27/02/2014

Honte à nos autorités

Indigne, inhumaine, les droits fondamentaux violés et j'en passe ...ce sont les adjectifs utilisés par le Tribunal Fédéral pour qualifier la politique sécuritaire de Genève et en particulier les conditions de détention des prisonniers à Champ Dollon.

Il y a des années je ne cessais de répéter que cet établissement est une prison préventive et que ce n'est pas normal que des prisonniers y séjournent plusieurs années sans avoir de jugement. Je me rappelle très bien d'un cas (un albanais) qui en était à sa cinquième année de séjour avec une procédure qui traînait en longueur. Et ce n'est pas le seul j'étais même intervenu auprès du directeur de la prison pour un autre cas similaire; et il y en avait bien d'autres.

Je pense que pour essayer de solutionner le problème de la surpopulation à Champ Dollon les autorités pourraient très bien accélérer les procédures de jugement ce qui permettrait d'éviter que les prisonniers ne passent trop de temps dans cette prison dans des conditions qui frisent bientôt celles du Tiers Monde.Car dans certains pays , comme par exemple au Cameroun, où j'ai pu le constater de mes yeux, les prisonniers sont entassés comme du bétail et les questions de salubrité sont inadmissibles.

Est-ce que l'on veut en arriver là dans notre Grand Genève qui pavoise au  niveau international mais qui, dans l'ombre, ne respecte pas un minimum de droits réservés même aux délinquants? 

 Que notre ministre de la sécurité et notre procureur continuent dans la voie de la répression à tout prix sans le moindre respect de ceux qui restent avant tout des êtres humains.

Béatrice Deslarzes

Ancien médecin consultant à Champ Dollon

www.bea-music.com

 

15:32 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

Beaucoup de citoyens pensent que l'on peut se débarrasser des gens à problème en les enfermant, en les éjectant, en les humiliant, en les tuant. C'est faux. Tant que l'on ne s'attaque pas aux conditions structurelles qui causent les problèmes, de nouveaux individus vont être amenés à reproduite les mêmes comportements problématiques. Et puis, cette rage de vouloir plus de sécurité, la tolérance zéro, et bla et bla, tout en réduisant le budget de la fonction publique, à force d'être ridicule, n'est-ce pas lassant ?

Écrit par : Jean Trancène | 27/02/2014

Il est clair que le maltraitement de ces malheureux n'aidera pas à les améliorer bien au contraire. Une nouvelle fois, la surpopulation pénitencière n'est que le symptôme d'une société très malade moralement.
Le modèle proposé par les autorités est une croissance du nombre de détenus sans trouver une solution réelle aux causes de cette augmentation. A terme, un modèle américain sera proposé. Mais n'oublions pas qu'en France le problème est identique dans bien des prisons

Pour le reste, ne doit-on pas faire confiance à Mme Deslarzes ? bien sûr que oui !

Écrit par : pphchappuis | 02/03/2014

Les commentaires sont fermés.