22/04/2018

Trahison du secret médical?

Dans le TDG du 18 avril 2018 notre ministre de la santé  Mauro Poggia répond aux questions posées par la journaliste Laurence Bézaguet au sujet de cet homme de 89 ans qui a été privé de l'assistance au suicide qu'il avait programmé avec l'aide d'EXIT à cause de l'intervention du député PLR Pierre Conne qui, alerté par une équipe de soignants des HUG,a déclenché la machine judiciaire en prévenant le procureur qui a annulé l'action d'EXIT. Il serait donc question d'une violation du secret médical par ce confrère qui aurait du s'adresser d'abord aux instances médicales des HUG au lieu de faire appel à la justice.Les HUG auraient pu vérifier si la volonté du patient était respectée et si il avait bien tout son discernement ce qui semblait être le cas dans cette affaire.

Je ne suis pas souvent d'accord avec Mauro Poggia mais là je crois qu'il a raison de soupçonner une action précipitée et maladroite de ce député qui ,à mon sens n'a pas eu une attitude adéquate et déontologique par rapport au corps médical par manque de solidarité et de confiance envers ses confrères. J'ose même me demander si il n'est pas aussi question de méfiance envers EXIT.

Pour que de telle situation ne se reproduise plus il faut que la motion déposée au parlement genevois en faveur d'une loi claire et précise pour l'assistance au suicide dans les établissements publiques soit acceptée pour que le libre choix de sa mort soit totalement respecté.

Béatrice Deslarzes

Médecin conseil d'EXIT

 

 

 

 

 

17:38 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

17/04/2018

Nous sommes menés ....par le bout du nez,

Il n'existe plus rien d'autre à Genève : on ne parle que des élections cantonales et plus rien d'autre n'a de sens!

Il me semble que le coup de semonce donné par le peuple au ministre des transports Luc Barthasat est clair comme de l'eau de roche : on t'a assez vu... dégage ...C'est pour moi une sorte d'avertissement des électeurs qui disent leur ras le bol de ce personnage.

Mais l'entente n'écoute pas et décide,malgré le vote du peuple, qu'elle ne l'entend pas comme cela. On fait moult arrangements pour ne pas dire magouilles, et on verra bien ce que l'on verra mais on fait tout pour porter ce candidat au deuxième tour.Enfin... c'est qui qui commande ...on ne va pas se laisser impressionné par ce petit peuple qui est là pour nous obéir uniquement. Les élections appartiennent aux dirigeants et on fonce dans la ligne du parti rien d'autre ne compte.....

Les abstentionnistes ( et ils sont nombreux) l'ont peut-être compris avant les autres qui "font leur devoir " en allant voter même si leur désir sont bien loin d'être pris pour des réalités.

C'est un constat: nos politiciens nous mènent simplement par le bout du nez!

   Béatrice Deslarzes

15:03 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |