01/06/2012

Encore le suicide assisté

Puisque les différents journeaux en redemandent du suicide assisté je ne peux non plus résister moi aussi à une certaine forme de répétition puisque c'est un sujet qui me préoccupe et je me permets aussi de défendre ma position et celle d'EXIT.

Les partisants  qui ont  misé plutôt pour le contre projet du Conseil d'Etat et du Grand Conseil vaudois prétendent que le texte du gouvernement apporte des garde-fous à l'initiative d'Exit concernant l'assitance au suicide dans les EMS vaudois.Ce ne sont pas des garde-fous mais des restrictions totales et une prise en otage des résidents en EMS.

Certains opposants à l'assistance qu suicide ,en particulier les églises,au nom de la préservation de la vie à n'importe quel prix vont même plus loin en proposant un double non en prônant avant tout les soins palliatifs. Il ne faut pas oublier que les demandes d'assistance au suicide se font presque toujours lorsque les patients ont épuisé toutes les formes de traitement y compris les soins palliatifs qui bien souvent ne font que prolonger innutilement une vie qui n'en est plus une.

N'oublions pas que nous parlons d'EMS et les défenseurs de la vie sont certainement avant tout des acharneurs thérapeutiques qui proposent de faire n'importe quoi pour prolonger cette vie qui souvent n'est plus qu'un cauchemar pour la plupart des résidents!

Le 17 juin 2012, il faut absolument voter pour l'initiative d'EXIT avec laquelle on maintient son automomie jusqu'à la fin car le contre projet vise en fait à limiter les assistances au suicide en EMS en mettant en place un mécanisme qui aboutit à une tutelle médicale et institutionnelle.C'est une confiscation de l'autodétermination des résidents en EMS.

Le comité de l'association EXIT ADMD Suisse romande pour le droit de mourir dans la dignité invite tous les membres vaudois à soutenir son projet et à rejeter le contre-projet qui lui est opposé

Même dans un "EMS" : je veux pouvoir choisir ma mort!

Béatrice Deslarzes

Médecin, conseillère municipale verte et ancienne vice présidente d'EXIT

 

affiche3_f4-1.jpg

 

14/05/2012

Contre projet mensonger

Dans le dernier Bulletin Vert, le journal romand des Verts, le sujet sur "l'assistance au suicide en votation" m'a fait bondir car je ne suis pas du tout d'accord avec les Verts  qui ont  misé plutôt pour le contre projet du Conseil d'Etat et du Grand Conseil vaudois en prétendant que le texte du gouvernement apporte des garde-fous à l'initiative d'Exit concernant l'assitance au suicide dans les EMS vaudois.Ce ne sont pas des garde-fous mais des restrictions totales et une prise en otage des résidents en EMS.

Une phrase du chef du département de la santé Pierre Yves Maillard m'a profondemment déplu :"Ce contre-projet offre autant de garanties aux défenseurs de la vie qu'aux adversaires des interdictions" Ce serait donc un bon compromis!

N'oublions pas que nous parlons d'EMS et les défenseurs de la vie sont certainement avant tout des acharneurs thérapeutiques qui proposent de faire n'importe quoi pour prolonger cette vie qui souvent n'est plus qu'un cauchemar pour la plupart des résidents!

Le 17 juin 2012, il faut absolument voter pour l'innitiative d'EXIT avec laquelle on maintient son automomie jusqu'à la fin car le contre projet vise en fait à limiter les assistances au suicide en EMS en mettant en place un mécanisme qui aboutit à une tutelle médicale et institutionnelle.C'est une confiscation de l'autodétermination des résidents en EMS.

Le comité de l'association EXIT ADMD Suisse romande pour le droit de mourir dans la dignité invite tous les membres vaudois à soutenir son projet et à rejeter le contre-projet qui lui est opposé

Même dans un "EMS" : je veux pouvoir choisir ma mort!

Béatrice Deslarzes

Médecin, conseillère municipale verte et ancienne vice présidente d'EXIT

 

affiche3_f4-1.jpg

 

21/04/2012

Choisir sa mort en EMS

Jeudi soir en assemblée générale l'association AVDEMS(Association Vaudoise des établissements médico-sociaux) a misé sur le contre projet du Conseil d'Etat et du Grand Conseil vaudois en prétendant que le texte du gouvernement apporte des garde-fous à l'initiative d'Exit concernant l'assitance au suicide dans les EMS vaudois.Ce ne sont pas des garde-fous mais des restrictions totales et une prise en otage des résidents en EMS.

Le 17 juin 2012, il faut absolument voter pour l'innitiative d'EXIT avec laquelle on maintient son automomie jusqu'à la fin car le contre projet vise en fait à limiter les assistances au suicide en EMS en mettant en place un mécanisme qui aboutit à une tutelle médicale et institutionnelle.C'est une confiscation de l'autodétermination des résidents en EMS.

Le comité de l'association EXIT ADMD Suisse romande pour le droit de mourir dans la dignité invite tous les membres vaudois à soutenir son projet et à rejeter le contre-projet qui lui est opposé

Même dans un "EMS" : je veux pouvoir choisir ma mort!

Béatrice Deslarzes

Médecin et ancienne vice présidente d'EXIT

www.exit-suisse-romande.ch

01/04/2012

Choisir sa mort

Hier samedi 31 mars 2012 Assemblée générale de l'Association suisse romande d'EXIT à Genève.

Belle présentation du Dr. Sobel président avec 2 conférences celle de la Dresse Sandra Burkardt et du journaliste Claude Torracinta intitulèe "L'ultime liberté".

Ce fut surtout l'occasion de rappeler la votation du 17 juin dans le canton de vaud concernant l'initiative d'EXIT sur l'assistance au suicide dans les EMS et du contre-projet du gouvernement vaudois.

Il faut absolument voter pour l'innitiative d'EXIT avec laquelle on maintient son automomie jusqu'à la fin car le contre projet vise en fait à limiter les assistances au suicide en EMS en mettant en place un mécanisme qui aboutit à une tutelle médicale et institutionnelle.C'est une confiscation de l'autodétermination des résidents en EMS.

Le comité de l'association EXIT ADMD Suisse romande pour le droit de mourir dans la dignité invite tous les membres vaudois à soutenir son projet et à rejeter le contre-projet qui lui est opposé

Même dans un "EMS" : je veux pouvoir choisir ma mort!

Béatrice Deslarzes

Médecin et ancienne vice présidente d'EXIT

www.bea-music.com

15/02/2012

Assistance au suicide

En tant qu'ancienne vice-présidente d'Exit Suisse Romande à ses débuts et actuellement médecin conseil d'ExInternational,  je ne peux rester indifférente à la polémique qui entoure l'assistance au suicide dans le canton de Vaud.

Par son initiative Exit veut élargir tout simplement son intervention dans les EMS afin de permettre aux patients qui le désirent de mourir dignement si ils le décident comme ils en ont le droit à leur domicile que représente , à ce moment là, l'EMS où ils séjournent le plus souvent jusqu'à leur mort.

Le contre projet accepté par le Grand Conseil Vaudois est beaucoup trop restrictif et je veux ici vous en présenter ses effets pervers :

-Puisque dans ce contre projet c'est au médecin de l'établissement de prendre une décision c'est donc une sorte de mise sous tutelle du patient qui peut dépendre totalement de l'avis de ce mèdecin concernant l'aide au suicide.(pour ou contre)

-le fait qu'il doit y avoir une maladie incurable limite cette assistance pour les personnes souffrant d'une grande détresse morale et qui n'ont pas envie de choisir les soins palliatifs.

-Même si le Conseil Fédéral et le canton de Zürich ont décidé de ne pas légiférer le fait que le canton de Vaud décide de le faire peut avoir un effet domino pour les autres cantons

-et "the last but not the least" un retour en arrière quant aux progrés réalisés par Exit par la prise de pouvoir de l'Etat sur l'autodétermination du patient.

Par contre si le peuple vote l'initiative proposée par Exit c'est alors, ce que j'espère, encore un combat gagné en faveur de tous les patients pour le libre choix de leur mort.

Béatrice Deslarzes

Médecin et membre d'Exit

IMG_4691.jpg

 

 

 

08/09/2011

EMS

Lundi 5 septembre un article concernant les personnes âgées à travers les EMS et la Fegems (fédération genevoise des établissements médico-sociaux) m'a fait beaucoup réfléchir mais ne m'a pas fait changer d'avis quant aux nombreuses pertes qu'engendre la vieillesse et m'a tout simplement confortée dans mes idées concernant cette fin de vie en EMS.

Lorsque j'avais 30 ans, pour arrondir mes fins de mois à la reprise de mes études de médecine, et ceci comme ancienne laborantine, j'ai monté le laboratoire à l'EMS de Vessy.C'était déjà pour moi un vrai cauchemar que de voir toutes ces personnes d'un grand âge  qui me toisonnaient d'un regard figé lorsque je venais travailler.Déjà à cette époque je ne supportais pas "les vieux" et je dois avouer que pendant toute ma carrière médicale je n'ai jamais cessé de ressentir ce sentiment de tristesse et même de rejet en pensant que l'on pouvait finir de cette façon.

Je pense que c'est la pire manière de vieillir et je me suis toujours posé la question:Pourquoi l'être humain doit-il finir ainsi?  Mérite-t-il une telle fin?

La vieillesse c'est déjà difficile mais en EMS c'est quasiment insupportable!

Et le futur sera encore pire car le nombre de démence va encore augmenter vue l'espérance de vie que nous aurons!

Plusieurs questions tournent dans ma tête:

Pourquoi ne peut-on pas raccourcir cette échéance en quittant ce monde volontairement lorsque l'on se sent devenir trop vieux et dément?

Pourquoi est-ce que l'on continue à multiplier ces établissements qui sont un véritable enfer pour ceux qui y vivent?

Quelle solution trouver pour échapper à ce que j'ose appeler une torture?

Malheureusement je n'ai pas de réponse à toutes ces questions mais parfois je pense comment vivait-on cette fin de vie il y a 50 ans?

Alors je me dis que c'est la rançon des progrés de la médecine et de notre longévité qui, à mon avis, dépasse les limites pour lesquelles l'être humain est sur la terre!

Cette course pour la quantité de vie devrait être remplacée en faveur d'une quête pour une qualité de vie!

La vie ,même à n'importe quel prix, a-t-elle tant d'importance?

Béatrice Deslarzes

Médecin et ancienne vice présidente d'EXIT

www.bea-music.com

30/06/2010

Quelle belle mort!

Aujourd'hui j'ai très envie de ne pas trop participer aux louanges (par ailleurs méritées) que tout le monde prône suite à la disparition de Nicolas Hayek mais d'oser philosopher sur cette mort subite que j'ose appeler belle.

Que peut-on souhaiter de mieux pour un homme d'un certain âge que de disparaître en pleine activité.C'est comme un artiste qui meurt sur scéne en plein spectacle. Qui ose prétendre ne pas la désirer cette sorte de mort? Pouvoir s'éteindre en "pleine vie"!

A cet âge combien de vieillards végètent dans des EMS en attendant la mort qu'ils désirent chaque jour un peu plus en supportant des souffrances physiques et surtout psychiques importantes. Comment peut-on louer ces établissements qui ressemblent plutôt à des mouroir.Qu'est-ce que l'être humain a bien pu faire tout au long de sa vie pour mériter un tel calvaire?

On devrait pouvoir s'en aller toujours à la façon de Nicolas Hayek ou du moins pourvoir choisir sa mort comme on à la droit de choisir son trajet de vie.

Heureusement qu''il existe des "directives anticipées" et des associations pour le droit de mourir dans la dignité (EXIT) pour permettre à chaque individu de prévoir et de choisir sa fin de vie.

Osons proclamer que la mort peut-être belle et douce et que l'on a pas toujours besoin de courage et de tristesse pour supporter une longue agonie.

P.S. Dans mon livre "Rebelle malgré moi" il y a tout un chapitre "Au nom de la dignité humaine" qui parle de ce sujet.

Béatrice Deslarzes

Médecin et ancienne vice présidente d'EXIT.

www.bea-music.com/actus.html