10/02/2018

Un vrai nid de vipères

C'est en train de devenir le débat sur les coûts de la Santé qui sont en réalité les coûts de la maladie.

A force de vociférer contre les médecins et d'asséner des mensonges de plus en plus gros on devrait vraiment cerner les causes réelles de cette fameuse augmentation vertigineuse des primes maladie. Il y a des années que le problème est d'actualité parce que nos politiciens n'ont pas réussi à envisager les bonnes solutions pour les juguler.

Et comme par magie, le fait de s'acharner sur les médecins devrait solutionner le problème et ceci en accord avec les nouveaux alliés que sont les caisses maladie qui ne travaillent que dans leur propre intérêt en particulier financier.

On demande de la transparence dans les honoraires des médecins mais existe-t-elle au niveau des caisses? Quels salaires gagnent leurs dirigeants? Quelle responsabilité prennent-elles par rapport à une décision médicale qui demande de longues années d'études avant de pouvoir gagner sa vie convenablement?

Quand je vois et j'entends ce pugilat entre les différents partenaires je regrette parfois d'avoir ramé pendant des années pour pouvoir  offrir à mes patients une médecine de qualité qui mérite une rémunération convenable et qui bien souvent frise le sacerdoce.

Béatrice Deslarzes

Médecin

 

 

17:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

Commentaires

Il y a effectivement de quoi se désoler profondément en constatant comment nos dirigeants économico-politiciens cherchent à juguler un problème alors qu'ils sont totalement démunis face à ce qui les déroute depuis de nombreuses années.
Alors ils s'accrochent aux chiffres d'affaires des chirurgiens, ce qui n'a pas de sens dans la mesure où il faudrait évaluer pour chaque médecin ce que recèle ce chiffre: à combien d'heures de travail par semaine, à combien d'assistants pour les seconder? combien d'appareils nécessaires à leurs pratiques, etc. Et il faudrait encore qu'une telle comptabilité soit effectuée par des praticiens qui sont déjà bien affairés à gérer la bonne marche de leurs cabinets et surtout de leurs actes thérapeutiques?
c'est le même problème quand les économistes sanctionnent gravement un médecin sur la statistique par an et par patient, sans du tout se préoccuper de l'efficacité ni de ce que la prolongation des consultations a permis d'éviter comme frais.
C'est dans le même ordre d'idée que le gouvernement lance le sujet de la limitation du nombre de médecins remboursés par les assureurs. D'après quels critères? Toujours l'économicité alors que les Assurances n'ont aucun moyen de juger de l'efficacité des prestations. Ils se contentent de dire que la pratique de tous les médecins est la même! Et comme si tous les patients étaient identiques aussi! Avec une méconnaissance pareille de l'individualité des malades, ce système ne peut que se fracasser comme il est en train de le faire maintenant.
On pourrait les poursuivre pour abus de prérogatives mais je ne connais pas la formule juridique pour cela!
On peut aussi se demander ce que coûtent ces économistes et ses statisticiens de Santésuisse pour trouver des solutions mathématiques alors que le problème de fond est bien autre. Là aussi, il faudrait de la transparence pour définir les dépenses qui ne ressortent pas strictement de la gestion des primes des assurés.

Écrit par : Marie-France de Meuron | 10/02/2018

Excellent article On ne peut que vous donner raison

Écrit par : lovejoie | 11/02/2018

Les commentaires sont fermés.