28/02/2018

La guerre aux armes

Il faut oser parler d’assouplissement des règles d'exportation d'armes de puis la Suisse en période de conflit syrien qui est une véritable catastrophe humanitaire, un véritable massacre autorisé. Et bien il a osé...C'est notre nouveau Conseiller Fédéral Ignazio Cassis ministre des Affaires étrangères qui soutient cette proposition. Comme le dit la TDG d'aujourd'hui dernier jour de février "l'arrivée d'Ignation Cassis aux Affaires étrangères est perçue comme une aubaine par les milieux proches de l'industrie de l'armement".

Une véritable aberration qui ne va qu'attiser le feu de la guerre et augmenter tout conflit fratricide et meurtrier.

Pour moi et certainement de nombreuses personnes la seule façon de limiter les hostilités c'est de stopper la source même d'armes c'est à dire la vente d'armes en particulier dans les pays en conflit armé.

C'est exactement le contraire que veut cette "assouplissement"proposé qui va jeter de l'huile sur le feu, embraser et favoriser tout conflit.

Le monde entier est responsable de ce génocide syrien et autre guerre qui sévit en votant pour des couloirs humanitaires qui sont des emplâtres sur des jambes de bois tout en continuant à livrer du matériel de guerre.Une  énorme hypocrisie  que se permet de parler de paix tout en favorisant la guerre parce que ça rapporte.

Et nous nous taisons tous bien planqués dans notre confort quotidien très loin de toutes ces atrocités qui hurlent pourtant chaque jour dans les médias.

Béatrice Deslarzes

Médecin

 

 

17:48 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

27/02/2018

Que du blablabla....

Organisée avec beaucoup de courage et de sincérité par le comité de l'initiative "Pour une politique culturelle cohérente  à Genève"une soirée publique avait lieu hier soir le 26 février à l’Opéra des Nations avec les candidat-e-s au Conseil d’État genevois. Sur 31 candidats inscrits il y en avait 21 alignés face au public le long d'une table qui n'en finissait pas de s’allonger tellement ces prises de position n'en finissaient pas et  devenaient de plus en plus ennuyeuses et inutiles.

Une parade de coqs ( j'en oubliais les quelques femelles donc des " poules") qui se gargarisaient à tour de rôle en n'oubliant pas de se prendre de bec pour que chacun montre enfin sa supériorité  pourtant bien relative.Des milliers de mots qui font l'habituelle ritournelle des milieux politiques.Du blablabla sans fin pour ne rien dire.

Dommage mais je crois bien que le but recherché par les organisateurs s'est heurté au défaut majeur des politiciens qui pensent seulement à faire de l’esbroufe pour impressionner l’électeur.

Dommage mais ce fut une soirée vaine et superflue.....Comme presque toujours me direz-vous lorsque l'on tente de mobiliser les politiciens en période électorale qui ne savent que faire  la roue avec leur ego surdimensionné et leur belles promesses qu'ils ne tiendront de toutes façons pas.

Béatrice Deslarzes

Ancienne conseillère municipal à Veyrier. 

14:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

22/02/2018

Quelques moutons noirs

Dans la Revue Médicale Suisse une lettre ouverte à Mauro Poggia d'un confrère Chirurgien-pédiatre  à Genève a retenue toute mon attention.Elle n'est pas" piquée des vers" et notre ministre de la Santé en prend un grand coup par rapport à ses dernières affirmations concernant le salaire des médecins. Des allégations qui d’après son auteur ne sont que mensonges éhontés qui ne sont là uniquement pour servir le pouvoir électoraliste de ce magistrat. La reprise en cœur par le Président de la Confédération Alain Berset ainsi que les affirmations du ministre de la santé vaudois Pierre Yves Maillard le choquent au plus haut point.Il souligne , à juste titre, l'effet néfaste de ces propos  sur le maintien d'un rapport médecin/patient adéquat et constructif.

Je pense tout comme lui quant à la majorité des médecins (même chez les spécialistes)qui sont complétement dévoués à leur profession et à leur malades.

Mais toutefois j'ai un petit bémol à souligner surtout depuis mardi passé. Ce jour là souffrant de lombalgies importantes et tenaces je me suis rendue chez le pape de l'infiltration qui travaille dans un centre de radiologie qui vient d’acquérir un nouvel appareil super moderne pour les IRM alors que ce laboratoire en possède déjà un.Un examen médical très succinct voire inutile débute cette consultation qui se termine par l'obligation de faire une IRM pour soit disant confirmer son diagnostique supposé. Pas de faute professionnelle dans cette démarche mais une forte poussée à la consommation d'IRM, il faut bien rentabiliser ce nouvel appareil.

C'est là que j'ai compris que certains de mes confrères peuvent bien atteindre le million et plus mais pour moi ce sont des moutons noirs qui dénaturent notre profession et la stigmatisent en faisant leur métier essentiellement  dans un but lucratif.Cela reste tout de même un petit pourcentage sur les dizaine de milliers de médecins qui s'occupent avant tout du bien de leurs patients.

Béatrice Deslarzes

Médecin

 

 

 

 

18:40 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook | | |

18/02/2018

Le partage, un plaisir....

Depuis 2003 nous soutenons de jeunes artistes de moins de 30 ans dans les domaines des musiques actuelles, des arts visuels et des nouveaux médias. Cela nous fait déjà 15 ans d'expérience dans le domaine de la philanthropie. Un long parcours plein de découvertes artistiques et surtout de partage avec les créateurs du futur tout en soutenant la culture qui souffre de plus en plus de coupes drastiques imméritées de la part du domaine publique.

Montrer la place indispensable du soutien privé qu'il devient de plus en plus urgent de développer.

Au mois de mars de cette année va sortir aux éditions Slatkine à Genève, notre livre "Le Mécénat-Un plaisir". Il raconte cette expérience de 15 années de mécénat pour susciter de nouvelles envies de soutiens privés en faveur des jeunes artistes. 

C'est un chouette bouquin de 144 pages avec non seulement de nombreuses photos mais aussi les témoignages de plusieurs artistes parmi les 350 que nous avons déjà soutenus.

L'histoire de 2 anciens médecins hospitaliers qui se sont recyclés en créant la Fondation Bea pour Jeunes Artistes et qui ont décidé de donner au lieu de consommer.

Béatrice Deslarzes

Présidente

www.fondationbea.com

 

 

 

17:42 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

14/02/2018

Une sacrée dose....d'hypocrisie...

"Boire ou conduire, il faut choisir" inscrit en gros sur l'autoroute Genève Lausanne à plusieurs reprises.Quel beau slogan et quel programme alléchant pour tous ceux  qui seraient tentés par une autre solution c'est à dire boire un peu trop.Quel  efficacité du point de vue prévention alors que le Parlement vient d'autoriser la vente de l'alcool dans les restaurants des aires de repos sur les autoroutes. Comment nos politiques peuvent-ils expliquer ce paradoxe?Pourquoi se moquer à tel point d'un prévention efficace et qui porte ses fruits en faisant semblant de prévenir et en même temps pousser à la consommation même modérée de boissons alcoolisées?

C'est exactement la même attitude avec "Be my Angel" qui demande de choisir une personne qui promet de ne pas boire d'alcool pendant tout une soirée pour rester un chauffeur sobre qui pourra prendre en charge le reste de la troupe. Cela pourrait partir d'un action valable pour diminuer les accidents de la route et éviter que les gens conduisent en état d'ébriété. Mais il y a un sacré revers de la médaille que nos autorités veulent écarter.Pendant toute la soirée tous les autres peuvent consommer jusqu'à la beuverie  voire le comma éthylique. C'est la voie de la facilité qui permet de continuer de consommer au maximum les boissons alcooliques sans perdre le moindre marché et surtout en enlevant toute responsabilité à chaque participant qui peut s'en donner à cœur joie puisqu'il est pris en charge par son ange non buveur.

Ce sont bien là des attitudes pour le moins ambigues qui veulent ménager l'économie et donner l’impression illusoire de vouloir freiner la consommation de ce breuvage qui reste un danger pour notre santé non seulement sur les routes si on en abuse.

Béatrice Deslarzes

Médecin

 

 

16:01 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

10/02/2018

Un vrai nid de vipères

C'est en train de devenir le débat sur les coûts de la Santé qui sont en réalité les coûts de la maladie.

A force de vociférer contre les médecins et d'asséner des mensonges de plus en plus gros on devrait vraiment cerner les causes réelles de cette fameuse augmentation vertigineuse des primes maladie. Il y a des années que le problème est d'actualité parce que nos politiciens n'ont pas réussi à envisager les bonnes solutions pour les juguler.

Et comme par magie, le fait de s'acharner sur les médecins devrait solutionner le problème et ceci en accord avec les nouveaux alliés que sont les caisses maladie qui ne travaillent que dans leur propre intérêt en particulier financier.

On demande de la transparence dans les honoraires des médecins mais existe-t-elle au niveau des caisses? Quels salaires gagnent leurs dirigeants? Quelle responsabilité prennent-elles par rapport à une décision médicale qui demande de longues années d'études avant de pouvoir gagner sa vie convenablement?

Quand je vois et j'entends ce pugilat entre les différents partenaires je regrette parfois d'avoir ramé pendant des années pour pouvoir  offrir à mes patients une médecine de qualité qui mérite une rémunération convenable et qui bien souvent frise le sacerdoce.

Béatrice Deslarzes

Médecin

 

 

17:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

30/01/2018

Une fausse voie

Le Conseil Fédéral en la personne d'Alain Berset  est en train de se tromper de voie concernant l'assurance maladie.

Poussé par les lobbys puissants des caisses maladie au sein du parlement il ne peut pas voir le véritable problème qui se trouve au niveau de l'augmentation des coûts de la santé (maladie) et donc la hausse vertigineuse des primes.

Si l'on veut diminuer ces coûts et stabiliser un peu le système de la LAMAL il ne suffit pas de trouver un bouc émissaire en assénant de fausses vérités sur notre responsabilité de médecins dans cette explosion des coûts. Il faut stopper cette mentalité qui consiste à dresser les généralistes contre les spécialistes qui seraient responsables de tous les maux.Attiser ce combat pour expliquer l'inefficacité des politiciens qui font et disent n'importe quoi pour être élus ou réélus et surtout nuire au rapport médecin-patient qui est primordial.

Nous sommes tous responsables de cet état de chose mais surtout il ne faut pas oublier que la médecine a fait des progrès énormes ce qui pousse de plus en plus à la consommation de la part de chacun.

La médecine est devenue un marché comme un autre et partout fleurissent de nouvelles méthodes ou analyses qui coûtent extrêmement chères en particulier en fin de vie. Cette sorte d'acharnement technique bien souvent seulement pour prolonger de quelques mois la quantité   de vie sans tenir compte de la qualité de celle-ci est un problème que les politiciens n'osent pas aborder car ça reste  encore un tabou.

Je suis persuadée qu' entre la diminution de la consommation de technique médicale tout au long de notre vie de patient mais surtout en fin de vie nous pourrions faire baisser réellement ces coûts de la Santé qui sont en réalité ceux de la Maladie.

Béatrice Deslarzes

Médecin

17:28 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

26/01/2018

Du grand cinéma

Tous les grands de ce monde se retrouvent entre eux pour décider de l'avenir de notre planète.Une bande de guignols qui nous manipulent et qui font la pluie et le beau temps pour nous pauvre "populace."

Le monde du pouvoir est similaire à celui de l'argent et il fait ce qu’il veut sans nous laisser la moindre chance de réagir.

Tous les acteurs sont sur le plateau et se démènent pour exposer et faire avancer leurs idées surtout si elles sont mauvaises. Beaux numéros en perspective de la part de ces comédiens de quatre sous mais qui s'en mettent plein les poches sur notre dos.

Le monde du showbiz est bien présent et les mondanités coulent à flot même complétement à contre courant de ce que nous désirons.

Bref tout est à l'envers et attention au plus grand méchant loup qui va s'agiter comme une marionnette à la perruque blonde et qui va nous asséner des idioties pour clore cette grande comédie qu'est le WEF.

Béatrice Deslarzes

16:39 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

12/01/2018

Un soutien bienvenu

Lorsque j'ai rédigé dernièrement mon blog et le courrier des lecteurs en affirmant que" balancetonporc" et "metoo" exagérait vraiment trop à nous rabattre les oreilles,je pensais me retrouver bien seule (avec quelques exceptions...heureusement...) à dénoncer et tempérer  l'acharnement des femmes en général qui se réfugient derrière un  harcèlement qui devenait une obsession contre les hommes. J'ai par ailleurs reçu pas mal de commentaires accusateurs et souvent des insultes par la suite.

Quel plaisir d'apprendre qu'une centaine de femmes partage mon opinion. Elles condamnent une généralisation qui dénonce tous les hommes comme des porcs en puissance. Elles demandent de la nuance et de la proportionnalité dans la définition du harcèlement. Elles suggèrent de la mesure et font bien la différence entre un véritable harcèlement et le droit de faire la drague même si elle est maladroite et insistante.

Merci à elles de se lever contre cette sorte d'infantilisme de la femme qui fait toujours d'elle une pauvre victime sans défense.

Relevons la tête mesdames nous sommes comme Catherine Deneuve  le dit fortes et capables d'apprécier encore qu'un homme nous fasse la cour et sache nous apprécier sans lui prêter toujours des intentions malsaines.

Béatrice Deslarzes

16:50 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |

10/01/2018

Hommage à une pionnière

Je reviens de l'enterrement de La Dr. G. Burgermeister et plein de souvenirs m'ont fait verser quelques larmes.

Nous avons vécu elle et moi une aventure unique il y a bien des années.C'était dans les années 80 un appel radio nous a fait nous rencontrer , un appel d'un inconnu qui voulait réunit des personnes intéressées par la fondation d'une Association pour le Droit de Mourir dans le Dignité. C'est sur un coin de table d'un bistrot qu'allait naître l'association EXIT qui défend le droit de choisir sa mort et qui promeut l'assistance au suicide.

C'est en 1982 qu'est né EXIT et ce fut un véritable combat contre l’acharnement thérapeutique qui sévissait dans le milieu médical et ceci à cause des énormes progrès faits par la médecine à cette époque mais qui révélait un gros revers de la médaille en laissant vivre trop longtemps en fermant la grand portail qui laisse sans aller les mourants.

Nous 'étions que deux au début de cette formidable histoire et toutes les forces du milieu médical était contre nous: on aurait bien voulu nous brûler sur la place comme deux sorcières!L'acharnement de nos confrères à vouloir nous enlever le droit de pratique fut épique.

Heureusement nous étions certaines qu'il fallait absolument défendre le droit des patients en fin de vie et comme médecin conseil d'EXIT actuellement je peux constater que depuis 1982 nous avons déjà fait un bon bout de chemin vers la liberté de choix qui est un droit fondamental.

Salut Gentiane dors tranquille nous avons tracé la voie

Béatrice Deslarzes

Ancienne vice présidente d'EXIT

 

 

19:02 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

26/12/2017

Des Fêtes à visage humain

On se bagarre on se déchire pour savoir si on va maintenir ces fameuses Fêtes de Genève qui seraient devenues une sorte de tradition à ne pas supprimer. Et pourquoi cette bastringue devrait-elle se maintenir alors qu'elle ne satisfait plus du tout la population genevoise? Pour quelques pecnots venus de l'Orient qui se délectent et sont bien les seuls à apprécier cette véritable démonstration d'une pollution dans tous les domaines. Une consommation à outrance sans réflexion ni visage humain enfin en un mot une foire inutile et totalement  déplacée dans laquelle seule compte le superficiel.

Un peu de bon sens messieurs les politiciens et ne jouez  pas aux aveugles alors que ce ne fut, le plus souvent et surtout ces dernières années qu'un feu d'artifices ( de paille) pour nous jeter de la poudre aux yeux,un grand bluff qui ne sert à rien si ce n'est coûter cher aux genevois.

C'est le moment de réfléchir à l'utilité de ces monstrueuses Fêtes qui polluent énormément et donnent la nausée à bon nombre de gens  qui sont là seulement pour les subir.

Cet argent ne pourrait-il pas servir par exemple à aider les plus démunis?

Béatrice Deslarzes

 

16:48 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

22/12/2017

Joyeux Noël de la CSS

Un geste vraiment mal placé de mon assurance maladie la CSS qui envoie 2 jours avant Noël la prime d’assurance pour trois mois à payer jusqu'au 31 décembre 2017 j'ai bien dit le 31 décembre 2017 : ce n'est rien d'autre qu'une nouvelle délicatesse de la part d'une assurance maladie  qui doit déstabiliser bien des budgets et cela juste quelques jours avant les Fêtes de fin d'année, un geste pour le moins inélégant : un vrai cadeau empoisonné.

Je pense que toutes ces primes de dernière minute  qui couvrent les trois premiers mois de 2018 doivent servir à payer les étrennes des conseils administratifs qui sont tous dans le besoin!

J'avais vraiment très envie de signaler ce fait qui doit nous encourager à lutter de plus en plus contre le pouvoir grandissant des assureurs maladie qui n'ont plus aucun égard ni aucun respect pour les assurés que nous sommes tous.

J'espère que Noël vous apportera d'autres cadeaux un peu plus gratifiants et agréables.

Béatrice Deslarzes

 

 

 

 

 

17:31 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

17/12/2017

Elles ont eu sa peau

Et voilà par l'intermédiaire de son avocat Yannick Buttez renonce à son job de Conseiller National poussé par la pression de toutes ces femelles dont l'acharnement n'a pas cessé de l'écraser.

Il est vrai qu'une plainte a été déposée contre lui par une ancienne maîtresse qui ne supportait plus ses jérémiades d'amant délaissé.

Il est encore plus vrai qu'un homme imbibé d'alcool qui se transforme en "gros lourd" obnubilé par le genre féminin est insupportable. Mais de là à aller jusqu'à la plainte qui brise son avenir cela me paraît nettement exagéré.

On sait depuis longtemps qu'un valaisan éméché devient le plus souvent impossible à fréquenter mais de là à en faire un obsédé sexuel, un harceleur à toutes heures il y a un grand pas.

La majorité de mes congénères vont me jeter la pierre car mon cri de ras le bol de ce harcèlement tout azimut est une sacrée pente glissante vers une castration quasi inévitable de nos partenaires masculins.

Enfin tout semble arrangé au parlement puisque nos parlementaires femmes pourront aller pleurnicher dans le tout nouveau confessionnal qui sera créer pour elles début janvier 2018 .

Gageons qu'il y aura peut être aussi parfois des parlementaires masculins qui oseront utiliser cette nouvelle structure.

Béatrice Deslarzes 

 

 

21:20 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook | | |

09/12/2017

Une folie....

Non je ne parle pas de l'enterrement de Johnny qui fut entre parenthèse très émouvant mais cette folie dont je veux parler touche une aberration totalement différente. Dans la TDG d'aujourd'hui un grand article sur le développement des croisières dans ces horribles monstres des mers dans lesquels s'entassent des milliers de personnes.

Un véritable parque à moutons qui fait de nous de vrais numéros sans plus aucune initiative ni surtout de créativité. Prisonniers dans une petite cellule exiguë et plus ou moins luxueuse dans un environnement complétement bling-bling totalement superficiel et très éloigné des plaisirs naturels.

Ne pas oublier aussi l'énorme pollution que ces navires provoquent autour d'eux. Cela est d'ailleurs bien souligné dans cet article. Très néfastes pour l'environnement et polluant à tour de bras sans aucune limite soit disant pour le bien être de nos congénères complétement séduits par cette attraction hors normes.

Que penser mais surtout que faire contre cet engouement irraisonné et irraisonnable? Cette prise en charge complétement abêtissante qui s'est emparé de toute une foule de consommateurs?

Croisières plus ou moins gériatriques mais entrainant aussi des jeunes qui risquent bien de ne plus réfléchir car devenus des sortes d'automates irresponsables.

Béatrice Deslarzes

 

 

 

18:25 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

22/11/2017

La Revue franchit les limites

Hier soir la Revue ,spectacle typique genevois, déployait tous ses atours devant mes yeux. Différents thèmes politiques qui ne ménageaient personne et qui ont fait bien rire toute la salle du Casino pratiquement pleine.

Des comédiens très bien rodés et des réparties très adéquates devant un public médusé dont j'ai fait partie presque tout  le spectacle.

Mais comme ancien médecin consultant à Champ d'Ollon je me suis trouvée extrêmement  mal à l'aise devant le tableau qui représentait la surpopulation carcérale dans cette même prison. C'était vraiment trop proche de la réalité et cette image a réveillé en moi plein de mauvais souvenirs concernant la façon de traiter les prisonniers. Pour moi ce sujet était bien trop délicat pour le montrer sur une scène destinée à faire rire. La situation des détenus est trop pleine de souffrances et de frustrations pour que cette façon de présenter ( même pour la critique)me paraisse adéquate.C'est une façon de ne pas respecter la dignité humaine de ceux qui sont emprisonnés même si ils ont commis parfois des fautes graves.

Ma réaction paraîtra très probablement incompréhensible pour beaucoup de monde mais pendant plus de 20 ans j'ai été sur le terrain dans cette prison et je garde un profond souvenir de trop de laxisme par rapport aux conditions d'emprisonnement qui perdurent à Champ d'Ollon.

Béatrice Deslarzes

Ancien médecin consultant à Champ d'Ollon

 

15:32 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

17/11/2017

Bel exemple de courage

Bel article aujourd'hui dans la TDG concernant l'abandon de la publicité pour le tabac et l'alcool au festival de Gurten qui fait vraiment preuve d'un sacré cran en prenant cette décision.

Tout le monde le sait malheureusement bien que ces deux drogues légales sont une source de soutien financier quasi indispensable à bien des festivals au détriment de la prévention en particulier pour les jeunes.Le parlement lui même n'a pas eu ce courage de prendre une telle initiative qui va à l'encontre des intérêts des cigarettiers et pour protéger les lobbys de l'économie.

D’après cet article on voit bien que les responsables des autres festivals ne sont pas prêts à faire ce grand saut qui leur ferait perdre beaucoup d'argent. Et revoilà le profit comme motif principal qui gagne encore une fois le combat.

La musique adoucit les mœurs mais à quel prix surtout pour la jeunesse qui subit de plein fouet cette publicité alléchante mais totalement néfaste pour la santé.

Le tabac et l'alcool associés à la musique quelle bien vilaine image....Encore une fois un exemple de l'hypocrisie dont fait preuve notre monde dirigé essentiellement  par le dieu argent.

Béatrice Deslarzes

Médecin

16:41 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

08/11/2017

Honte aux riches

Aujourd'hui j'ai croisé un clochard (vraisemblablement un SDF) avec un chariot plein de chiffons et autres habits avec son chien qui boitait fortement....Un tableau de quoi vous mettre la larme à l’œil et vous demander comment le destin peut être si cruel pour certain humains. Un tableau tellement triste et injuste.

Un sujet m'a immédiatement traversé l'esprit  dont on parle beaucoup ces temps dans les médias : les paradise papers et leur frère les panamas papers....Pourquoi cette idée s'est imposée à moi et pourquoi j'ai ressenti une sorte de rejet très prononcé pour tous ceux qui les utilisent?

Être riches et de plus en plus riches telle est leur devise et de plus au dépend des pauvres de plus en plus pauvres.Ce fossé qui existe se creuse inexorablement à cause de la cupidité des plus fortunés.Amasser toujours plus à ne pas savoir qu'en faire, accumuler bien au delà de ce que l'on peut imaginer, écraser encore plus le pauvre peuple qui souvent n'a même pas de quoi manger, tricher chaque jour un peu plus et s'en trouver satisfait sans aucun doute ni remord.

L'homme est peut-être le seul mammifère qui pense mais là j'ai honte pour tout le genre humain!

Béatrice Deslarzes

Médecin

17:48 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

25/10/2017

Un poison en liberté

Un article assez complet dans la TDG d’aujourd’hui le 25 octobre concernant "La bataille du glyphosate qui empoisonne l'UE". Le lobbying de Monsanto est décrié et les 18 Etats doivent se prononcer aujourd'hui même sur la prolongation de cette licence.

Plusieurs études sérieuses ont montré le danger de ce produit mais les Monsanto Papers sèment le doute parmi les décideurs en publiant des études douteuses et même en détournant des scientifiques pour prétendre le contraire c'est à dire la non dangerosité de ce produit extrêmement contesté.

Ne pas oublier que le glyphosate se trouve dans le roundUp ,herbicide qui est un produit phare de Monsanto qui n'a pas l'intention de se priver de cette manne qui lui rapporte des milliards.  Cette firme qui ne pense qu'à ses propres intérêts n'hésite certainement pas à tricher certains résultats pour conserver son juteux chiffre d'affaires.

Ce combat me fait tout à fait penser à la guerre du tabac pour lequel les cigarettiers usaient du même procédé pour ne pas écouter les scientifiques qui clamaient la nocivité avéré du tabac. Ces mêmes firmes  n'hésitaient pas à publier de fausses études pour pouvoir faire leur fric au dépend de la santé.

C'est le même pouvoir du profit qui guide les Monsanto Papers qui essayent de semer le doute sur la toxicité du glyphosate ce produit dont on affirmera certainement bientôt l'effet nocif pour la santé mais.... il sera peut-être un peu tard....

 

Béatrice Deslarzes

Médecin

 

16:25 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |

17/10/2017

Nous sommes aussi parfois des cochonnes

Un déferlement de témoignages accablants pour "dénoncer les cochons" suite au scandale du harceleur de Hollywood titre la TGV aujourd'hui. Toutes à vos marques sur Twitter pour le faire à grands coups de cris et de pleurs.Tant de femmes harcelées devraient nous briser le cœur et nous pousser nous aussi à dénoncer même le plus petit compliment venant de la gente masculine à notre égard.

Pour ma part j'ai certainement aussi été quelque fois "harcelée" dans mon métier de médecin mais j'ai toujours su comment me défendre ou du moins faire comprendre à un homme entreprenant qu'il n'était pas le bienvenu.Difficile pour moi en tant que femme de comprendre tout ce déballage "spontané" de toutes ces femmes qui auraient subi des avances très déplacées de la part de certains mâles en rut.

Toutes ces femmes en colère qui "osent"enfin se libérer et toutes en même temps c'est pas un peu bizarre cette situation?Tant de méchants mâles assoiffés de sexe et frustrés qui seraient si souvent agressifs et avides face à des pauvres petites femmes sans défense?

On en fait tout un plat alors que je suis de plus en plus certaine que nous savons aussi jouer les aguicheuses pour obtenir une faveur et que peut-être  les hommes pourraient aussi avoir envie de le dénoncer lorsqu'ils tombent sous le charme de ce sexe dit faible.

Béatrice Deslarzes

 

11:42 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook | | |

12/10/2017

Coûts de la santé

La hausse des primes maladie reflète les coûts de la santé à n'en pas douter. Nous consommons trop d'actes médicaux ainsi que tous les examens qui vont avec. Les politiques cherchent désespérément une piste pour trouver une explication. Ils n'y arrivent pas car ils n'osent pas aborder la vraie facette de cet éternel problème. 

La médecine a fait il est vrai d'énormes progrès et sa consommation prend l'ascenseur à une vitesse folle en particulier dans le domaine de pathologies cancéreuses. On ne sait plus s’arrêter et autant le médecin que le patient en veulent toujours plus. C'est une consommation sans fin et bien souvent inutile.

On sait bien actuellement que la dernière année de vie coûte autant que tout le reste de l'existence du point de vue de la "santé" ou plutôt de la maladie.

Il faudrait vraiment se raisonner et comprendre enfin que la mort fait partie de la vie et que c'est au niveau de ce tabou qu'il faut chercher une solution raisonnable et efficace.

Savoir se limiter aux actes uniquement nécessaires et vitaux et arrêter  de prolonger une vie qui souvent n'en est plus une.Cette sorte d’acharnement thérapeutique, peut-être involontaire, ne fait que satisfaire le marché juteux qu'est devenue notre médecine actuellement.

La coupe est pleine et continuera de l'être si nous continuons à dévorer de la médecine comme nous le faisons aussi bien du côté du corps médical que des patients qui trop souvent semblent oublier que nous sommes tous mortels.

Béatrice Deslarzes

Médecin

17:01 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |