17/12/2017

Elles ont eu sa peau

Et voilà par l'intermédiaire de son avocat Yannick Buttez renonce à son job de Conseiller National poussé par la pression de toutes ces femelles dont l'acharnement n'a pas cessé de l'écraser.

Il est vrai qu'une plainte a été déposée contre lui par une ancienne maîtresse qui ne supportait plus ses jérémiades d'amant délaissé.

Il est encore plus vrai qu'un homme imbibé d'alcool qui se transforme en "gros lourd" obnubilé par le genre féminin est insupportable. Mais de là à aller jusqu'à la plainte qui brise son avenir cela me paraît nettement exagéré.

On sait depuis longtemps qu'un valaisan éméché devient le plus souvent impossible à fréquenter mais de là à en faire un obsédé sexuel, un harceleur à toutes heures il y a un grand pas.

La majorité de mes congénères vont me jeter la pierre car mon cri de ras le bol de ce harcèlement tout azimut est une sacrée pente glissante vers une castration quasi inévitable de nos partenaires masculins.

Enfin tout semble arrangé au parlement puisque nos parlementaires femmes pourront aller pleurnicher dans le tout nouveau confessionnal qui sera créer pour elles début janvier 2018 .

Gageons qu'il y aura peut être aussi parfois des parlementaires masculins qui oseront utiliser cette nouvelle structure.

Béatrice Deslarzes 

 

 

21:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | |

Commentaires

Je ne suis pas certain que vous (et Pascal Décaillet) ayez vraiment pris la mesure de ce qui s'est passé entre Buttet et les femmes du Conseil national...
De plus, il est aussi question de son parti et de son image. On peut aisément comprendre que ses responsables aient une forte envie de se débarrasser d'un tel individu.

Écrit par : Géo | 17/12/2017

Aïe, Chère Madame, j'ai bien peur que vous ne vous fassiez pas que des amies en disant tout haut ce que beaucoup pensent sans oser l'exprimer. Bravo pour votre courage.

Écrit par : Michel Sommer | 18/12/2017

Oui, vous soulignez ce tout ou rien qui sévit actuellement dans plusieurs espaces de la société.
Cette symbolique se voit chez les femmes qui soit hurlent fort ou s'exhibent soit se retiennent. Dans le cas présent, pourquoi n'ont-elles pas agit adéquatement au fur et à mesure des gestes malencontreux?
Mais, dans le fond, étaient-ils si malencontreux?
Aux hommes maintenant de ne pas imiter cette attitude du tout ou rien et de se dresser clairement, d'exprimer pourquoi ils se seraient laissés aller ou, au contraire, quelle(s) ambiguïté(s)ils ont rencontré en face d'eux lors de ces rencontres qui leur sont reprochées?

A signaler aussi le temps entre les événements et les plaintes : cela permet un flou bien féminin....
je soulignerais aussi que si ces gestes considérés inopportuns sont pendant les séances parlementaires, oui, ils concernent le Parlement. S'ils sont dans les couloirs, avant ou après les séances, ils ont à être discutés en dehors et ne concernent pas le peuple. Je déplore vivement qu'on mélange les deux.Il y a tant de problèmes fondamentaux à résoudre dans notre civilisation actuelle!
Cela montre bien que à quel point le sens de la dirigeance de notre société est mis à mal, confuse et soumise à tant de courants qu'elle ne relève plus de l'art de la politique.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 18/12/2017

Marie-france de Meuron@

« Aux hommes maintenant de ne pas imiter cette attitude du tout ou rien et de se dresser clairement… »

Ben oui. Marie-France, de s’ériger c’est bien ce qu’on leur reproche, trop d’érections, trop d’érections…

Écrit par : Gislebert | 18/12/2017

Au bucher! au bucher les sorcieres! aaaaargh..

Écrit par : Gibus | 18/12/2017

Les femmes - je préfère à « femelles »- ne sont pas à mettre en cause. C’est un courant actuel qui veut que les tribunaux s’improvisent avant même que la Justice n’ait rendu son verdict.

Et en fait de bûcher, Gibus, reste à savoir qui les dresse et pourquoi!

Écrit par : Hélène Richard-Favre | 18/12/2017

Le haut-commissaire britannique rendait visite au sultan d'un petit protectorat* d'Asie du Sud-est pour s'enquérir des pratiques politiques locales.

-Your Excellency, when do you have elections here?

-Every day before bleakfast for sure.

Les mâles et les femelles alpha du Parlement apprécieront

*Nom connu de Joseph Conrad I présumé.

Écrit par : nEmo | 18/12/2017

Faut pas se tromper de victimes Mesdames. Je me demande en plus comment tous ses amis autant en politique (le PS Reynard, son vice président dans sa commune) qu'en privé, qui savaient tout cela, se sont tus ou au pire ont laissé faire sans jamais rien lui dire ou lui conseiller un cours de savoir vivre.

Ses agissements étaient connus, on entendait en parler, alors quoi fallait-il en arriver à un viol pour que cela soit enfin révéler.

Écrit par : Corélande | 18/12/2017

Les commentaires sont fermés.