07/10/2013

Faire notre autocritique....

Une vraie débâcle ....une réelle déroute que nous , les Verts, avons subie lors de ces dernières élections dimanche 6 octobre.

Tout le monde est d'accord sur ce point et se demande pourquoi  un tel échec? Pourquoi un parti qui a vu son ascension ces dernières années a fait un si mauvais résultat et perdu tant de sièges?

Pour ma part j'ai bien une partie de la réponse car je pense qu'au lieu de se trouver des excuses à l'extérieur comme l'a fait notre Conseillère d'Etat sortante il faudrait avant tout avoir le courage de faire son auto- critique au sein même du parti.

C'est à mon humble avis le chemin futur d'un éventuel rattrapage au 2em tour de l'élection du Conseil d'Etat. 

Il faut redonner une image stable et forte en montrant une volonté d'ouverture et d'écoute même pour nos adversaires et effacer la caricature du cycliste solitaire penché sur son guidon.

Béatrice Deslarzes

Conseillère municipale verte à Veyrier

www.bea-music.com

 

 

 

 

 

17:31 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

Commentaires

I fully agree !

Écrit par : christophe | 07/10/2013

La claque, la baffe... La punition.

Vous avez raison, trouver des excuses, ou pire, des explications à l'extérieur ne vous fera qu'enfoncer davantage votre parti. J'ajoute que, vu de l'extérieur, revendiquer un siège au Conseil d'Etat dans de telles conditions participe du rêve surréaliste.

Pour ma part, si j'ai une sympathie réelle pour les thèses des Verts, je ne supporte pas l'arrogance et les leçons de comportement données à tout bout de champ. Pas plus tard que ce matin, on entendait Ueli Leuenberger déblatérer sur les ondes de la RTS et... Miséricorde... Que de jugements péremptoires donnés à tort et à travers, de "il faut", de "on doit"... A prendre ses opposants pour des imbéciles, on le devient visiblement soi-même.

Il convient donc de revoir le discours, de revenir à des approches réalistes lorsque l'on est au pouvoir. Ou alors, décider que l'on ne l'est plus et faire sa cure d'opposition. Vos camarades socialistes en discutent régulièrement et ne vont jamais jusqu'au bout de cet intéressant raisonnement... Pouvoir, quand tu nous tient!

Écrit par : Déblogueur | 08/10/2013

Chère Christiane,
L'image du cycliste solitaire est irrésistible, mais votre représentation dispose d'un brillant cycliste avec Mathias et il n'a rien d'un solitaire car il aura à ses côtés la fameuse ''mitraillette'' du municipal qui emporte avec son sourire et son enthousiasme beaucoup de grincheux, et je ne peux pas non plus voir de solitude dans qui a la chance de disposer de Boris retord au possible au parlement et si habile négociateur.
Je regretterai l absence d'Esther, que j ai pu croiser durant la campagne, et surtout de Frédérique Perler...
Je ne partage pas leur conviction et probablement que ça grincera pas mal , il n en reste pas moins que votre groupe parlementaire sera redoutable .

Écrit par : Thomas Bläsi | 08/10/2013

Les commentaires sont fermés.