17/05/2011

Régression

Pendant qu'une majorité de la population (zürichoise) évolue dans le bon sens pour l'assistance au suicide (voir mon blog de hier "Victoire") l'initiative "Financer l'avortement est une affaire privée" retourne au Moyen Age.

Lancée par le Parti évangélique genevois,elle remet en cause le remboursement de l'IVG par l'assurance de base. Sous prétexte de protéger la vie de la conception à la mort, ce parti, de plus, défavorise très nettement les femmes qui sont dans le besoin car elles ne pourrons jamais se payer une assurance complémentaire.

Le véritable but de cette initiative et de ceux qui la soutiennent est tout simplement d'abolir le droit à l'avortement ou du moins de le rendre plus difficile d'accès. On retourne vraiment plus de 30 ans en arrière ou l'avortement était interdit et sanctionné.

C'est une véritable régression qu'il faut à tout prix éviter et rejeter pour défendre les droits de toutes les femmes que nous avons eus tant de peine à obtenir.

Béatrice Deslarzes

Médecin

www.bea-music.com

 

 

03/05/2011

La monnaie de la pièce

Le débat sur l'assistance au suicide reprend de plus belle car le 15 mai 2011 Zurich va voter pour 2 initiatives le concernant.

Toutes deux sont restrictives par rapport à la loi actuelle et leur acceptation serait catastrophique pour les associations Exit, Dignitas et Ex International.

Espérons que les Zurichois et les Zurichoises donneront une réponse claire et nette en rejetant ces 2 initiatives qui visent surtout à interdire l'accès à l'assistance au suicide aux étrangers!

En Suisse nous avons la chance d'avoir aujourd'hui une législation très libérale et précurseure par rapport aux pays qui nous entourent  et ainsi de pouvoir offrir aux habitants de ces différents pays une solution acceptable dans leur détresse.

A ce sujet on a peut-être raison de se rappeler le "tourisme gynécologique" que pratiquaient  nos Suissesses qui pouvaient bénéficier de l'avortement dans des conditions acceptables en particulier en Angleterre alors qu'il était limité à des indications purement médicales donc inaccessibles pour la majorité des femmes en Suisse jusqu'en 2002! Il fallait 7 initiatives dont la première en 1971 pour aboutir à cette victoire de la femme!

N'oublions pas non plus les valaisannes et les fribourgeoises qui se rendaient à Genève pour avorter il y a encore quelques années.

En acceptent d'aider les étrangers pour l'assistance au suicide nous ne faisons peut-être que de leur rendre  la monnaie de la pièce?

Béatrice Deslarzes

Médecin conseil d'Ex International

www.bea-music.com

06/11/2009

Avortement et assistance au suicide ,même combat?

En Suisse, sept référendums,initiatives et pétitions ont conduit le peuple à se prononcer à plusieurs reprises sur la question délicate de l'avortement.

Il a fallu 60 ans de combat pour aboutir à la légalisation de l'avortement en 2002, aprés l'avoir interdit avec les articles 118 à 121 du Code Pénal Suisse en 1942 et prévu des peines d'emprisonnement pour la femme qui avorte comme pour la personne qui l'aura aidée à avorter.

Aujourd'hui la lecture de la modification de l'article 115 du Code Pénal Suisse concernant l'assistance au suicide proposée par le Conseil Fédéral nous fait retourner dans les années quarantes: il suffit de remplacer le mot "suicide" par "avortement" pour nous faire réalisé la régression qui menace notre liberté comme jadis l'interdiction d'avorter menaçait la liberté des femmes!

Si le droit à l'avortement était indissociable de la lutte pour l'émancipation de la femme, le droit du libre choix de notre mort est aujourd'hui indissociable de la dignité de l'être humain.

 

Béatrice Deslarzes

Médecin et Musicienne

www.bea-music.com