26/10/2018

Désaccord FMH et ASSM

C'est ce que vient de faire la Chambre médicale de la Fédération des médecins Suisses (FMH) en refusant d'accepter les nouvelles directives "Attitude face à la fin de vie et de la mort" de l'Académie Suisse des Sciences Médicales (ASSM)

Lors de la mise en consultation de ces directives avant leur publication en juin 2018, 75% des personnes et institutions consultées ont accepté ces nouvelles directives en particulier celles concernant l’assistance au suicide.

C'est donc une poignée de confrères  terriblement conservateurs qui a décidé de ne pas inscrire ces nouvelles directives dans le code de déontologie de la FMH malgré l'avis de la population et l'approbation de la majorité des institutions consultées. C'est la première fois que cela se produit et personne ne connait encore les conséquences de ce désaccord

La pierre d’achoppement est donc avant tout ce critère de "souffrance insupportable" qui serait beaucoup trop subjectif pour les opposants alors que celui de "fin de vie éminente" leur paraît plus objectif.

Qui d'autre que le patient peut définir l'exacte raison de sa demande? C'est avant tout lui que cela concerne. Comment et pourquoi ne pas respecter avant tout que celui qui demande l’assistance au suicide soit le plus compètent à exprimer sa volonté tout en respectant les garde-fous mis en place par l'ASSM?

Tout au long de notre vie nous sommes appelés à prendre des décisions  plus ou moins importantes pourquoi ne serions nous pas capables de décider de notre mort et devrions-nous laisser ce choix à la soit disant objectivité du corps médical alors qu'il s'agit en fait du pouvoir paternaliste de certains confrères?

Notre autodétermination doit être respectée et doit rester le critère essentiel dans tout ce qui concerne les décisions médicales même en fin de vie.

Béatrice Deslarzes

16:06 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

24/10/2018

Une bonne fondue à Abu Dhabi

Une véritable hécatombe parmi nos politiciens qui se laissent séduire par le charme oriental de cette région arabe qu'est Abu Dhabi. Après la folie de Pierre Maudet qui risque sa peau pour les beaux yeux de cette région  voici que Barrazone succombe aussi aux sirènes de ce paradis féériques mais dangereux.

A quand le 3em homme (ou femme) qui va leur emboiter le pas en se laissant appâter par le luxe enjôleur  de ce pays lointain en oubliant leur devoir de politique élu par le peuple et en frôlant les règles d'un jeu de hasard pourtant assez éloigné de la veille coutume suisse bien routinière.

De toutes façons si l'on commence à creuser un peu (trop) on va certainement découvrir rapidement les différentes casseroles que ces messieurs dames trainent inexorablement derrière eux.Le propre en ordre ne fait souvent pas partie du curriculum d'un  politicien qui reste au vue de sa position tenté par des petits dérapages plus ou moins gênants.

Abu Dhabi semble si accueillant et plein de séduction que pour la sortie annuelle du Conseil D’État tout ce beau monde pourrait se retrouver autour d'une bonne fondue conviviale avec leurs hôtes ....Il faut bien promouvoir la culture Suisse.

 

Béatrice Deslarzes

 

 

15:29 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

16/10/2018

Smarter medicine

Drôle de titre qui va en étonner plus d'un d'entre vous. Et pourtant ce nom qui peut paraître barbare cache une prise de conscience intéressante et intelligente concernant les coûts de la Santé.

Nous sommes donc en terrain connu la Santé et l'explosion financière qui concerne chacun de nous avec ses primes qui grimpent et deviennent insupportables pour les nombreux assurés que nous sommes.

L'association smarter medicine a lancé une campagne qui vise à mieux faire comprendre au grand public le thème de la surmédicalisation et des soins inappropriés.

Le secteur de la santé et surtout de la médecine explose et les "progrès" réalisés ne sont plus gérables. On multiplie à tord et à travers les examens et leur consommation effrénée. Chaque médecin et chaque patient veut le maximum et plus rien n’arrête cette escalade sans fin qui multiplie à l'infini les examens de laboratoire et les gestes médicaux.

Et c'est en grande partie cette course folle que cherche  à freiner smarter medicine.

Une collaboration étroite entre le patient et le corps médical est programmée afin d'assurer le meilleur choix concernant les actes médicaux appropriés et la guerre est déclarée pour tous ceux qui sont considérés comme inutiles ou superflus.

Smarter medicinee dénonce aussi le gaspillage des ressources dans le secteur de la santé,

C'est une vision globale et nouvelle qui met en avant la responsabilité de chacun et qui pourrait bien révolutionner notre médecine dans une perspective efficace  concernant un aspect souvent ignoré (volontairement ou non)par tous les acteurs de la santé.

 

Béatrice Deslarzes

 

18:03 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |