25/06/2014

Progrès ou recul ?

Nicolas Bonnemaison, le médecin bayonnais comparaissait depuis le 11 juin devant la cour d'assises de Pau pour avoir abrégé la vie en 2010 et 2011 de sept patients très âgés et en fin de vie. Il a assuré ce mercredi 25 juin avoir"agi en médecin jusqu'au bout du bout". Il vient d'être acquitté des faits qui lui étaient  reprochés par les jurés sous un tonnerre d'applaudissements.

Quelle belle victoire pour tous ceux qui défendent le droit à l'autodélivrance et le droit au choix de sa mort comme les associations EXIT en Suisse.

D'un autre côté il y a le cas Vincent Lambert ce jeune tétraplégique qui est depuis 6 ans dans un état végétatif chronique dénué même de conscience minimale et "prisonnier" entre l'avis du Conseil d'Etat (la plus haute juridiction administrative de France) qui s'est prononcé pour l'arrêt des soins et celui de quelques membres de sa famille très religieux qui veulent maintenir ce jeune patient en vie par tous les moyens : une sorte d'acharnement thérapeutique malgré le désir de mourir dans la dignité exprimée par lui-même  avant son accident. Cette partie de la famille, aveuglée par une religion intolérante, refuse de le laisser partir au mépris de sa volonté; elle a même fait recours à la décision du Conseil d'Etat à la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH).

La France, comme beaucoup d'autres pays,reste encore déchirée par les problèmes entourant la fin de vie et en particulier celui de l'euthanasie.

Béatrice Deslarzes

Médecin conseil d'EXIT

www.bea-music.com

17:21 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.