Chaque amendement de la gauche était balayé par la majorité de droite même si il s'agissait parfois de sommes presque ridicules par rapport au budget global.

Le social, la petite enfance, la culture tout y a passé.

Je me suis vraiment demandée à quoi sert une telle opposition de principe qui est vraiment totalement contre productive.  A quoi pensent les conseillers municipaux de droite en faisant des rivalités politiques leur unique objectif au mépris d'une volonté de travailler ensemble pour résoudre  les vrais problèmes au service de la population?

Quel petit jeu se contentent-ils de faire dans le seul but de se croire plus forts?

J'avoue que je n'ai pas eu le courage de suivre les débats  jusqu'à la fin, j'ai trouvé que ces "combats" étaient trop ridicules.

Béatrice Deslarzes

 

11:58 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

13/04/2017

Du courage beaucoup de courage

La TDG d'aujourd'hui jeudi 13 avril consacre un long article à Philippe Roch qui ose prendre une position hardie  contre la loi sur la Stratégie énergétique 2050 lui qui a toujours défendu fermement la nature et qui dénonce le lobby éolien bien visible dans cette loi. Comme ancien directeur de l'Office fédéral de l'environnement il souligne le caractère contre nature de cette loi qui ne tient pas assez compte de sa protection et qui empiète fortement sur l'environnement.

Même si sa position est clairement définie et prise un peu malgré lui je trouve sa décision extrêmement courageuse et je pense que les autorités devraient prendre plus en compte ses arguments afin de ne pas trop bétonner notre paysage.La nature est très précieuse et ne devrait pas être sacrifier sur l'autel de l'économie.

Béatrice Deslarzes

 

17:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4)

05/04/2017

Un cadeau royal bien mérité,


"L'écrin de l'école d'art a coûté prés de 100 millions" titre la TDG de mardi 4 avril.
Quelle splendide surprise pour la HEAD qui oeuvre depuis des années pour la culture et les différentes disciplines concernant l'art.
C'est une récompense merveilleuse qui souligne bien l'importance du soutien privé au moment où l'argent de l'Etat fait souvent défaut en particulier dans le domaine de la culture.
L'important c'est aussi que cette investissement va permettre de former encore mieux les futurs artistes sortants de cette école. Une véritable pépinière digne de ce coffret prestigieux qui va pouvoir se développer dans d'excellentes conditions.
L'art est vital pour notre société et le mécénat doit être encouragé pour permettre aux artistes émergents de se former et de pouvoir créer.
Comme présidente et fondatrice de la Fondation Bea pour Jeunes Artistes je peux témoigner du plaisir qu'offre le mécénat même à une échelle bien plus modeste que vient de le faire la Fondation Wilsdorf pour la HEAD.

Béatrice Deslarzes
www.fondationbea.com

15:14 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

13/03/2017

La bataille des caisses maladie

Une découverte magnifique ce matin en ouvrant la TDG d'aujourd'hui. Quel plaisir non dissimulé en voyant les deux ténors conseillers d'Etat en charge de la santé de Suisse Romande monter aux créneaux en proposant 2 initiatives qui ont pour but de mettre enfin de l'ordre et de la clarté dans cette poudrière qu'est le domaine de la santé. Bravo à Mauro Poggia et Pierre-Yves Maillard de se mouiller pour défendre les assurés en proposant enfin plus de contrôle et de transparence dans ce problème épineux.
Il faut un certain courage pour entreprendre ce qu'ils ont décidé en particulier de ne plus permettre aux parlementaires d'être dans les conseils d'administration des assurances maladie même si la conseillère nationale PLR Isabelle Moret prétend, dans une interview à la radio,que ce surplus de salaire est  nécessaire pour compléter et améliorer celui des parlementaires qui sont mal rémunérés (dixit).
C'est un pur conflit d'intérêts qui empêche de rester tout à fait objectif lorsqu'il s'agit de discuter et d'essayer de résoudre les problèmes liés à la santé au niveau national.
L'autre initiative sous forme d'une "caisse de compensation" cantonale va également contribuer à mettre en lumière la relation entre les coûts de la santé et les primes d'assurance car, contrairement à ce qu'affirme les caisses les courbes ne sont pas parallèles et les primes ont pris l'ascenseur beaucoup plus vite que les coûts réels de la santé.
Encore un grand merci à ces deux politiciens qui osent se jeter à l'eau pour essayer de trouver enfin  des solutions efficaces à ce casse tête politique et humain.

 Béatrice Deslarzes
Médecin

www.bea-music.com

04/03/2017

Subvention des caisses maladie

Impossible de rester insensible et muette suite à l'émission "Temps Présent" de jeudi passé sur ceux qui ne peuvent plus payer leur prime d'assurance maladie. Une réalité qui fait froid dans le dos et qui a révélé une pratique douteuse des caisses maladie concernant le remboursement des primes par l'Etat le plus souvent pour les plus pauvres d'entre nous.
C'est vraiment une attitude qui enfonce de plus en plus tous ceux qui sont au bord du gouffre et souvent  déjà criblés de dettes.
On engraisse les caisses maladie avec l'argent du contribuable en remboursant ces dettes en plus de leur faire payer des primes déraisonnables qui ne correspondent pas à l'augmentation réelle des coûts de la santé.
Quand est-ce que nos politiciens réaliseront que pour de nombreux ménages ces augmentations continues ne sont plus supportables?Ce n'est pas en "subventionnant" les caisses que l'on va résoudre ce grave sujet.Mais surtout quand est-ce qu' ils décideront d'empoigner ce problème de santé publique en se rendant compte que le système de la LAMAL ne fonctionne pas?
Il y a trop d'intérêts  financiers derrière qui profitent toujours aux mêmes et en particulier à ceux qui sont dans les conseils d'administration des différentes caisses et qui n'ont pas envie que le régime change.
Une belle hypocrisie: d'un côté certaines associations tentent de réagir en proposant un autre système et d'autre part la résistance s'entête à leur barrer la route uniquement par intérêt personnel. (exemple la caisse unique).
Il est grand temps d'exiger de la part des assurances maladie plus de transparence dans leur comptes pour que l'on puisse enfin savoir ce qu'elles font avec notre argent.
Mettre ces patients insolvables sur des listes noires c'est encore aggraver leur précarité et les enfoncer un peu plus dans leur misère.
Une attitude inadmissible voire inhumaine dans un système dans lequel la solidarité devrait jouer un rôle primordial.

Béatrice Deslarzes
Médecin
www.bea-music.com

17:32 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

01/03/2017

Des Fêtes au rabais

Un gros titre dans le TDG de mardi 28 février concernant les Fêtes de Genève sur un ton imprégné d'un peu de tristesse comme si on enlevait la chose la plus importante qui soit pour faire la grandeur de la ville du bout du lac.
Pour ma part j'ai toujours considéré ce déploiement comme futile voire inutile. Un gouffre à millions qui dérange la population genevoise et fait croire à une grandeur éphémère qui n'a que le bluff pour essayer de survivre.
Mais survivre à quoi et pour qui? Bruit ahurissant, orgies organisées, tourisme arabe et millionnaire, rien qui se rapproche du peuple et surtout qui est, par son soit disant éclat, très loin de lui.
Enfin en 2017 un groupe qui veut présenter quelque chose de plus abordable et surtout raisonnable.
Moins de flonflon et d'esbroufe pour enfin atteindre  une dimension plus réaliste et surtout plus humaine.
Il est vrai que ces dernières années plus rien ne faisait peur aux organisateurs qui ont dépensé sans aucune limite l'argent du contribuable de moins en partie surtout pour faire des feux toujours plus coûteux et dépassant vraiment les limites de ce qui est permis.
Un monde qui est au bord du gouffre et dans lequel la précarité et la pauvreté explosent et une ville qui dépense en fumée l'argent sans compter.
Pourquoi ne pas supprimer ces Fêtes en expliquant au gens  que ces sommes ou au moins une partie pourraient être distribuées  pour diminuer cette précarité?
Un but beaucoup plus positif que de jeter cette argent en l'air dans un grand feu d'artifices qui ne laisse que des cendres derrière lui.
Un peu utopiste cette solution mais on a toujours le droit de rêver même à Genève ville dans laquelle se côtoient une opulence honteuse  et  une précarité masquée.

Béatrice Deslarzes

www.bea-music.com

22/02/2017

Acharnement oncologique

Lorsque j'étais assistante médecin aux HUGE dans les années 80, la médecine avait fait de tels progrès que l'on pouvait  souvent  parler d'acharnement thérapeutique.
C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'étais dans le petit groupe qui a fondé EXIT en 1982.
Une réaction compréhensible car d'acharnement on pouvait vraiment parler.
Nous sommes en 2017 et les progrès  de la médecin ne cesse d'évoluer ; l'opinion publique est de plus en plus ouverte à une fin de vie digne rejetant toute forme de persévérance inutile par des traitements sophistiqués plus ou moins contre le désir du patient.
Ce progrès vers le respect de la volonté de ce dernier est tangible mais il reste un noyau dur parmi mes confrères qui pousse la personne à continuer de consommer des traitements souvent injustifiés.
Pourquoi existe-t-il encore de tels confrères qui ne savent pas accepter que la maladie a gagné et qu'il faut savoir accompagner son patient jusqu'au bout face à la mort?
Chimiothérapie, radiothérapie, chirurgie se succèdent avec de fausses promesses de possible guérison à la clé.
Je reste persuadée que c'est surtout  la perte du pouvoir qui fait peur à bien des médecins mais aussi la mort qui reste trop souvent encore un tabou et un échec parmi  le corps médical.
Il existe encore une frontière entre le désir d'un patient et celui de son médecin concernant la fin de vie en particulier chez les oncologues qui trop fréquemment ne savent pas baisser les bras.

Béatrice Deslarzes
Médecin

www.bea-music.com

17:52 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

16/02/2017

La médecine, un business?

En tant qu'ancienne médecin hospitalière pendant des années , je ne peux résister à répondre à l'article de la TDG d'aujourd'hui jeudi 16 février 2017 "Les cabinets de groupes n'ont pas que des qualités".
Il est absolument clair que l'esprit de la constitution d'un cabinet de groupe par quelques confrères motivés et celui d'une grande firme ou institution n'est pas du tout la même.
La médecine a fait d'énormes progrès qui ont un côté positif mais il ne faut pas oublier qu'elle attire plein de "prédateurs" qui font avec elle un juteux profit.
Comme le dit bien cet article même la Migros s'en mêle et  ce n'est certainement pas pour les beaux yeux de ses clients quelle a décidé d'ouvrir des cabinets médicaux.
Les machines prennent la place de l'humain et le rapport médecin/patient se "robotise."Comme les investissements pour les acquérir coûtent de plus en plus chers il faut rentabiliser pour les amortir donc on pousse à la consommation.
Je pense vraiment que la médecine actuelle qui se déshumanise est en train de glisser sur la pente du fric et ceci malheureusement au détriment de notre relation avec le patient surtout si elle se laisse infiltrée par les grands groupes dont le seul but est de faire de l'argent.
Oû sont  passés nos bons médecins de famille? Il est vrai que l'on arrête pas le progrès même si celui-ci a trop souvent des aspects négatifs lorsqu'il se laisse envahir par le dieu économie.

Béatrice Deslarzes
Médecin

www.bea-music.com

18:04 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

13/02/2017

Le peuple a le pouvoir



Trés bel hommage à Patti Smith dans la TDG d'aujourd'hui lundi 13 février 2017 et du même  coup la votation de ce weekend sur la RIEIII prend tout son sens.
Toute la salle de l'Alhambra debout presque le poing en l'air pour acclamer cette égérie provocatrice et véridique. C'était samedi soir la veille des élections et certainement que dimanche soir cet hymne prenait encore plus de valeur au vue du résultat : un non massif à l'économie qui croit dicter sa loi au peuple.
Quelle coïncidence que ce concert révolutionnaire et surtout ce morceau emblématique qui mimait pleinement cette victoire du peuple suisse.
Pouvoir ainsi niquer la puissance de l'économie qui domine trop notre société qui perd de plus en plus ses vraies valeurs et qui fonce toujours plus en avant vers rien que le progrès en écrasant les minorités.
La gauche, la droite qu'est-ce que cela veut dire par rapport à notre réelle puissance lorsque nous sommes tous ensemble?
Nous avons la force de construire et cette résistance dont nous avons fait preuve dimanche le prouve.
Merci aussi à Patti Smith de nous l'avoir rappelé. Surtout merci à tous ceux qui ont montré que le peuple détient le pouvoir de se faire entendre contre le monde du fric  qui se croit tout permis et qui cherche à nous mater.

Béatrice Deslarzes
Ancienne conseillère municipale verte.

www.bea-music.com

18:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

27/01/2017

Honte à l'Art Genève


Cette grande foire de l'Art bat son plein ces jours. On y voit de tout mais surtout il est beaucoup question d'argent qui a pris même l'odeur du tabac.
 Et oui tout à côté de l'entrée vous serez surpris d'apprendre qu'il n'est plus tellement question d'Art dans sa plus noble définition.
Un peu caché, par discrétion ou par peur de choquer, ce trouve un stand payé par  Philipp Morris l'une des plus grandes firmes du tabac.
Qu'est-ce qu'elle peut bien faire dans cette galère? Quel rapport avec l'Art?Mais surtout quel rapport avec l'argent?
Hello IQOS est une nouvelle manière de fumer "une technologie révolutionnaire qui chauffe le tabac au lieu de le brûler". "Stop Burning ; Enjoy Heeting
Même si sur le prospectus distribué il est noté"Ce produit du tabac peut nuire à votre santé et créer une dépendance"je me suis demandé qu'est-ce que cette pub directe ou indirecte pouvait bien faire dans ce salon dédié à l'Art.
Implanter un stand qui vante une certaine manière de fumer dans ce milieu n'est rien d'autre que de donner l'occasion à des jeunes ou des moins jeunes de consommer ce toxique dangereux pour la santé.
Surtout c'est une manière de se prostituer uniquement par appât du gain.
Une honte acceptée ouvertement par ceux qui devraient ne montrer que le côté artistique d'une foire qui devient malheureusement essentiellement économique et dans laquelle l'argent est même  teinté d'une odeur nicotinique malsaine.

Béatrice Deslarzes
Médecin ORL

www.bea-music.com
 

15:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

22/01/2017

La justice récidive

 

Au mois d'octobre 2016 je me révoltais encore une fois concernant le drame de la Pâquerette et l'assassinat  sauvage de la jeune sociothérapeute Adeline car son procès traînait en longueur.
Mais voilà que l'on nous plonge dans un nouvel épisode tout aussi noir car l'enquête est encore reportée comme l'annonce la TDG de ce weekend. Non seulement on vient de récuser les juges de cette affaire mais on essaye encore une fois de gagner du temps pour que toute la vérité concernant les vrais responsables politiques ne puissent pas être mis en cause.
Pour moi il n'y a aucun doute on cherche à cacher quelque chose d'important et de grave qui risque bien d'éclabousser certains responsables au plus haut niveau de l'Etat.
Sinon a quoi sert tous ces renvois qui traumatisent tout le monde mais surtout la famille qui ne peut pas faire enfin son deuil. C'est une véritable torture incompréhensible et cruelle.
Il ne faut surtout pas que les membres du Collectif justice pour Adeline baissent les bras. C'est très pénible pour eux tous ces aller et retour qui n'ont aucun sens et peuvent les décourager. 
Je reste persuadée que la vérité va finir par sortir et qu' il faut que ce Collectif garde la confiance et continue à se battre pour la mémoire d'Adeline Il faut  que la justice s'occupe enfin des victimes et non pas qu'elle donne l'impression de défendre un assassin  récidiviste et dangereux en faisant trainer un procès qui aurait du connaître sa conclusion depuis longtemps.
 
Béatrice Deslarzes
Ancien médecin consultant à la prison de Champ d'Ollon
www.bea-music.com

16:34 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (5)

16/01/2017

Du cinéma chinois



Le Conseil Fédéral in corpore a sorti le grand jeu pour recevoir le président chinois Xi Jinping : la ville de Berne verrouillée par un nombre effarant de policiers, d' hélicoptères mobilisés, bref une véritable place d'armes pour empêcher l'action des manifestants défendants les droits humains et qui, à juste titre, voulaient montrer au monde le non respect de ces droits par la Chine.
Ils ont été repoussés dans l'ombre pendant que nos autorités festoyaient avec celui qu'il fallait ménager pour favoriser notre économie. Personne n'a osé aborder ce sujet tabou avec de président pour ne pas le froisser lors de sa visite.
On dit que l'argent n'a pas d'odeur et ce fut bien le cas puisque aucun faux pas n'a été fait et que le pouvoir économique de ce grand pays a été respecté avec lequel on va pouvoir faire des affaires même si si nous ne sommes pas du tout d'accord avec sa politique concernant les droits de l'homme qui ne sont pas respectés.
Nos autorités politiques nous ont montré comment baisser ses culottes devant les puissants à n'importe quel prix pour renflouer notre économie mais sans se soucier du respect de la dignité de notre pays.

Béatrice Deslarzes

www.bea-music.com