03/03/2011

Municipales vertes

Ce matin dans le TDG une espèce de sondage qui ne peut que me réjouir.

Les membres du Conseil Municipal de la Ville de Genève ont étés invités à désigner le meilleur d'entre eux à la veille des élections du 13 mars.

Et c'est un Vert qui a la côte puisqu'il est arrivé en première position....

Serait-ce une heureuse prédiction pour tous les Verts du canton de Genève et, bien entendu, pour les quatre candidats des  Verts de la jeune ville de Veyrier? Tout espoir est permis même si il y eu une petite "boulette" dans le document spécial élections publié par les deux associations locales celle des intérêts de Pinchat et de Vessy puisque je n'y figure pas dans la liste des candidats au Conseil Municipal de Veyrier et ceci à mon grand désespoir.

Souhaitons tous ensemble que cet événement malheureux ne soit pas une autre forme de prédiction pour moi car,en tant qu'élue verte, j'ai encore pleinbea_signature_pol_2011.jpg de projets  pour Veyrier au sein du Conseil Municipal.

Béatrice Deslarzes

Médecin et conseillère municipale à Veyrier

www.bea-music.com

14:45 Publié dans Politique | Tags : veyrier, verts, ville de genève, pinchat, vessy, conseil municipal, tdg | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

Commentaires

C'est durant votre mandat qu'il fallait penser aux intérêts de Pinchat et de Vessy, pas seulement juste avant les élections !

Écrit par : J.-L. Masson | 03/03/2011

Merci pour la remarque au sujet de mon mandat de conseillère municipale à Veyrier mais je tiens à vous dire que je ne suis dans le CM que depuis juin 2010 car j'ai remplacé un conseiller qui a donné sa démission....Difficile de tout faire en quelques mois et en plus de vacances d'été.....
Mais rassurez-vous j'ai l'intention de faire plein de choses si je suis élue le 13 mars 2011!

Écrit par : Béatrice Deslarzes | 04/03/2011

Votre blog aurait pu s'appeler: "Défendre la nature, soutenir la culture, promouvoir la santé et oublier de raisonner".

Voici un magnifique sondage fait par des journalistes qui semblent être de piêtres psychologues et méthodologues si j'en crois le peu que j'ai vu, et dont vous colportez béatement la conclusion que l'on ne peut en tirer, pour autant qu'on puisse en tirer quoi que ce soit.

Prenez un groupe de personnes (A) et un groupe de personnes (B), demandez leurs au sein du collectif (A+B) qui sont les meilleurs sur un vote ou la somme des voix obtenues détermine l'ordre des préférences.

Qu'obtiendrez vous?

Une sélection qui sera biaisée par la différence du nombre de membres du groupe A et du groupe B, à l'avantage du groupe le plus nombreux, ce pour au moins trois raisons.

Primo, les biais de favoritisme intragroupe classiques montrent que chacun, pour des raisons de valorisation identitaire, juge généralement plus favorablement les membres de son propre groupe que les membres de l'autre groupe. Ces biais sont d'autant plus fort lorsque les groupes sont en compétition, ce qui est le cas des politiques.

Secondo, les effets de similarité montrent qu'on préfère toujours ce qui nous est similaire. On peut supposer que les choix se porteront de façon biaisée vers ceux qui partagent nos opinions.

Tertio, il existe des biais liés aux informations disponibles en mémoire sur les cibles entre lesquelles on doit choisir et la sélection que l'on opère. Plus on possède d'information sur ces cibles et plus la jugeabilité est aisée, même si les informations ne servent pas ou sont illusoires. On optera facilement pour une cible que l'on connait mieux car on aura l'impression de faire un choix à partir des informations disponibles sur cette cible. Comme les membres de chaque groupe se fréquentent moins lorsqu'ils sont de groupes différents que lorsqu'ils sont du même groupe, je vous laisse deviner sur qui chacun possède le plus d'informations....

Un étudiant qui me rendrait un travail méthodologiquement fait comme ce sondage prendrait un 0.

Sans être psychologues, les étudiants de n'importe quel cours d'introduction aux probabilités apprécieront la faiblesse de la méthode: soit une urne contenant N politiciens, dont m politiciens de gauche et N-m politiciens de droite, avec p = N-m/N+m > 0.5. Lorsque je tire sans remises un échantillon de s politiciens avec s < N, quelle est la probabilité d'avoir un politicien de gauche vs droite sur les différentes positions i, avec i = 1 à s?

Vous me direz, ce n'est pas très grave si les journalistes raisonnent mal et produisent des données biaisées dont on ne peut rien tirer, sauf un sourire ironique. En effet, leur sondage n'a aucune prétention quant à l'établissement d'une vérité scientifique.

Certes, j'en conviendrais. Ce n'est donc pas eux qui m'inquiètent. Ce qui me fait peur, chère Béattrice, c'est de constater que les futurs élus, en colportant les conclusions fausses issues de ces données ininterprétables en l'état, semblent également ne pas réfléchir beaucoup.

Je peux m'accomoder du peu de rigueur et de raisonnement d'un journaliste, je ne suis pas obligé d'acheter son journal. Il en va autrement d'un élu, dont je dois ensuite supporter pendant 4 ans les décisions et pendant 20 ans les conséquences de ses décisions.

Mais, vous comme moi avons de la chance, je ne vote pas sur votre commune.

En vous remerciant d'avance de ne pas me censurer comme certains de vos collègues verts et en ayant la bonté de me pardonner,

Un scientifique doublé d'un citoyen inquiet.

Écrit par : peu importe | 04/03/2011

Les commentaires sont fermés.