28/02/2012

On a eu sa peau

On ne parle plus que de ça et Mark Muller est à la une puisqu'il s'est vu "contraint de démissionner"du Conseil d'Etat Genevois.

Dans son  interview à la radio et à la TV il continue à se faire passer pour une victime à cause de l'acharnement des politiques et des médias.

Il ne peut d'en prendre qu'à lui-même car si dés le début il avait reconnu avoir aggressé le barman je suis pratiquement sûre que la faute aurait été pardonnée.Mais il a menti et c'est ce comportement qui a fait perdre la confiance en sa parole de la part de tout le monde. On dit "faute avouée, à moitié pardonnée" mais cet aveu a été trop tardif et il s'est empétré dans des versions trés différentes.

On ne va tout de même pas trop le plaindre surtout pas les succésseurs qui se pressent déjà au portillon : que la curée commence ils sont déjà tous prêts.....

Pas trop de problème non plus pour son avenir car il choisit de retourner dans le privé et de faire valoir ses connaissaces dans l'immobilier

Peut-être a-t-il choisi de faire de la colocation car son appartement est assez grand pour loger quelques étudiants qui ne trouvent pas de logement à Genéve et cela peut arrondir ses fins de mois puisqu'il n'aura plus sa rente de ministre.

Béatrice Deslarzes

Conseillère municipale à Veyrier

P.S. Peut-être que le Conseil Municipal de Veyrier pourra discuter plus ouvertement au sujet des Grands Esserts avec son succésseur?

www.bea-music.com

 

26/10/2011

Opulence et Précarité

Dimanche 23 octobre 2011 se fermait l'exposition "Opulence et Précarité:apprenons à partager"qui avait ouvert ses portes début septembre à l'espace ExpoSIG au Pont de la Machine à Genève.

A l'initiative de la Fondation Bea pour Jeunes Artistes, 37 étudiants et étudiantes en Communication visuelle de la HEAD-Genève se sont penchés sur le perception de l'opulence et de la précarité en ville de Genève. Leur photographies faisaient l'objet de cette exposition.

Autant le thème de l'exposition était osé dans une ville qui préfére plutôt cacher les problèmes de précarité et de pauvreté, autant la présentation s'avérait techniqument complexee du fait qu'une double bache d'une longueur d'environ 30m se déployait en colimaçon dans l'Espace ExpoSIG.Cette présentation trés appréciée par le public ( 47 jours d'expo pour 3100 visiteurs) n'avait rien de choquant; elle approchait plutôt dignement la problématique.

De la part de la Fondation Bea pour Jeunes Artistes, nous remerdians tout particulièrement les étudiants et étudiantes d'avoir eu le courage d'approcher cette question difficile, ce qu'ils ont fait avec beaucoup de sensibilité.

Les SIG ont fait d'énormes efforts pour mettre en valeur le travail des jeunes aritstes et nous tenons à les féliciter d'avoir proposé aux visiteurs ce thème, surtout à la veille de l'hiver et à l'approche des Fêtes de fin d'année.

Quant aux responsables de la HEAD, nous tenons à relever l'energie et le sérieux de leur collaboration pour ce projet qui a débuté en 2008.

Une belle expèrience pour tous ceux qui l'ont partagée!

Que l'appel "apprenons à partager" ne reste pas une phrase vide car ce message s'adresse à nous tous!

Béatrice Deslarzes

Présidente de la Fondation Bea pour Jeunes Artistes

www.fondationbea.com

www.head.hesge.ch

www.sig-ge.ch