30/03/2015

Le secret medical en procés

Et ça recommence....On veut toujours trouver des excuses en attaquant le secret médical très bien défendu par Jean Martin ancien médecin cantonal vaudois dans la TDG d'aujourd'hui lundi 30 mars 2015.

Il y a quelque temps c'était l'affaire Adeline qui ébranlait je secret médical avec des arguments qui veulent trouver un bouc émissaire pour cacher la réalité et maintenant c'est l'état de santé du copilote qui a conduit l'Airbus A320 au crash qui soulève une polémique grave et inutile sur le secret qui lie un médecin à son patient. 

Comme le dit très bien ce confrère ce n'est jamais un obstacle lorsqu'il y a un danger pour autrui.

Je l'ai déjà dit à plusieurs reprises et je continuerai à le clamer bien fort le secret médical est une clef essentielle pour que le patient parle librement et ainsi révèle tout ce qu'il a fait et va faire car il est en confiance. Avec le code actuel les médecins ils sont tout à fait capables de juger de la nécessité de prévenir la justice en cas de nécessité.

Dans le cas qui nous occupe actuellement c'est plutôt le patient , en l'occurrence le copilote, qui a triché avec son médecin en détruisant des documents médicaux qu'il avait établis et en lui cachant la vérité sur ses intentions.

Cessons de croire que le médecin va, par magie, résoudre tous les problèmes que les institutions n'arrivent pas à mettre en lumière en supprimant un élément essentiel qui permet, bien souvent, de faire avancer la justice.

Béatrice  Deslarzes

Médecin et conseillère municipale verte à Veyrier

www.bea-music.com

 

15:58 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Le médecin n'est pas responsable de tout. Mais, il n'est pas non plus responsable de rien ! Par ailleurs, vous parlez de "secret médical". Mais, quand vous devez remplir un questionnaire de santé pour contracter une assurance complémentaire, le secret médical semble tout à coup moins important. Aurais-je mal lu, ou est-ce que les médecins, défenseurs du secret médical, se sont positionnés de façon claire sur cette question ?

Écrit par : HairZog | 31/03/2015

Il s'agit d'empêcher un pilote inapte à voler d'entrer dans le cockpit. Le médecin n'est pas obligé de donner les raisons précises quant à l'inaptitude, mais il doit garantir que le message (incapacité momentanée) parvient à l'employeur. Finalement, nous ne parlons pas ici d'une femme de ménage ou d'un employé de bureau mais d'une personne à qui l'on confie la vie de 150 personnes, ce qui suppose des aptitudes particulières dont un passé médical exempt de tentations suicidaires. N'est-ce pas une affaire de respect, de justice et de bon sens ?

Écrit par : Paul Marbach | 01/04/2015

Les commentaires sont fermés.