12/03/2013

Assistance au suicide

"Dignitas sous le coup d'une plainte pénale" titre l'article de la TDG qui concerne l'assistance au suicide pratiquée pour des étrangers qui viennent mourir en Suisse puisque  l'article 115 du code pénal suisse ne condamne pas cette assistance sauf si elle est  poussée par un mobile égoïste. 

Le ministère public zurichois a ouvert une procédure pènale à l'encontre de Dignitas parce qu'il avait reçu une contribution de CHF 21.000.- pour le suicide de deux allemands un père et sa fille.

Je pense que Ludwig Minelli n'aura pas de peine à expliquer ce montant par les frais qu'engendre une assistance au suicide pour étrangers qui chez Dignitas peut atteindre plus de CHF 10.000.-

En tant que médecin conseil d'un autre association  Ex International dont on parle peu et qui pratique l'assistance au suicide pour les étrangers le montant d'une telle action s'éléve en général à CHF 7000.- tous frais compris : préparation de l'acte, honoraires du médecin qui étudie le dossier médical, voit le patient ,fait un rapport médical en particulier pour le dicernement et fait l'ordonnance pour le produit létal, toutes les formalités d'état civil et du constat de décés par un médecin légiste, le constat de police et tous les frais comprenants la crémation ou le rapatriement du corps. Dans les frais généraux il faut aussi compter le travail des accompagnateurs et le loyer du local pour pratiquer cette assistance au suicide.

Pour ma part je ne suis donc pas étonnée du montant de ce versement qui correspond à la réalité des coûts de cet acte qui devrait pourvoir se faire dans les pays qui nous entourent en particulier la France, l'Allemagne et l'Italie qui ,par leur loi restrictive concernant ce sujet,obligent ceux qui veulent faire le choix de leur mort à s'expatrier dans des conditions souvent pénibles et difficiles.

Béatrice Deslarzes

Médecin conseil à Ex International

www.exinternational.ch

16:43 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

L'acte suicidaire relève de la seule liberté du suicidant. Pourquoi convoquer des tiers qui prendraient leur obole ou factureraient des frais au passage ?

C'est du moins l'opinion que nous exprimons ici:

http://tinyurl.com/bfoh79k

Écrit par : jaw | 12/03/2013

Les commentaires sont fermés.