27/10/2011

directives anticipées

Je sais que j'en ai déjà parlé à plusieurs reprises de ce sujet mais comme ce matin nous avons eu un long débat concernant ce thème j'ai vraiment envie de remettre la discussion à l'ordre du jour.

Avec la Commission Santé d'Uni3 dont je suis membre nous avons  entrepris tout une réflexion sur le thème de l'euthanasie et de ce fait aussi sur les directives anticipées que, à mon avis,chaque patient actuel ou future devrait rédiger pour être sûre que sa volonté va être  respectée par le corps médical.

La majorité de la population ne désire pas finir, comme ce qu'elle appelle un "légume"  et désire en général une fin de vie digne et la liberté du choix de sa mort.

Les directives anticipées servent surtout à parler à son médecin et son entourage pour préciser ce que l'on désire exactement.Elles favorisent l'échange et permettent de partager ses idées avec tous ceux qui participeront à leur respect quand le moment sera venu.Elles vont bien entendu aider les médecins à prendre certaines décisions quant à notre traitement et surtout empêcher l'acharnement thérapeutique.

Depuis la fondation du mouvement Exit dans les années quatre vingt il y a eu pas mal de progrés concernant le problème de fin de vie mais il reste encore pas mal de chemin à faire concernant le tabou de la mort.

Parlez-en à votre médecin et consultez le site de la FMH qui a rédigé, avec l'Académie Suisse des Sciences Médicales (ASSM) des directives qui sont vraiment très claires et simples à rédiger.Il vous suffit d'aller consulter le site : www.fmh.ch

N'oubliez pas non plus que le fait d'être membre d'Exit donne déjà un aperçu de ce que vous désirez concernant ce sujet.

Béatrice Deslarzes

Médecin conseil d'Ex-International

www.fmh.ch

 

 

 

 

 

15:44 Publié dans Politique | Tags : exit, directives anticipées, fmh, assm, choix, mort | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

20/10/2011

"Managed care"

Je viens de recevoir de la FMH ,organe des médecins suisses, le lancement d'un référendum contre la modification du 30.9.2011 de la loi fédérale sur l'assurance maladie (LAMal)(Réseaux de soins)qui met sous tutelle les patients et qui prône le "managed care" donc qui, par sa contrainte, met en danger le libre choix du médecin.

Encore une sournoiserie des caisses maladie qui semblent avoir gagné un combat contre le bien des patients  qui devront débourser encore plus d'argent si ils n'adhérent  pas ce "Managed care"!

-Non à la suppression du libre choix du médecin

-Non à la contrainte du "managed care"

-Non aux distorsions du marché et de la baisse de la qualité

Pour plus de détails et pour obtenir des feuilles de signatures allez sur le lien suivant:

....et surtout signez et faites signer autour de vous car c'est de notre avenir à nous tous,patients que nous sommes, qu'il s'agit!
Béatrice Deslarzes
Médecin et conseillère municipale verte à Veyrier.

11:26 Publié dans Politique | Tags : fmh, lamal, caisses maladie, médecin, patient, libre choix, "manger care" | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | | |

16/06/2011

Directives anticipées

Relu dans la TDG un petit bout d'interview sur le droit au choix de sa mort.

Il y a à nouveau confusion entre les deux termes "euthanasie" et "assistance au suicide".

C'est ce qui me pousse à redonner ici les définitions précises et peut-être un peu rébarbatives de ces termes souvent utilisés l'un pour l'autre.

Assistance au suicide:

selon l'article 115 du Code Pénal Suisse, elle n'est pas punissable lorsqu'elle intervient sans mobile égoïste. La personne qui souhaite mourir accomplit alors elle-même le geste (absorption de la potion mortelle) qui entraîne la mort.

Il existe trois types d'Euthanasie:

Euthanasie active directe:

assimilable à un meurtre (selon l'article 114 du Code Pénal Suisse) même si elle est pratiquée à la demande de la personne.

Euthanasie passive:

consiste à la renonciation à un traitement ou à l'interuption de celui-ci, conformémant à la volonté (présumée) d'un patient. Admise en Suisse.

Euthanasie active indirecte :

vise à soulager les douleurs d'un malade avec des doses de médicaments (morphine) susceptible de raccourcir la durée de vie. Egalement admise en Suisse.

Définitions formulées par l'Académie Suisse des Sciences Médicales (ASSM) et qu'il me paraissait important de préciser car ce sujet est d'actualité

La grande différence est que le geste est fait par la personne elle-même dans l'assistance au suicide; cette personne doit avoir tout son discernement pour qu'elle puisse en bénéficier.  Dans l'euthanasie c'est une autre personne qui fait le geste. Il est donc important dans ce dernier cas de faire des "directives anticipées"qui permettent au corps médical de connaître notre volonté concernant notre mort.

La FMH et l'ASSM viennent d'éditer de nouvelles "directives anticipées" qui vont aider les médecins et les spécialistes de la santé à prendre les bonnes décisions en cas d'incapacité de discernement suite à un accident ou à une maladie.On peut les télécharger simplement sur www.fmh.ch

Béatrice Deslarzes

Médecin conseil d'Ex International

www.bea-music.com