14/02/2018

Une sacrée dose....d'hypocrisie...

"Boire ou conduire, il faut choisir" inscrit en gros sur l'autoroute Genève Lausanne à plusieurs reprises.Quel beau slogan et quel programme alléchant pour tous ceux  qui seraient tentés par une autre solution c'est à dire boire un peu trop.Quel  efficacité du point de vue prévention alors que le Parlement vient d'autoriser la vente de l'alcool dans les restaurants des aires de repos sur les autoroutes. Comment nos politiques peuvent-ils expliquer ce paradoxe?Pourquoi se moquer à tel point d'un prévention efficace et qui porte ses fruits en faisant semblant de prévenir et en même temps pousser à la consommation même modérée de boissons alcoolisées?

C'est exactement la même attitude avec "Be my Angel" qui demande de choisir une personne qui promet de ne pas boire d'alcool pendant tout une soirée pour rester un chauffeur sobre qui pourra prendre en charge le reste de la troupe. Cela pourrait partir d'un action valable pour diminuer les accidents de la route et éviter que les gens conduisent en état d'ébriété. Mais il y a un sacré revers de la médaille que nos autorités veulent écarter.Pendant toute la soirée tous les autres peuvent consommer jusqu'à la beuverie  voire le comma éthylique. C'est la voie de la facilité qui permet de continuer de consommer au maximum les boissons alcooliques sans perdre le moindre marché et surtout en enlevant toute responsabilité à chaque participant qui peut s'en donner à cœur joie puisqu'il est pris en charge par son ange non buveur.

Ce sont bien là des attitudes pour le moins ambigues qui veulent ménager l'économie et donner l’impression illusoire de vouloir freiner la consommation de ce breuvage qui reste un danger pour notre santé non seulement sur les routes si on en abuse.

Béatrice Deslarzes

Médecin

 

 

16:01 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

Commentaires

Je vous trouve bien sévère ! Pourquoi faudrait-il absolument se soûler lorsqu'on sait qu'une personne n’ayant pas bu une goutte d'alcool va vous ramener à bon port.

Le but de "boire ou conduire, il fait choisir" vise à éviter les accidents de la circulation dus à l'alcool. Nous parlons de prévention routière, pas de prévention relative à la consommation des boissons alcooliques qui est une cause au moins aussi noble que la prévention des accidents de la circulation. Difficile néanmoins de lier deux campagnes qui n'ont finalement rien à voir l'une avec l'autre, mais qui méritent l'une et l'autre d'être menées.

Je ne voudrais pas faire de parallèle hasardeux, mais quand je vois le tintamarre fait autour du cholestérol qui serait un "serial killer" alors que l'industrie agro-alimentaire continue d'empoisonner la population à petit feu en "fourguant" du sucre à tout va dans tout ce qu'elle ingurgite, on ne peut que partager la pensée du grand Einstein qui a dit :"Le monde est dangereux à vivre. Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire."

La question est donc de savoir si nos autorités font le mal ou si elles regardent...

Écrit par : Michel Sommer | 15/02/2018

Les commentaires sont fermés.