21/07/2011

Détenus violentés

Dans le TDG de mercredi 20 juillet un long article concernant l'attitude des gardiens de la prison de Champ D'Ollon qui "auraient" tabasser certains détenus.

Ayant travaillé comme médecin consultant ORL pendant environ 20 ans dans cette prison je ne doute pas un instant de la véracité de ces faits qui sont peut-être rares mais qui existent certainement; en tous les cas pour moi cela ne fait aucun doute qu'il y a chez des gardiens une méchanceté envers des prisonniers. J'ai pu les vivre à plusieurs reprises lorsque je travaillais à Champ D'Ollon.

Je me rappelle en particulier l'histoire de Danilo avec lequel je discutais musique et qui n'a jamais pu me montrer sa guitare à cause d'un gardien qui l'empêchait même de venir à ma consultation pour des contrôles simplement pour lui montrer que c'était lui qui détenait le pouvoir. Entre nous ce même gardien jouait de la guitare mais très mal!

Comme je l'écris dans mon livre "Rebelle malgré moi" dans le chapitre "Aux côtés de Robin des Bois et des culs terreux" :" L'hospitatlisation de Danilo dans le service d'ORL des Hôpitaux universitaires genevois lui offre l'occasion des se confier. Sur un magnétophone, je recueille des pans entiers de sa vie de prisonnier.Le récit de cette succession d'injustices,de marques d'irrespect et les brutalités diverses que s'autorisent les matons me dégoute.Comme si la privatisation de liberté ne suffisait pas. Comme s'il fallait y ajouter sévices et traitements indignes....En dépit de ces dysfonctionnements...je m'investis sans compter pour ces délaissés...Je ne peux pas en dire autant des gardiens, ces policiers refoulés,que dis-je ces sous-flics, au drôle de métier, individus ni meilleurs ni pires que ceux qu'ils surveillent".

De plus je me souvient très bien des fractures de nez, de perforation de tympans et de côtes cassées provoquées par des policiers lors d'arrestation passablement musclées dans certains postes de police en ville de Genéve.

J'ai toujours été persuadée que certains flics sont des brutes refoulées qui n'hésitent pas à provoquer ceux qu'ils arrêtent pour pouvoir les frapper.

Mais il parait qu'il y en a aussi des bons mais pour ma part j'en ai très peu connus......Et vous?

Béatrice Deslarzes

Ancien médecin consultant à la prison de Champ D'Ollon

www.bea-music.com

 

18:08 Publié dans Politique | Tags : tdg, champ d'ollon, genève, prisonniers, gardiens, flics, orl | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

Commentaires

Moi j'en connais. Ils se donnent de la peine. Parfois, ils sont à la peine. Parfois, il pourrait faire mieux, je le concède. Je ne supporte pas les dérapages. Pour moi, la règle devrait être policier condamné, policier viré. Mais de là à dire qu'ils constituent une bande de brutes excitants les gens pour mieux leur cogner dessus, vous dérapez.

Écrit par : CEDH | 22/07/2011

Les flics, c'est comme les médecins : il paraît qu'il y en a des bons mais on a rarement celui que l'on voudrait, la seule caractéristique commune c'est qu'ils devraient tous accomplir des miracles !

Personnellement, je connais plus de bons flics que de bons médecins, mais ce n'est qu'une question de proportions : je connais peu de médecin.

Écrit par : Clyde | 22/07/2011

Pauvre dame, vous êtes bien contente lorsque vous contactez le 117 pour qu'on vous vienne en aide. Mais à vous croire les policiers ne servent à rien. C'est vrai que notre société actuelle peut vraiement se passer d'eux.

Écrit par : marc | 22/07/2011

Les commentaires sont fermés.