13/01/2016

Pauvre Warluzel

Que de méchantes remarques sur celui qui fut un brillant avocat , un peu arrogant il est vrai mais actuellement tellement diminué. Malgré tout ce qu'il peut s'offrir, je me demande bien qui voudrait être à sa place dans cet état critique physiquement, moralement et psychiquement. Je ne pense pas qu'il faille excuser son geste mais il est tout a fait compréhensible vu sa situation. Pour ma part , je le considère comme un grand malade qui ne peut plus se raisonner et surtout dominer tous ses gestes. Potentiellement dangereux c'est certain mais horriblement mutilé et peut-être médicalement irresponsable.

Ne lui jetons pas la pierre trop vite souvent par jalousie de tout ce qu'il a été mais pensons un peu plus à sa souffrance actuelle qui est immense et faisons lui cadeau de notre pitié et notre tolérance.

Je dois l'avouer à sa place il y a certainement un bout de temps que je ne serai plus de ce monde car ce n'est plus une vie mais un sursaut de survie très difficile à supporter.Peut-être faut-il aussi un certain courage pour être encore "vivant".

Béatrice Deslarzes

Médecin

www.bea-music.com

 

17:32 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Chère Madame, je rejoins tout à fait votre point de vue, un peu de retenue face à un homme malade et diminué qui mérite notre empathie tout en soutenant la femme qui s'est sentie menacée et dont on comprend la frayeur. Il est nécessaire de savoir faire preuve de magnanimité.

Écrit par : Djemâa | 13/01/2016

C'est l'hôpital qui se moque de la charité.

Écrit par : Déblogueur | 14/01/2016

Les commentaires sont fermés.