06/10/2011

les Grands Esserts

Non seulement titre la TGD d'aujourd'hui "1200 logements? Veyrier pose huits conditions" mais Dejan Nikolik me cite "1200 logements, cela peut être trés beau si c'est bien fait" donc je me fais un plaisir de répondre à cet article en précisant certains points.

Jusqu'à vendredi passé, j'étais trés réservée face au projet présenté par l'Etat de Genéve et je défendais fermement le point de vue de notre Maire Thomas Barth en disant, tout comme les partis de droite de Veyrier, que 1200 logements sur cette parcelle était quelque chose d'irréalisable.

Ce même vendredi 30 septembre 2011, j'ai assisté à la table ronde organisée par l'Office de l'urbanisme du canton de Genève qui nous présentait, entre autre,les plans élaborés par quatre bureaux d'architectes.

Effectivement, il y a bien 3 tours de 15 étages mais dans un seul projet, des barres l'immeubles dans un autre projet, une forme de mixité de logements comprenant même quelques villas avec des immeubles refermés sur eux mêmes mais il y avait aussi un projet tout à fait harmonieux et qui, à mon grand étonnement, comprenait bien 1200 logements.

D'où ma remarque lors du Conseil Municipal de mardi soir le 4 octobre auquel a assisté le journaliste qui a fait cet article.

Cela n'efface, bien entendu nullement,  le gros problème de la mobilité pour sortir du périmêtre des Esserts (secteur complétement surchargé aux heures de pointe) et que ni les architectes mais surtout  le canton ont abordé sérieusement. Dans ce projet on met , en quelque sorte "La charrue devant les boeufs".

L'entrée en matière et le renvoi à la Commissions des Grands Esserts de Veyrier ont été acceptés par le Conseil Minicipal à majorité de droite (comme notre maire!) mais, bien que mon parti des Verts se soit rallié à cette majorité par soucis d'ouverture, nous avions eu une longue discussion sur le sujet et nous avions beaucoup hésité à suivre les socialistes qui ont décidé de ne pas entrer en matière.

La plaidoirie courageuse de Luc Malnati qui se  dissocie complétement de la majorité du Conseil Administratif , a insisté sur le besoin actuel de logements dans le canton de Genéve et a défendu le nombre  de 1200 logements; ces arguments ont  bien failli nous faire changer d'avis, en pleine séance plénière,malgré le mot d'ordre que nous avions décidé d'adopter en acceptant le renvoi en commission.

Il faudra bien trouver une solution intermèdiaire pour sortir de cette impasse afin d'éviter un affrontement entre l'Etat de Genéve et la Commune de Veyrier.

Béatrice Deslarzes

Conseillère Municipale Verte à Veyrier

www.bea-music.combea_signature2_pol_2011.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.