09/12/2016

Des pigeons

Il s'agit de "La franchise à 300 francs qui devrait augmenter" dont parle la TDG d'aujourd'hui et de nombreux médias.

Car il y en a vraiment ras le bol du pouvoir des caisses maladie qui nous danse sur le ventre et nous prend vraiment pour des pigeons qu'elles vont plumer jusqu'à l'os. 
Comme médecin je m'inquiète de cette augmentation qui va surtout toucher les plus fragiles qui déjà ont de la peine à s'occuper de leur santé puisque souvent ils n'arrivent pas à boucler leur fin de mois. C'est exactement comme pour le dentiste puisqu'il n'y a pas d'assurance,sauf assurance complémentaire très chère que peu de personnes peuvent s'offrir. Combien de gens négligent leur dentition puisqu'ils doivent payer de leur poche.
 
Pour certains ménages la franchise de CHF 300.- est une somme déjà lourde et ce sont les mêmes qui vont hésiter à consulter faute de moyens.
 Ce n'est en tous les cas pas  favoriser la prévention primaire ni secondaire.
Il est vrai que certains patients abusent et consomment de la médecine pour n'importe quoi. Mais il est beaucoup plus dangereux de ne pas consulter assez tôt que de le faire trop tard.
Le Conseil National préfère écraser les petits et favoriser l'économie en soutenant les caisses; la preuve c'est qu' en plus dans la même session il refuse d'interdire la publicité pour le tabac fléau  dangereux qui tue.
Ne soyons pas dupes  et refusons d'être les dindons de ce qui n'est malheureusement pas une farce.
 
Dr. Béatrice Deslarzes
 

15:37 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

Le système de franchise tel qu'il est n'atteint effectivement pas l'objectif de dissuader une consultation pour un cas bagatelle. Et dans ce sens peu importe qu'elle soit de 300, 500 ou plus. Une fois la franchise annuelle atteinte, c'est open bar.

Il vaudrait mieux instaurer une franchise minime mais par cas plutôt que par année. Par exemple 30 Frs, dans certains pays ça se fait.

Écrit par : Boris Olchevik | 09/12/2016

Taper sur les caisses ne me semble pas la bonne solution dans le cas particulier. Faire croire que l'augmentation des coûts de la santé sont le fait des caisses-maladie est une absurdité. C'est la Parlement de ce pays qui va autoriser l'augmentation des franchises qui n'apportera évidement aucune amélioration au problème des coûts de la santé. Il s'agit d'un "simple" transfert de charges sur le dos des assurés et c'est naturellement les plus vulnérables d'entre eux qui seront les plus touchés.

Il faudra bien une fois ou l'autre que l'on dise dans ce pays qu'accuser les caisses n'est pas la bonne solution, n'est pas le solution du tout et qu'il faudra que notre Parlement ait le courage de dire que l'augmentation des coûts de la santé est indépendante des caisses et que ces dernières, traitées en boucs-émissaires, n'en sont en fait que le révélateur.

Dommage que P.-Y. Maillard n'ait pas accédé au C.F. Mais c'est un autre sujet !...

Écrit par : Michel Sommer | 10/12/2016

Les commentaires sont fermés.