03/06/2014

Test prénatal ....

Grand débat hier soir dans Classe Politique sur RTS au sujet du" test préimplantatoire" pour desceller des maladies graves génétiques et en particulier la trisomie.

J'ai pu constater dés le début que les adversaires de ces test étaient les mêmes qui sont pour la vie à n'importe quel prix, contre l'avortement et bien entendu l'assistance au suicide. Leurs arguments en faveur d'un éventuel eugénisme étaient soutenus par le Professeur de philosophie à l'Uni de Fribourg F.X. Putallaz qui a été jusqu'à prétendre qu'un enfant trisomique était comme un rayon de soleil dans une famille et qu'avec ce test on privait cette même famille de cet enfant bienvenu.

C'est avec une certaine joie que j'ai appris aujourd'hui que le National avait accepté ce test dans certaines conditions bien définies en particulier le risque de maladies génétiques et également de la trisomie.

C'est un grand pas en avant pour tous ceux qui luttent pour une responsabilité individuel et une liberté de choix.

Béatrice Deslarzes

Médecin et conseillère municipale verte à Veyrier

www.bea-music.com

 

 

17:18 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

Commentaires

où quand l'offre des avancées médicales &/ou nanotech évolue à un rythme effréné: elle devance toutes lois et dépasse l'humain, qui reste sur place, sonné.

Écrit par : pierre à feu | 03/06/2014

Il est exact qu'un enfant trisomique peut être une grande joie dans une famille. je redoute que peu à peu les assurances IMPOSENT non seulement le test préimplantatoire mais, par "souci d'économie"! la mise à mort de l'enfant dont les traitements coûteraient trop cher à la communauté laquelle regarderait ensuite de travers les enfants ou êtres handicapés gardés en vie et leurs parents désormais coupables de coûter et faire coûter trop cher leurs enfants handicapés à la communauté ce parce que nous jetons et/ou laissons jeter et avons laissé jeter allègrement par-dessus bord AU NOM DE LA MODERNITE ce que furent charité, compassion, fraternité et dignité humaine.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 03/06/2014

Professeur de philosophie à l'Uni de Fribourg F.X. Putallaz ; n'a - il pas un autre éminent philosophe élu au Grand Conseil que je surnomme Arleistote comme frère de sang "non arriéré"?
nos gènes sont décidément bien défendus

Écrit par : briand | 03/06/2014

...déceler...dès le début....responsabilité individuelle...même si l'orthographe ne touche pas la sémantique de ce que vous exprimez, autant de fautes affectent la crédibilité qu'on pourrait apporter à votre article.

Quand on a vu, dans une émission française, un avortement proposé (et accompli) pour la simple malformation d'un avant-bras, on a de quoi se poser des questions sur l'eugénisme, malgré vos arguments. Dans une autre émission, des parents demandaient un avortement pour une fente labiale (bec-de-lièvre). Heureusement, les médecins avaient refusé.

Vouloir des enfants parfaits, oui, c'est de l'eugénisme. Maintenant, au stade préimplantatoire, je pense que cela peut être défendable dans certains cas....mais pour la trisomie 21, ces enfants et plus tard adultes ne sont pas plus malheureux que d'autres humains; ce n'est donc pas pour leur éviter une vie de malheur qu'on veut les éliminer, mais pour s'éviter la charge d'un être non-parfait.

La pression de la société, et vous en faites partie, est très forte actuellement envers ce genre de situation: les "bons", les "responsables" ne devraient pas mettre au monde des êtres imparfaits...

La polémique n'est pas terminée...

Écrit par : cqfd | 03/06/2014

Les commentaires sont fermés.