01/02/2014

Effeuiller la Pâquerette

Je t'aime,un peu, beaucoup, passionnément mais actuellement pas du tout!

Tous les malheurs pénitenciaires sont focalisés sur le centre de sociothérapie de la prison de Champ-d'Ollon depuis l'affaire Adeline. 

Il est vrai que le système était assez" babacool" et qu'il existait un certain laxisme au niveau de ses directives. La dernière a de quoi choquer les petits bourgeois qui ne voient pas d'un bon oeil un centre qui privilège la réinsertion des prisonniers en leur permettant d'aller voir des prostituées pour se familiariser avec le retour dans une vie "normale" après des années de prison. 

La sexualité reste un tabou dans notre société et à plus forte raison dans les prisons. Ce problème qui est réel en milieu pénitentiaire est parfois résolu dans certains établissements par des parloirs intimes qui permettent à ceux qui purgent leur peine d'avoir des rapports sexuels avec leur femme, leur compagne ou même des prostituées. C'est une chose qui n'existe pas à Champ-d'Ollon et je trouve cela bien dommage. On préfère peut-être que les détenus se tripotent entre eux et deviennent plus incontrôlables car frustrés.

La réinsertion des prisonniers est une réalité  à laquelle il faut penser mais avec la politique du tout punissable d' Olivier Jornod et de Pierre Maudet on est pas prêt de proposer des solutions pour que cette étape du retour à la liberté se passe dans les meilleures conditions et surtout pour éviter les récidives si fréquentes chez ceux qui tentent bien souvent seulement de survivre à leur sortie de prison.  

Béatrice Deslarzes

Ancien médecin consultant à Champ-d'Ollon

www.bea-music.com

 

15:54 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

Commentaires

Bravo ! Si l'assassin avait pu aller se vider les burnes au parloir intime ou chez ces dames, cette bombe ambulante n'aurait jamais éclaté.

Écrit par : jaw | 01/02/2014

Espérons au moins que ces dames des Pâquis étaient payées par le contribuable.

Écrit par : petard | 02/02/2014

JAW a entièrement raison.A force de contraintes pour satisfaire à une certaine classe sociale ,les hommes frustrés et complexés agiront de plus en plus de manières choquantes et réprouvées par ceux-là mêmes qui espèrent cadrer leurs besoins sexuels pour en faire de gentils petits clones.
D'ici qu'on leur interdise d'éjaculer à telle heure du jour ou de la nuit et devoir procéder a une pesée de leur sperme au cas ou malgré tout ils n'auraient pu se retenir
il s'en faut de peu si on continue de cette manière à pratiquer ce qui ressemble de plus en plus à une castration médiapsychologique et d'anciennes psychopathies qu'on croyait guéries reviendront empuanter les narine de la société bien pensante
On ne sait jamais si bien ordonner a d'autres ce qui chez soi provoque complexes et frustrations et les sociologues feraient bien de se remettre en question eux en premier avant de tout limiter,cadrer compter,comparer avec ce qui ne peut l'être la plupart n'ayant aucune expérience de la vie hormis des théories ,qui pour la plupart viennent du Canada ou existe des foyers-prisons pour adolescentes
Et pour prouver le bienfait des maisons closes,un homme de 80 ans éprouva soudain de très fortes envies sexuelles,il commença à s'intéresser à des petites filles,une âme féminine compatissante lui donna son plaisir et l'envie de détrousser des gosses le quitta sur le champs . L'homme en question fut débarrassé de cette pulsion soudaine qui avait entretemps plongé tout son entourage dans une situation très embarrassante
Désolée si certains termes sont choquants mais à trop de pudibonderies l'humanité ne s'en sortira jamais

Écrit par : lovsmeralda | 02/02/2014

Et si vous saviez le nombre de grands mamans livrées à elles-mêmes ,âgées de 86 ans et qui en 2002 ont murmuré aux oreilles pratiquant l'écoute villagoise dans les bistrots ou tous pouvaient encore fumer:ah si je pouvais tuer quelqu'un.Quand aux anciens de la Mob ceux-ci n'en pensent pas moins mais sont plus réservés grâce au slogan de l'époque comme , le fameux coup de pied à quelque art qui manque tant de nos jours
Comme quoi à trop de frustrations les pulsions peuvent être déroutantes et les psychiatres le savent très bien , ce d'autant qu'elles peuvent affecter aussi bien la gente masculine que la gente féminine et a n'importe quel âge

Écrit par : lovsmeralda | 02/02/2014

Les commentaires sont fermés.