06/08/2014

Ras le bol...

"La colère des gardiens coûte 126.000 fr.à la Ville" peut étonner pas mal de monde et même choquer. De mon côté je serai plutôt solidaire des gardiens car je comprends parfaitement bien qu'ils en ont assez des conditions de travail et surtout du manque d'initiative de la part des autorités politiques pour changer cet état de fait. Le département de Pierre Maudet aidé par le procureur Olivier Jornod ne cesse  de faire du tout carcéral alors que depuis longtemps on sait que la prison de Champ D'Ollon est complètement surchargée. 

On ne peut pas reprocher aux gardiens de n'avoir pas essayé de convaincre le département responsable de prendre le problème sérieusement en compte et de trouver enfin une solution pour que à la fois les conditions de détention et de travail soient correctes et supportables, ce qui n'est pas du tout le cas.

Cette somme peut paraître exorbitante mais elle ne représente qu'une goutte d'eau en comparaison de celle dépensée pour les Fêtes de Genève qui poussent à la débauche et qui engendre encore plus de surcharge à Champ D'Ollon sans tenir compte des plaintes justifiées du personnel et des prisonniers.

"Le dialogue n'est pas rompu" termine l'article mais pour moi c'est un dialogue de sourds.....

Béatrice Deslarzes

Ancien médecin consultant à Champ D'Ollon

www.bea-music.com

 

17:11 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Comment se fait-il qu'aujourd'hui on ne décharge pas les gardiens de prison comme au temps ou les hôpitaux psychiatriques jouaient la carte de l'accueil afin de mettre en observation tout patient agité ou autre jusqu'à l'expertise médicale
Combien en avons nous reçus amenés par des policiers qui ainsi déchargés pouvaient finir leur nuit ou journée l'esprit libéré
Déjà que gardien de prison n'est pas de tout repos on comprend leur ras le bol
les temps ont changé mais tout de même! a moins que le personnel en soins psychiatriques ne soit plus formé à ce genre de patients

Écrit par : lovsmeralda | 08/08/2014

Les commentaires sont fermés.