02/04/2012

Mourir dans la dignité

Je me vois presque dans l'obligation de reprendre le même sujet que mon blog précédent suite à l'article du Courrier d'aujourd'hui "Pas au médecin d'aider à mourir".Par cet article le vice-président de la commission d'éthique Markus Zimmermann accuse et dénonce les médecins qui aident leur patient à mourir et qui, selon lui, transgressent notre  fameux serment d'Hippocrate qui, comme l'a si bien dit samedi passé Claude Torracenta, est complétement démodé. L'espèrance de vie augmente ainsi que les polypathologies invalidantes difficiles à supporter.

Ce sont tout à fait les propos d'un catholique qui au nom d'une religion totalitaire préfére laisser souffrir encore un peu les malades en fin de vie plutôt que d'abréger leur souffrances.

Le mot dérapage pour qualifier le geste de ces médecins est vraiment complétement déplacé car il s'agit bien entendu toujours de compension et,j'oserai même dire, de courage pour pratiquer un tel acte.

Ces médecins ne se "sentent" pas" investis d'une mission" comme le proclame ce théologien catholique mais ils assument jusqu'au bout leur devoir d'assistance et répondent à la confiance que leur font leur patient.

Partout on prône les "directives anticipées" qui sont l'expression de nos dernières volontés qui doivent être respectées par le corps médical et ce n'est pas un représentant de la commission d'éthique qui doit freiner ces progrés qui tendent de plus en plus à respecter notre droit à choisir notre mort comme notre ultime liberté.

Béatrice Deslarzes

Médecin et ancienne vice-présidente d'EXIT.

www.bea-music.com

 

01/04/2012

Choisir sa mort

Hier samedi 31 mars 2012 Assemblée générale de l'Association suisse romande d'EXIT à Genève.

Belle présentation du Dr. Sobel président avec 2 conférences celle de la Dresse Sandra Burkardt et du journaliste Claude Torracinta intitulèe "L'ultime liberté".

Ce fut surtout l'occasion de rappeler la votation du 17 juin dans le canton de vaud concernant l'initiative d'EXIT sur l'assistance au suicide dans les EMS et du contre-projet du gouvernement vaudois.

Il faut absolument voter pour l'innitiative d'EXIT avec laquelle on maintient son automomie jusqu'à la fin car le contre projet vise en fait à limiter les assistances au suicide en EMS en mettant en place un mécanisme qui aboutit à une tutelle médicale et institutionnelle.C'est une confiscation de l'autodétermination des résidents en EMS.

Le comité de l'association EXIT ADMD Suisse romande pour le droit de mourir dans la dignité invite tous les membres vaudois à soutenir son projet et à rejeter le contre-projet qui lui est opposé

Même dans un "EMS" : je veux pouvoir choisir ma mort!

Béatrice Deslarzes

Médecin et ancienne vice présidente d'EXIT

www.bea-music.com

16/06/2011

Directives anticipées

Relu dans la TDG un petit bout d'interview sur le droit au choix de sa mort.

Il y a à nouveau confusion entre les deux termes "euthanasie" et "assistance au suicide".

C'est ce qui me pousse à redonner ici les définitions précises et peut-être un peu rébarbatives de ces termes souvent utilisés l'un pour l'autre.

Assistance au suicide:

selon l'article 115 du Code Pénal Suisse, elle n'est pas punissable lorsqu'elle intervient sans mobile égoïste. La personne qui souhaite mourir accomplit alors elle-même le geste (absorption de la potion mortelle) qui entraîne la mort.

Il existe trois types d'Euthanasie:

Euthanasie active directe:

assimilable à un meurtre (selon l'article 114 du Code Pénal Suisse) même si elle est pratiquée à la demande de la personne.

Euthanasie passive:

consiste à la renonciation à un traitement ou à l'interuption de celui-ci, conformémant à la volonté (présumée) d'un patient. Admise en Suisse.

Euthanasie active indirecte :

vise à soulager les douleurs d'un malade avec des doses de médicaments (morphine) susceptible de raccourcir la durée de vie. Egalement admise en Suisse.

Définitions formulées par l'Académie Suisse des Sciences Médicales (ASSM) et qu'il me paraissait important de préciser car ce sujet est d'actualité

La grande différence est que le geste est fait par la personne elle-même dans l'assistance au suicide; cette personne doit avoir tout son discernement pour qu'elle puisse en bénéficier.  Dans l'euthanasie c'est une autre personne qui fait le geste. Il est donc important dans ce dernier cas de faire des "directives anticipées"qui permettent au corps médical de connaître notre volonté concernant notre mort.

La FMH et l'ASSM viennent d'éditer de nouvelles "directives anticipées" qui vont aider les médecins et les spécialistes de la santé à prendre les bonnes décisions en cas d'incapacité de discernement suite à un accident ou à une maladie.On peut les télécharger simplement sur www.fmh.ch

Béatrice Deslarzes

Médecin conseil d'Ex International

www.bea-music.com

 

 

17/05/2011

Régression

Pendant qu'une majorité de la population (zürichoise) évolue dans le bon sens pour l'assistance au suicide (voir mon blog de hier "Victoire") l'initiative "Financer l'avortement est une affaire privée" retourne au Moyen Age.

Lancée par le Parti évangélique genevois,elle remet en cause le remboursement de l'IVG par l'assurance de base. Sous prétexte de protéger la vie de la conception à la mort, ce parti, de plus, défavorise très nettement les femmes qui sont dans le besoin car elles ne pourrons jamais se payer une assurance complémentaire.

Le véritable but de cette initiative et de ceux qui la soutiennent est tout simplement d'abolir le droit à l'avortement ou du moins de le rendre plus difficile d'accès. On retourne vraiment plus de 30 ans en arrière ou l'avortement était interdit et sanctionné.

C'est une véritable régression qu'il faut à tout prix éviter et rejeter pour défendre les droits de toutes les femmes que nous avons eus tant de peine à obtenir.

Béatrice Deslarzes

Médecin

www.bea-music.com

 

 

16/05/2011

Victoire

Pendant que tout le monde et en particulier les média s'étalent sur la grosse bêtise commise ou pas par DSK, je ne peux résister à l'envie de parler d'une chose politiquement importante complètement évincée par cette actualité en dessous de la ceinture.

Car nous avons largement gagné ce weekend lors de la votation à Zürich sur le maintien de l'assistance au suicide. La population à exprimé sa volonté en rejetant massivement (plus de 80%) les deux initiatives qui tentaient de l'interdire et dont le but était surtout d'agir contre Dignitas et le soit disant "Tourisme de la mort".

Aujourd'hui je crie victoire au nom des associations Exit qui pourront continuer à apporter leur aide aux personnes qui désirent  mourir dans le dignité et le décident et ceci même pour les étrangers (voir à ce sujet mon blog précédent "La monnaie de la pièce").

J'espère que cette votation influencera positivement les décisions qui pourraient se prendre au niveau Fédéral puisqu'il est question de r'ouvrir ce dossier délicat.

Continuons à nous battre pour cette cause car la lutte n'est pas finie.

Béatrice Deslarzes

Médecin conseil d'Ex International et ancienne vice présidente d'Exit Suisse Romande

www.bea-music.com