08/11/2014

Confusion grave

La TDG annonce à deux reprises (le 4 nov. et le 7 nov 2014) l'installation de la Fédération mondiale des associations pour le droit de mourir à Genève début 2015.

L'arrivée de cette ONG ne suscite aucune opposition du président du Conseil d'Etat François Longchamp et réjouit bien entendu EXIT Suisse Romande.. Dans le dernier article parlant de ce sujet je tiens à relever une confusion importante qui est d'ailleurs fréquente parmi les journalistes mais aussi  la population entre les termes de l'assistance au suicide et l'euthanasie.

L'euthanasie active directe en Suisse est assimilable à un meurtre même si elle est pratiquée à la demande de la personne (Article 114 du Code Pénal Suisse).Le geste est fait par un tiers (médecin ou autre).

L'assistance au suicide selon l'article 115 du Code Pénal Suisse n'est pas punissable lorsqu'elle intervient sans mobile égoïste. La personne qui souhaite mourir accomplit elle-même le geste (absorption de la potion mortelle)qui entraîne la mort.

Il y a donc une très grosse différence entre ces 2 termes  surtout qu'en Suisse l'euthanasie est condamnable tandis que le suicide assisté pratiqué par les associations EXIT est légale dans notre pays.Le fait que la personne fasse le geste elle-même est essentiel.

Béatrice Deslarzes

Médecin Conseil d'EXIT Suisse Romande.

www.bea-music.com

 

 

 

14:41 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

04/11/2014

Le secret médical est roi

Par deux fois la TDG de hier lundi 3 novembre et d' aujourd'hui soulève le problème de la suppression du secret médical en prison. Comme le dit bien l'article essentiel de hier, Mauro Poggia en accord avec Pierre Maudet ont revu leur proposition de loi en essayant d'adoucir un peu leur sanctions.

J'espère que cette dernière mouture ne sera pas non plus acceptée par le corps médical soutenu d'ailleurs par le milieu juridique car Pierre Maudet n'est pas prêt à faire des concessions à son "tout sécuritaire" même si les arguments contre sont évidents.

Pour moi, ancien médecin consultant à Champ D'Ollon, l'essentiel doit être la confiance du prisonnier qui doit pouvoir dire librement à son médecin tout ce qu'il pense en dehors de toute contrainte. C'est comme cela et uniquement ainsi que l'on peut avoir des renseignements qui peuvent être utiles à la justice.

Je ne comprends pas du tout Mauro Poggia qui a toujours défendu les assurés et qui donne là une ouverture pour supprimer totalement le secret médical ce que les assurances maladie attendent impatiemment. C'est un pas vers cette dérive.

La médecine carcérale n'est pas facile. Elle demande beaucoup de doigté et de tolérance pour pouvoir faire son travail avec efficacité. Ne lui compliquons pas la tâche avec des mesures inutiles qui risquent de briser un équilibre déjà fragile.

Béatrice Deslarzes

Ancien médecin consultant à Champ D'Ollon

www.bea-music.com 

16:00 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

21/10/2014

Intolérance

Pourtant le pape François a fait tout son possible pour essayer de faire avancer les idées de l'église catholique et la sortir de son encroutement chronique.

Il s'est heurté à un synode plus conservateur et fanatique que jamais. C'est décidé les homosexuels et les divorcés remariés ne pourront pas revenir au bercail et resteront des moutons noirs rejetés par l'église catholique.Ils ne pourront toujours pas recevoir le corps du Christ puisqu'ils sont dans le péché.Le synode leur a jeté la pierre comme à des pestiférés, dont je fais partie puisque je suis divorcée et remariée.

De toutes façons je n'ai pas grande envie de rejoindre le troupeau puisqu'il  vit dans l'hypocrisie depuis des millénaires car le mot pédophilie a toujours été soigneusement caché et même protégé dans certains cas.

Nous les divorcés remariés et les homosexuels sont donc pires que les pédophiles et pourtant ce sont eux qui devraient être montrés du doigt pour tout le mal qu'ils font en particulier dans les rangs de l'église.

Béatrice Deslarzes

Excommuniée

www.bea-music.com

 

18:13 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

16/10/2014

Secret médical derrière les barreaux

Le Courrier du médecin vaudois(SVM) et Le Courrier reprennent en coeur ce thème et développent vraiment en détails les raisons pour lesquelles il ne faut pas toucher à ce secret en particulier en milieu pénitentiaire.

Ces différents articles m'ont rappelé mon travail de médecin consultant à Champ D'Ollon et combien il est important d'avoir avec le détenu un rapport de confiance qui permet une bonne efficacité du traitement et surtout laisse une grande liberté au prisonnier pour nous faire certaines confidences qui peuvent être nécessaires et utiles pour la justice.

La consultation en milieu carcéral est particulière. On ne doit pas transformer le médecin en policier. Il ne faut pas mélanger les rôles entre la médecine et la justice car chaque partenaire doit connaître ses attributions et collaborer pour le bien du patient.

Le secret médical doit rester intangible, la confiance étant une composante essentielle de la relation thérapeutique entre un médecin et son patient. Derrière les barreaux elle est un élément incontournable et essentiel.

Béatrice Deslarzes

Ancien médecin consultant à Champ D'Ollon.

www.bea-music.com

 

11:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

14/10/2014

Contagieux

De nombreux articles dans la TDG et surtout le Courrier sur les disputes plus ou moins honteuses au sein du CM de Veyrier dont la dernière séance plénière  fut pour le moins houleuse et décevante. Tout le monde est affecté par cette situation pour laquelle  on espère trouver un dénouement acceptable dés que possible.

Ce que je trouve terrible c'est que cette ambiance totalement négative se répète au niveau du Grand Conseil avec l'affaire de l'esclandre Stauffer qui pour finir ne sera pas "puni".

Pourvu que par contagion cette facette politique peu reluisante ne se répande comme une traînée de poudre dans tout le canton!

Nous les élus nous ne devrions pas nous permettre de donner une telle image et nous rappeler que nous sommes tous ensemble au service de ceux qui nous ont fait confiance en nous élisant.

Béatrice Deslarzes

Médecin et Conseillère municipale à Veyrier

www.bea-music.com

 

 

17:45 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

28/09/2014

Les rats peuvent danser

Les rats vont pouvoir s'en donner à coeur joie maintenant que le danger de la Caisse Publique est passé!

Les assureurs maladie vont donner libre cours à leur appétit :

continuer à chasser les bons risques sans aucune retenue, augmenter les primes plus que nécessaire, se payer encore plus de publicité avec notre argent, entretenir leurs "représentants" au sein du parlement, gâter leur actionnaires comme il se doit, faire payer les médicaments aux assurés avant d'accepter (ou non) leur remboursement et surtout limiter le libre choix du médecin en décidant lesquels vont être rémunérés par eux.

En votant Non à la Caisse Publique on leur a ouvert largement la porte à tous les excès!

Béatrice Deslarzes

Médecin et Conseillère municipale verte à Veyrier.

www.bea-music.com

19:36 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

18/09/2014

Trahison fédérale

Déjà l'autre soir à la TV j'ai pu voir Alain Berset le socialiste donner ses arguments (enfin ceux du Conseil Fédéral (?)) contre la Caisse Publique. Il a réitéré son discours aujourd'hui à midi sans aucune gêne ; on aurait vraiment pu s'imaginer qu'il y croyait.

Comment peut-on à la fois être socialiste et démolir une initiative lancée par son propre parti avec tant de conviction? Bien entendu ce sont les arguments du Conseil Fédéral et il faut rester collégial mais tout de même j'ai vraiment de la peine à supporter cette attitude.

Je sais bien que nos conseillers fédéraux sont de vrais politiciens donc qu'ils savent bien utiliser toutes les ficelles de la politique puisque cela fait des années qu'il les pratiquent  mais tout de même il y a des limites qu'il ne faudrait pas franchir. Quel exemple et quelle image pour nos jeunes qui voudraient s'engager en politique et même pour toute la jeunesse de notre pays.

En l'écoutant je n'ai pas pu m'empêcher de ressentir comme un goût amer de trahison même si cette forme d'hypocrisie fait partie intégrale de la politique qui n'est souvent rien d'autre qu'un goût démesuré du pouvoir.

Il faut en connaître des trucs pour arriver jusqu'au Conseil Fédéral et Alain Berset n'a fait que mettre en pratique ce qu'il a appris.

Béatrice Deslarzes

Médecin et conseillère municipale à Veyrier (sic)

P.S. Ce qui ne doit pas vous empêcher de voter OUI le 28 septembre.

www.bea-music.com

 

18:02 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

13/09/2014

Poudre aux yeux

"Le Parlement serre la vis aux caisses maladie" titre la TDG du jeûne genevois.

 Pourquoi en quelques heures le parlement accepte une soit disant loi sur la surveillance des assureurs? Tout à coup quelle mouche pique nos élus qui "au pas de charge" acceptent une multitude d'articles (59) qui pourraient  solutionner le problème de la LAMAL comme par un coup de baguette magique?

Une chose est certaine c'est que nos parlementaires reconnaissent que rien de fonctionne avec le système actuel puisqu'il faut un tel nombre d'articles pour régler ce problème. Et tout cela à quelques jours de la votation sur la Caisse Publique!

Un dicton dit très justement que "Les belles promesses rendent les fous joyeux". Serions-nous assez fous pour croire en cette décision? Serions -nous même assez nigauds pour croire en une telle manoeuvre de nos politiciens qui sont nombreux à être dans les conseils d'administration des caisses et qui, si la votation du 28 septembre apportait un OUI à la Caisse Publique, perdraient une partie de revenus non négligeables?

Attention à ce grand coup de bluff qui a pour but de nous jeter de la poudre aux yeux pour nous empêcher de voir clair et pour atténuer les arguments très efficaces et réalistes des partisans de cette initiative.

 Ne nous laissons pas impressionner ni surtout influencer par cette manoeuvre qui n'est que politique et soyons tous solidaires pour dire OUI le 28 septembre prochain.

Béatrice Deslarzes

Médecin et conseillère municipale à Veyrier

www.bea-music.com 

12:49 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

05/09/2014

Enfin ....

Enfin un peu de souplesse voir d'humanité dans la décision de notre procureur général Olivier Jornod qui décide de ne plus faire du tout carcéral comme il l'a fait pendant 2 ans!

Un bon point c'est qu'il reconnaît avoir emprisonné sans restriction par rapport à la Loi sur les étrangers (LEtr). Il ne sait pas trop ce qu'il adviendra de ces personnes qui ne sont pas emprisonnées mais cela "ne met pas en péril son action"extrêmement totalitaire à mon avis.

Sa décision n'est pas très compréhensible même en lisant attentivement ses propos dans le TDG d'aujourd'hui.

Je me demande quelle raison ou quelle pression politiques ont pu l'influencer de cette manière?

Puisqu'il demande plus de prisons c'est, à mon humble avis, qu'il n'a pas l'intention de changer fondamentalement sa politique d'incarcération.

Olivier Jornod est un véritable homme du tout sécuritaire quitte à enfermer des personnes pour des délits mineurs et surcharger ainsi ChampD'Ollon en entassant les détenus comme des bestiaux. Ce qui par ailleurs a été condamné par le Tribunal Fédéral (TF).

Il y a certainement d'autres moyens voir des sanctions différentes pour contrôler la sécurité à Genève.

C'est à lui et à ceux qui l'entourent de les trouver pour permettre à ceux qui ont commis des "fautes" de rester dignes. 

Béatrice Deslarzes

Ancien médecin consultant à Champ D'Ollon.

www.bea-music.com

 

 

16:58 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

29/08/2014

Trop à cacher

Enfin le Grand Conseil a accepté qu'une nouvelle enquête soit ouverte concernant la mort d'Adeline. C'est le moment car il y a trop de zones d'ombre en rapport avec cette affaire.

Un grand bravo tout d'abord aux députés qui ne ce sont pas laissés impressionner par les arguments souvent fallacieux des HUGE mais surtout bravo à la famille et à tous ceux qui les soutiennent de ne pas avoir accepté les propositions douteuses d'indemnisation qui leur a été proposées pour clore cet enquête.

Un tel acharnement de la part des établissements hospitaliers laisse vraiment supposer qu'il y a beaucoup de chose à étouffer en particulier dans l'attitude de l'ancien dirigeant du Département en question qui n'avait pas l'air très chaud pour contrôler le service de la Pâquerette.

La Pâquerette a été gravement éclaboussée; il y a eu certainement des manques importants mais pendant des années cet établissement a fait tout de même un bon boulot pour la réinsertion des prisonniers domaine qui est extrêmement difficile et ingrat.

Le personnel souvent dévoué et sincère paye à la place des hauts responsables qui sont restés dans l'ombre pour ne pas être touchés; le problème des détenus est souvent pour eux tout à fait secondaire car ce sont tous des méchants qui doivent payer.

J'attends impatiemment les résultats édifiants de cette nouvelle enquête et je pense que probablement quelques têtes vont vaciller et même tomber lourdement.

Béatrice Deslarzes

Ancien médecin consultant à Champ D'Ollon

www.bea-music.com

 

 

 

 

 

 

 

15:39 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

26/08/2014

Notre futur....

J'ai très envie de partager cette phrase du prix Nobel de médecin car elle nous met sous le nez la triste réalité de notre futur "plein de vieux" dont je fais déjà partie, malheureusement:

"Dans le monde actuel, on investit cinq fois plus en médicaments pour la virilité masculine et en silicone pour les femmes que pour la guérison de l'Alzeimer. D'ici quelques années nous aurons des vieilles aux gros seins et des vieux aux pénis bien raides mais aucun d'entre eux ne se souviendra à quoi ça sert"

.....mais la médecine continue à tout faire pour que l'on vive encore plus longtemps.....

Béatrice Deslarzes

Médecin

www.bea-music.com

12:06 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

18/08/2014

La France n'avance pas....

Une responsable française de l'Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité s'est exilée en Suisse pour recourir à l'assistance au suicide, car le France ne permet pas cette pratique.

 

Une responsable de l'ADMD (Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité) a "dû s'exiler en Suisse pour mourir dans la dignité", a annoncé vendredi l'association pro-euthanasie. Nicole Boucheton était atteinte d'un cancer en phase terminale.

Dans un texte posthume, Nicole Boucheton explique les raisons de son exil et regrette que le président François Hollande n'ait "toujours pas tenu sa promesse" sur "l'assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité".

"Je suis atteinte d'un cancer du rectum. Lors du diagnostic, le seul traitement curatif était chimio, tomo-thérapie puis chirurgie : colostomie. J'ai refusé la chirurgie, car trop mutilante : l'anus artificiel qui me condamnait à une vie dans des conditions que je juge, pour moi-même, dégradées et inacceptables", écrit-elle.

"Pouvoir faire un autre choix"

"Alors, j'ai pris contact avec une association suisse afin d'y pouvoir faire un autre choix, celui d'un départ rapide puisque ma seule issue était la mort", poursuit Nicole Boucheton.

"Cela demande beaucoup d'argent : la prise en charge elle-même, le voyage, l'hébergement sur place (...). L'engagement du président Hollande, non tenu, qui s'enlise dans sa mise en place de missions et rapports successifs verra-t-il le jour ? J'aurais aimé en profiter et ne pas avoir à m'exiler en Suisse", conclut-elle.

Lors de sa campagne présidentielle, François Hollande avait promis de proposer que "toute personne majeure en phase avancée ou terminale d'une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander, dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d'une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité".

De l'individuel au collectif

"En souhaitant rendre publique les conditions de sa mort par suicide assisté en Suisse", Nicole Boucheton a "démontré que son combat individuel pour l'euthanasie rejoint son combat collectif", a estimé le président de l'ADMD, Jean-Luc Romero.

La loi Leonetti, adoptée en 2005, encadre les conditions de fin de vie et interdit l'acharnement dans la poursuite des soins, le plus souvent pour des personnes en fin de vie ou souffrant de maladies graves et incurables. Mais elle ne permet ni l'euthanasie - qui désigne l'acte d'un tiers pour donner la mort - ni le suicide assisté.

Béatrice Deslarzes

Médecin Conseil D'Exit Suisse Romande

17:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

14/08/2014

Inutile et même honteux

Depuis le temps que j'ai envie de donner mon avis sur ces fameuses Fêtes de Genève et comme j'ai lu que, enfin, il serait question de les écourter voire les supprimer je peux épancher mon fiel sur cette manifestation.

Ces soit disant Fêtes ne sont au fonds rien d'autre qu'une sorte de débauche terriblement bruyante qui ne sert à rien d'autre que de favoriser la consommation d'alcool et de mal bouffe et probablement aussi de sexe.Des jeux de mauvais goût qui attirent la médiocrité et la consommation uniquement et surtout qui n'apportent rien de culturel : de la quantité au lieu de la qualité!

De plus elles coûtent très cher en particulier pour les feux d'artifice (CHF 700.000!) qui s'évaporent dans le ciel comme notre bonne conscience.

Au vue de ce qui se passe actuellement dans le monde en particulier les guerres qui font rage en Orient pourquoi ne pas décider de s'en priver pour distribuer ces fonds aux nombreux réfugiés qui eux en ont vraiment besoin? En faire une action politique et humanitaire sans que cela nous prive ou nous frustre?

Pourvu que les organisateurs se mettent à réfléchir pour en faire de vraies fêtes qui ne nous feraient plus honte.....

Je suis peut-être la seule à avoir ce sentiment mais on peut toujours rêver!

Béatrice Deslarzes

Médecin et conseillère municipale Les Verts à Veyrier.

P.S. Il y a aussi eu des feux à Veyrier et j'ai  eu l'impression, en fermant les yeux, d'être un peu à Gaza....

www.bea-music.com 

 

 

 

 

15:52 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

06/08/2014

Ras le bol...

"La colère des gardiens coûte 126.000 fr.à la Ville" peut étonner pas mal de monde et même choquer. De mon côté je serai plutôt solidaire des gardiens car je comprends parfaitement bien qu'ils en ont assez des conditions de travail et surtout du manque d'initiative de la part des autorités politiques pour changer cet état de fait. Le département de Pierre Maudet aidé par le procureur Olivier Jornod ne cesse  de faire du tout carcéral alors que depuis longtemps on sait que la prison de Champ D'Ollon est complètement surchargée. 

On ne peut pas reprocher aux gardiens de n'avoir pas essayé de convaincre le département responsable de prendre le problème sérieusement en compte et de trouver enfin une solution pour que à la fois les conditions de détention et de travail soient correctes et supportables, ce qui n'est pas du tout le cas.

Cette somme peut paraître exorbitante mais elle ne représente qu'une goutte d'eau en comparaison de celle dépensée pour les Fêtes de Genève qui poussent à la débauche et qui engendre encore plus de surcharge à Champ D'Ollon sans tenir compte des plaintes justifiées du personnel et des prisonniers.

"Le dialogue n'est pas rompu" termine l'article mais pour moi c'est un dialogue de sourds.....

Béatrice Deslarzes

Ancien médecin consultant à Champ D'Ollon

www.bea-music.com

 

17:11 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

30/07/2014

Charivari inutile

"Cacophonie médicale face à la caisse unique" titre la TDG d'aujourd'hui avec  l'avis plus ou moins détaillé de 3 médecins dont les arguments vont de la réalité à la fiction la plus fantaisiste.

Pour moi il est tout à fait clair que l'opinion de mon confrère Michel Matter résume bien la situation actuelle  de la caisse maladie qui est totalement géré par un intérêt financier et commercial des assureurs qui ne peut durer.La chasse aux bons risques fait aussi partie de l'un de leurs buts au détriment des malades qui souffrent de maladies chroniques parce qu'ils coûtent plus chers.Sans parler du manque de transparence dont elles font preuve.

Ce n'est donc pas, comme le dit Jacques-André Haury, adversaire farouche de cette caisse "profondément contraire au génie helvétique". Je me demande ce que vient faire cette affirmation ridicule alors qu'il s'agit de défendre les assurés qui casquent depuis des années sans savoir vraiment ce que font les caisses avec leur argent.

Je pense que cette cacophonie est produite par les médecins qui défendent aussi leur propre intérêt car ils font souvent partie des conseils d'administration et sont alors rémunérés par les assureurs.

Pensons avant tout à défendre nos avantages  en votant OUI à la caisse publique le 28 septembre.

Béatrice Deslarzes

Médecin et Conseillère municipale à Veyrier

www.bea-music.com

10:35 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

24/07/2014

Campagne mensongére...

Grosse pub complètement mensongère sur le réseau Facebook pour le non à la Caisse Publique alors que les assureurs maladie refusent toute transparence concernant les dépenses faites avec notre argent.

Elles prétendent que cette caisse va tuer la concurrence alors qu'elles proposent toutes les mêmes prestations et que cette concurrence est donc totalement fictive.

Elles ont par ailleurs senti le vent de la caisse unique et se sont déjà réunies en une grande caisse .... pour pouvoir faire encore plus de bénéfices sur notre dos et surtout pouvoir imposer un dictat dans le domaine des assurances et sur celui de notre santé.

Cela fait des années qu'elles se moquent de nous et que leur comptes ne sont pas transparents pour pouvoir cacher leur manigances.

Ne nous laissons pas impressionner par leurs arguments trompeurs et mobilisons nous pour enfin défendre nos intérêts et surtout ceux des générations futures.

VOTEZ OUI POUR LA CAISSE PUBLIQUE!

Béatrice Deslarzes

Médecin et Conseillère Municipale à Veyrier

www.bea-music.com

 

18:05 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

02/07/2014

Pub à nos dépends

Je suis très satisfaite de voir que je ne suis pas la seule à critiquer (ancien courrier) l'attitude des assurances maladie qui critiquent ouvertement la Caisse publique et cela certainement avec notre argent même si elles n'en ont pas le droit. (C'est comme les pubs à la TV faites avec quel argent??)

Un grand coup de gueule de la FRC qui nous défend nous les consommateurs et qui ose s'élever ouvertement contre ces pratiques.

Les assurances vont tout faire, et elles en ont les moyens surtout financiers, car la caisse publique va leur enlever leur pain quotidien qui leur permet d'encaisser des primes toujours plus élevées sur le dos des assurés que nous sommes tous.

La Caisse publique aura la grande qualité c'est de permettre enfin une transparence des coûts que nous cachent les assurances depuis des années. Elles font des magouilles entre la LAMAL et les complémentaires en mélangeant les différents comptes. Tout leur est permis et on se demande aussi ce que fait réellement Santé Suisse qui devrait les contrôler plus efficacement. C'est qu'elles sont puissantes ces sacrées caisses et qu'elles n'on pas du tout envie de lâcher le morceau qui les fait vivre très largement.

Si l'on réussit à passer cet obstacle créé par les différentes caisses qui au fonds nous offrent toutes les mêmes prestations (presque comme une sorte de caisse unique en prétendant faire de la concurrence!)  et de plus viennent de se réunir en un grand trust, je suis persuadée que la caisse unique publique représentera un vrai progrès et beaucoup plus de justice.

Béatrice Deslarzes

Médecin et Conseillère municipale verte à Veyrier

www.bea-music.com

16:16 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

25/06/2014

Progrès ou recul ?

Nicolas Bonnemaison, le médecin bayonnais comparaissait depuis le 11 juin devant la cour d'assises de Pau pour avoir abrégé la vie en 2010 et 2011 de sept patients très âgés et en fin de vie. Il a assuré ce mercredi 25 juin avoir"agi en médecin jusqu'au bout du bout". Il vient d'être acquitté des faits qui lui étaient  reprochés par les jurés sous un tonnerre d'applaudissements.

Quelle belle victoire pour tous ceux qui défendent le droit à l'autodélivrance et le droit au choix de sa mort comme les associations EXIT en Suisse.

D'un autre côté il y a le cas Vincent Lambert ce jeune tétraplégique qui est depuis 6 ans dans un état végétatif chronique dénué même de conscience minimale et "prisonnier" entre l'avis du Conseil d'Etat (la plus haute juridiction administrative de France) qui s'est prononcé pour l'arrêt des soins et celui de quelques membres de sa famille très religieux qui veulent maintenir ce jeune patient en vie par tous les moyens : une sorte d'acharnement thérapeutique malgré le désir de mourir dans la dignité exprimée par lui-même  avant son accident. Cette partie de la famille, aveuglée par une religion intolérante, refuse de le laisser partir au mépris de sa volonté; elle a même fait recours à la décision du Conseil d'Etat à la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH).

La France, comme beaucoup d'autres pays,reste encore déchirée par les problèmes entourant la fin de vie et en particulier celui de l'euthanasie.

Béatrice Deslarzes

Médecin conseil d'EXIT

www.bea-music.com

17:21 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

19/06/2014

BMS: Les soignants et la mort.

 Les soignants et la mort. Multiples interrogations de Jean Martin: Bulletin des Médecins Suisses (BMS) du 18.06.14

L'article essaye de mentionner les multiples interrogations de ce livre mais pas toutes les questions qui se posent en fin de vie en particulier l'une d'entre elles le sujet de l'autodélivrance.
En lisant les quelques lignes de Jean Martin , sans avoir lu ce livre , j'ai la nette impression qu'il s'agit d'une sorte d'hymne aux soins palliatifs avec la bonne conscience d'un bon nombre de ceux que l'on appelle un peu pompeusement des palliatologues.
Un mot qui définit bien pour moi des médecins qui utilisent tous les moyens techniques et thérapeutique pour prolonger la vie à tout prix sans tellement tenir compte de l'avis et du choix du patient.
Cela reste pour moi toujours un pouvoir de la médecine qui souvent  considère la mort encore comme un échec.
Je pense qu'il ne faut pas laisser sous silence ceux qui choisissent de mettre fin à leur jours tout simplement après mûre réflexion; cette décision fait aussi partie des "interrogations" que l'on peut se poser en fin de vie.
Ce n'est certes pas la majorité des gens mais c'est important d'en tenir compte.
C'est un moyen de respecter l'autonomie de la personne, autonomie qui n'est souvent pas écouté ni suivi par la grande majorité des spécialistes des soins palliatifs qui veulent maitriser la vie jusqu'au bout.
 

Béatrice Deslarzes

Médecin conseil d'Exit.

www.bea-music.com


16:51 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

17/06/2014

Acharnement thérapeutique ?

Pas un mot sur l'état de santé de Schumacher qui vient de sortir du coma sous peine d'encourir une poursuite  juridique de la part de la famille. Le secret le plus absolu doit être gardé pour respecter la sphère privée.

Cela ne va en rien changer l'évolution de son état végétatif même si il est entre les mains des meilleurs spécialistes. Il va probablement intégrer la fameuse unité spécialisé du CHUV qui maintient en vie 3 patients en état de conscience minimale sans aucune communication et qui demande des soins constants qui au fond de servent à pas grand-chose.Ces patients ont une chance de récupération de moins de 10%.

Devant ce brillant champion transformé en légume au service de la science je ne puis m'empêcher de  me demander si cette forme d'acharnement thérapeutique et surtout technique à un sens par rapport à la qualité de vie.Cet exemple me permet aussi de philosopher sur notre relation avec la mort. N'est-elle pas préférable à une telle situation? Pourquoi ce tabou est-il ancré profondément  en nous et pourquoi sommes nous prêts à supporter n'importe quoi au nom de la vie? 

Un débat à ouvrir sur le problème de cette forme d'acharnement technique de la médecine qui fait partie de l'orgueil de l'être humain qui repousse toujours plus l'échéance de la mort parce qu'il se croit éternel.

Béatrice Deslarzes

Médecin 

www.bea-music.com

14:06 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |