17/06/2014

Acharnement thérapeutique ?

Pas un mot sur l'état de santé de Schumacher qui vient de sortir du coma sous peine d'encourir une poursuite  juridique de la part de la famille. Le secret le plus absolu doit être gardé pour respecter la sphère privée.

Cela ne va en rien changer l'évolution de son état végétatif même si il est entre les mains des meilleurs spécialistes. Il va probablement intégrer la fameuse unité spécialisé du CHUV qui maintient en vie 3 patients en état de conscience minimale sans aucune communication et qui demande des soins constants qui au fond de servent à pas grand-chose.Ces patients ont une chance de récupération de moins de 10%.

Devant ce brillant champion transformé en légume au service de la science je ne puis m'empêcher de  me demander si cette forme d'acharnement thérapeutique et surtout technique à un sens par rapport à la qualité de vie.Cet exemple me permet aussi de philosopher sur notre relation avec la mort. N'est-elle pas préférable à une telle situation? Pourquoi ce tabou est-il ancré profondément  en nous et pourquoi sommes nous prêts à supporter n'importe quoi au nom de la vie? 

Un débat à ouvrir sur le problème de cette forme d'acharnement technique de la médecine qui fait partie de l'orgueil de l'être humain qui repousse toujours plus l'échéance de la mort parce qu'il se croit éternel.

Béatrice Deslarzes

Médecin 

www.bea-music.com

14:06 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

Commentaires

Schumacher ne peut pas répondre de lui-même aujourd'hui... Et qu'en est-il des enjeux financiers pour sa famille à ce jour ? Je ne crois pas que c'est la mort qui est au centre du débat, pas dans un cas comme celui-ci.

Écrit par : Yersin | 17/06/2014

Ce n'est pas un "légume" mais un homme certes diminué
Pourrait on arrêter d'utiliser ce mot immonde pour un être humain.
Facile de lancer des vérités à tout va souriante derrière son clavier.

Écrit par : Bâton elodie | 18/06/2014

Je ne comprends pas votre article. Si les informations que j'ai lues sont exsactes, M. Schumacher est conscient, au moins partiellement, et peut communiquer, ne serait-ce que par des battements de paupières pour l'instant. Si l'on vous suit, il faudrait euthanasier tous les paraplégiques ? Et pour en rester à ceux qui sont privés de tout mouvement, que faites-vous d'un Jean-Dominique Bauby, auteur de "Le Scaphandre et le papillon" ? Qui vous dit que pour M. Schumacher et pour sa famille, quelques battements de paupières ne sont pas fabuleusement précieux et mille fois meilleurs que la mort ? Pour M. Yersin, le commentateur précédent, la mort n'est pas ici au centre du débat; comme l'argent ne l'est pas non plus vu les moyens financiers du patient et de sa famille, et si c'était tout simplement l'amour qui était le centre ? Et si, finalement, tout cela ne nous regardait absolument pas ?

Écrit par : Mathilde Lavenex | 19/06/2014

Ne serait-il pas souhaitable que l'organisation faîtière des médecins suisses (FMH) encourageât chaque adulte à rédiger ses directives anticipées (la version "longue" avec tous les détails des traitements souhaités ou refusés d'emblée)avec le même acharnement qu'elle matraque l'opinion pour obtenir de nouvelles fournées (!)de "donneurs d'organes", autre pratique génératrice de ...gaspillage (à défaut d'une autre appellation)...

Je partage entièrement votre opinion sur le cas de ce "végétatif illustre".

Écrit par : jaw | 20/06/2014

Les commentaires sont fermés.