15/12/2012

Champ-Dollon

"Bientôt l'Enfer à Champ D'ollon?" titre la TDG de vendredi dernier avec un dessin vraiment expressif et réaliste de Herrmann dans lequel on voit le conseiller d'Etat Pierre Maudet serrer les murs de la prison avec une manette et sourire aux lèvres sans trop se préoccuper des prisonnieers entassés à l'intérieur des murs.......

Quel cynisme! Je constate en tous les cas que notre politicien n'a certainement jamais vécu dans ces lieux, ne fusse que en rapport avec sa profession, pour agir de cette façon!

Pour ma part j'ai fréquenté cet établissement pendant plus de 20 ans comme médecin consultant en ORL et je peux vous dire que d'être enfermé en prison c'est  déjà le purgatoire. Être privé de liberté et dans une cellule pratiquement 23 heures par jour c'est déjà très dur mais à 3 ou 4 alors là c'est vraiment l'enfer.

Nos politiciens ne doivent pas oublié qu'ils ont affaire à des être humains et qu'ils leur faut respecter leur dignité et non pas les entasser comme des moutons dans un camion qui les ménent à l'abattoir.

Les bourgeois rétorquerons qu'ils n'ont que ce qu'ils méritent avec tous les délits qu'ils ont commis mais ils oublient le nombre de cols blancs qui peuvent quitter la prison contre une ransom ou qui ne sont pas condamnés grâce à leur important "carnet d'adresses".

En justice il y a aussi "deux poids deux mesures" et tout le monde n'est pas logé à la même enseigne.

Essayer de trouver une autre solution que l'emprisonnement serait certainement une solution. Tâche à laquelle nos politiciens devraient s'atteler au lieu de penser à leur élection....

Béatrice Deslarzes

Ancien médecin consultant à Champ-Dollon -Le livre:"Rebelle malgré moi": chapître:"Aux côté de Robin des Bois et des culs-terreux".

www.bea-music.com

14:57 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

Commentaires

Madame,
Je comprends qu'en tant que médecin vous soyez embêtée. Mais avez-vous également dû soigner des blessés à l'arme blanche par ces voyous? Savez-vous qu'à Paris, un ami médecin-chef de clinique m'a dit il y 2 mois qu'il était entouré de polytraumatismes de personnes âgées bousculées dans la rue?Avez-vous vous-même été attaquée?
Qu'il y ait certaines injustices, c'est malheureusement vrai. Nous pourrions nous unir -bourgeois ou non-, pour les éviter. Mais s'émouvoir du sort de ces voyous, ça non. J'ose même, ils sont trop bien traités. À moi, personne ne m'amène 2 repas chauds par jour.
Cordialement.

PS : Je vais observer la publication de mon commentaire. Si tel n'est pas le cas -comme vous en avez le droit-, je me ferai entendre d'une autre manière.

Écrit par : JDJ | 15/12/2012

Chère Madame,

Sur les méfaits de la surpopulation carcérale d'accord avec vous Madame, mais concrètement que proposez-vous pour protéger la société des délinquants dangereux ?

La société devrait-elle réguler la population carcérale en fonction des places disponibles à Champ-Dollon ou plutôt se donner les moyens d'adapter la capacité des places de détention aux décisions des tribunaux ? Telle est la véritable question.

En vérité la surpopulation carcérale n'est que le reflet de la criminalité sanctionnée à l'aune de notre Code pénal et de son Code de procédure.

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 16/12/2012

Vous auriez pu évité la mention manichéenne sur les 'cols blancs', parce que j'en connais personnellement un qui a passé plus d'une année ferme a Champ-Dollon "en attente de jugement", et qui s'est suicidé a sa sortie.

Mettez ça en parallèle avec un zizous arracheur de sac a main "condamné 12 fois en 10 mois" (c-a-d qui était remis dans la rue après chaque condamnation) et je vous rejoins dans le fait qu'il y a une justice a deux poids deux mesures.

Écrit par : Eastwood | 16/12/2012

Les commentaires sont fermés.