03/03/2014

La volonté du résident

Très bon article de la TDG sur une étude de la Commission Santé d'Uni3 (dont je suis membre)  sur la volonté des aînés dans les EMS.

Ce qui est ressorti de cette étude c'est surtout la discordance entre le choix de traitement  des résidents et celui de son entourage médical et familial.

Cette constatation fut un peu une surprise à laquelle cette commission ne s'attendait pas.

Pour ma part je n'ai pas été trop étonnée car, comme médecin, j'ai été souvent confrontée à la différence qui règne dans le milieu médical entre l'expression de la volonté d'un patient et celle du corps médical. De plus en fin de vie le tabou de la mort est toujours présent en particulier chez ce dernier. Il faut tout faire contre ce qui reste un échec pour de nombreux confrères.

Pour éviter cette différence une solution me paraît évidente c'est l'établissement des directives anticipées qui malheureusement  sont le plus souvent absentes du dossier médical. Ce fut d'ailleurs le cas dans cette étude. Ces directives permettent non seulement de connaître bien mieux la volonté du patient quant à la maladie mais surtout de pouvoir en parler avec son entourage afin d'éviter  cette différence d'opinion. Ceci facilitera pour tous le choix du traitement qui pourra aller dans la même direction et être du même coup beaucoup plus efficace.

Dans tous les cas et en particulier dans un EMS c'est une vraie collaboration qui doit s'établir entre le personnel médical et la personne âgée afin de permettre à cette dernière de finir ses jours paisiblement tout en demandant de respecter ses choix.

Béatrice Deslarzes

Membre de la Commission Santé d'Uni3.

www.bea-music.com

 

 

18:07 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

Commentaires

Certes. Mais cela devrait être le cas aussi à n'importe quel moment de la vie, pas seulement dans la vieillesse. Lorsque l'on se permet de contester un traitement, particulièrement lors que certains médecins ne connaissent pas les antécédents, hôpital compris, car il ne retrouve jamais ses petits dossiers éparpillés au fil des ans, on s'attire des foudres...

Écrit par : Jmemêledetout | 03/03/2014

Si je pouvais me permettre! La première chose par laquelle il faut commencer, c'est de demander à tous les personnels d'arrêter de tutoyer, puis de "bêtaniser" les personnes âgées. Les respecter pour tout ce qu'elles représentent, même si elles ne sont plus représentatives dans leurs attitudes et leurs états de santé.
Après ils pourront alors les prendre en considération et surtout LES RESPECTER dans leurs choix.
Ce serait un minimum.
D'avance merci pour eux!

Écrit par : Corélande | 04/03/2014

Bravo pour votre billet !
Le choix des trois parties (patient, famille et corps médical) doit être pris en compte avec beaucoup de discernement et une grande compassion. Mais je dois dire que le corps médical peut faire preuve de beaucoup de sensibilités.
En revanche, il existe un quatrième acteur que vous semblez oublier, ce sont les caisses maladie qui font pression sur le corps médical jusque parfois brouiller un bon sens Humain, souvent par soucis économique.
Un sujet délicat que vous connaissez évidemment mieux que moi.
bien à vous

Écrit par : PPh Chappuis | 04/03/2014

Les commentaires sont fermés.