24/09/2011

Opulence et précarité :Pub...

Opulence et précarité

 

Aujourd'hui j'ai tout simplement envie de vous refaire un peu de pub pour l'expo "Opulence et Précarité:apprenons à partager"pour que vous n'oubliez pas d'aller la voir.Vous verrez c'est une trés belle expo qui vous aménera à de nombreuses réflexions sur cette dualité qui existe vraiment à Genève. Je vous raconte (encore une fois) le chemin parcouru pour arriver à cette expo que les SIG nous ont fait l'honneur d'accepter dans leur lieu!

Peu avant Noël 2008, mon mari et moi-même étions, une fois de plus, dégoûtés par le faste et le luxe ostentatoires de la ville de Genève. À cette même période, nous avions l’occasion de vivre quelques moments derrière cette façade trompeuse au sein du vestiaire social dans le quartier des Eaux-Vives et du C.A.R.E., sorte de resto du cœur genevois. Le nombre de Genevois et de migrants dépendant de telles institutions nous laissait sans voix !

Nous nous sommes posé la question du bien-fondé de la Fondation Bea pour Jeunes Artistes que nous avons crééer en 2003: notre aide visait-elle les bonnes personnes?

A l’initiative de la Fondation Bea pour Jeunes Artistes, 37 étudiant-e-s en Communication visuelle de la HEAD – Genève se sont penchés sur la perception de l’opulence et de la précarité en ville de Genève. Les photographies présentées dans le cadre de cette exposition au Pont de la Machine font appel à différents registres visuels (portrait, mise en scène, photo documentaire ou de studio) et illustrent la diversité de leurs approches. A la fois singulières et d’une grande acuité, ces images font s’entrechoquer cette réalité pour en proposer une lecture à entrée multiple.

Le catalogue des photos sera en vente pendant l'exposition en faveur de l'association PARTAGE.

"Opulence et précarité: apprenons à partager"
Du 7 septembre au 23 octobre 2011

Espace ExpoSIG 
Pont de la Machine
Du lundi au vendredi de 9h à 18h 
Samedi et dimanche de 10h à 17h

Béatrice Deslarzes
Présidente
Fondation Bea pour Jeunes Artistes

www.fondationbea.comfondation_bea_head_grand2.jpgfondation_bea_head_grand1.jpg

 

 

13/09/2011

Opulence et précarité

 

J'ai très envie de partager avec vous mon discours du vernissage du 6 septembre 2011 de l'exposition "Opulence et Précarité:apprenons à partager".

Je vous le livre tel quel ! Bonne lecture.

 

Face  au thème de l’exposition que nous vernissons ce soir  OPULENCE ET PRECARITE – APPRENONS À PARTAGER, nous logeons toutes et tous à la même enseigne, raison pour laquelle je me permets de vous dire tout simplement :  Bonsoir, chers invités.

Peu avant Noël 2008 Pierre Schaefer, mon mari et moi-même étions, une fois de plus, dégoûtés par le faste et le luxe ostentatoires de la ville de Genève. À cette même période, nous avions l’occasion de vivre quelques moments derrière cette façade trompeuse au sein du vestiaire social dans le quartier des Eaux-Vives et du C.A.R.E., sorte de resto du cœur genevois. Le nombre de Genevois et de migrants dépendant de telles institutions nous laissait sans voix ! Cette réalité nous faisait douter du bien-fondé de notre action à travers notre fondation pour jeunes artistes : notre aide visait-elle les bonnes personnes ? Poussés par cette ambivalence, nous avons approché la Haute école d’art et de design de Genève (la HEAD) pour inviter les étudiants à faire des photos et des courts textes sur le thème OPULENCE ET PRECARITE – APPRENONS À PARTAGER ! En automne 2009, notre fondation signait ce mandat avec la HEAD pour créer cette série de photos présentées aujourd’hui ici à l’Espace ExpoSIG et contenu dans ce catalogue qui est en vente pendant l’exposition en faveur de l’association PARTAGE ainsi que les photos qui peuvent être commandées.


Nous tenons à remercier les responsables de la filière Communications visuelles avec lesquels nous avons mené ce projet et qui nous ont invité à introduire le thème  auprès des étudiants et à participer aux différentes évaluations dirigées par le photographe responsable Jean Revillard.

Notre reconnaissance s’adresse surtout aux étudiantes et étudiants qui ont réalisé la conception de l’actuelle présentation, certains d’entre eux, même en sacrifiant leurs vacances d’été.


Depuis sa création en 2003 jusqu’à ce jour, la Fondation Bea pour Jeunes Artistes a soutenu plus de 150 jeunes talents. Belle progéniture par procuration comme l’écrivait un de nos amis dernièrement !

Quel privilège de nouer ces contacts avec les créateurs suisses romands de demain et de collaborer avec les institutions d’art contemporain dans les domaines :  musiques actuelles, art visuel et  nouveaux médias !Comme quoi on peut distribuer un bonne parte de son argent  et s’en trouver plus riche.

De plus, notre fondation sans but lucratif et reconnue d’utilité publique est ouverte à recevoir des dons affectés pour permettre à d’autres personnes de soutenir un projet de leur choix, comme ce fut le cas encore tout récemment en faveur d’un orchestre de ROCK genevois.


Faut-il préciser, combien Pierre et moi-même sommes reconnaissants à cette fondation qui nous ouvre nombre de portes d’ordinaire fermées au grand public . Aujourd’hui, on se retrouve sur le Pont de la Machine, lieu qui a une portée significative pour le projet OPULENCE ET PRECARITE – APPRENONS À PARTAGER : Créer un pont entre la précarité et l’opulence et faire partager ce que l’un a en trop avec l’autre qui en n’a pas assez.


Nous remercions tout particulièrement les Services industriels de Genève pour leur hospitalité et surtout pour les grands efforts consentis toujours dans le but  de donner tout son éclat à cette exposition créée par les jeunes artistes.

Je vous invite de tout mon cœur, à parler autour de vous de cette présentation de photos et de textes qui nous concernent tous et que le mot « partager » ne reste pas un mot vide !

 

Cliquer sur l'image pour voir les photos et surtout ne pas oublier d'aller voir cette exposition!

28.jpgBéatrice Deslarzes

Présidente de la Fondation Bea pour Jeunes Artistes

www.fondationbea.com

 

07/09/2011

Opulence et précarité...

Hier soir grand branle-bas chez SIG car on vernissait l'expo "Opulence et Précarité : apprenons à partager" qui a lieu à l'espace ExpoSIG au Pont de la Machine à Genéve du 7 septembre au 23 octobre.

Les discours des partenaires de cette exposition, en passant du directeur des SIG,de la présidente de la Fondation Bea pour Jeunes Artistes (donc moi-même)du directeur de la HEAD et du responsable politique de la culture de la ville de Genève, se sont déroulés conformèment à la tradition.

Puis se fut, tout aussi conforme à la tradition,la ruée sur le buffet qui fut très original et délicieux.

Nous étions tous dans une certaine opulence mais nous avons beaucoup parlé de précarité confrontés aux très belles photos des étudiants de la HEAD qui nous rappelaient de ne pas oublier le revers de la médaille qui existe à Genève : la précarité!

Ce qui m'a surtout frappé c'est la présence de plusieurs politiciens mais tous de gauche! Aucune représentation de la droite!

La gauche serait-elle plus sensible à la dualité de ces deux états qui sévissent dans notre ville au faste et au luxe ortentatoires?

La droite n'oserait-elle pas aborder ce sujet brûlant soulevé par cette exposition?

A vous de juger surtout en vous rendant à cette exposition exceptionnelle qui vous interpellera!

De plus si vous achetez le catalogue cette somme revient, dans sa totalité, à l'association PARTAGE.

Attention : vous allez, malgré vous, marcher sur des pastilles oranges pour les chômeurs,bleus pour les personnes dépressives et vertes pour ceux qui bénéficient de l'aide social...une idée originale des étudiants qui ont pioché les statistiques de la ville de Genève! Impressionant!

Béatrice Deslarzes

Présidente de la Fondation Bea pour Jeunes Artistes

Conseillère municipale verte à Veyrierfondation_bea_head_grand2.jpgfondation_bea_head_grand1.jpg

www.fondation bea.com

www.sig.ch

www.hesge.ch/head

 

 

 

 

10/06/2011

Art&Life

Allocution de Béatrice pour le festival Art&Life le 11 juin 2011

 

 

En 2003 j’ai créé avec mon compagnon Pierre Schaefer la Fondation Bea pour Jeunes Artistes.

Cette fondation m’apporte beaucoup de plaisir par les rencontres qu’elle occasionne surtout avec les jeunes artistes et elle demande aussi, comme présidente, pas mal de disponibilité pour les tâches administratives et sa représentation publique malgré son budget limité.

Ce contact régulier avec de jeunes artistes me permet de m’ouvrir vers d’autres horizons, en particulier musicaux, et de mieux comprendre les difficultés qu’un jeune musicien doit affronter dans le monde actuel.

Depuis sa création nous avons déjà soutenu plus d’une centaine d’artistes dans le domaine de l’art contemporain : musiques actuelles, arts visuels et nouveaux médias.

Lorsque Nicolas Baehler m’a contacté nous avons très vite été enthousiamés par ce petit festival qui de plus se fait en Valais et à Sion la capitale où je suis née.

Il y a encore une circonstance qui nous a fait accepter de soutenir les orchestres de cette petite scéne c’est que nous avons un très beau et très gros projet avec la ville de Sion.

La fondation Bea pour Jeunes Artistes a accepté de soutenir la nouvelle salle de musiques actuelles pour jeunes musiciens prévue non loin d’ici à Chandoline dont le projet est déjà bien avancé et dont la réalisation commencera très probablement encore cette année.

C’est un soutien important pour lequel la Fondation Bea pour Jeunes artistes a fait un gros effort financier dont je suis fière.

Je tiens à vous signaler également que nous avons un site mis à jour régulièrement sur lequel vous pouvez suivre toutes nos activités depuis 2003  et sur lequel vous trouverez aussi les conditions de soutien: www.fondationbea.com

Nous tenons à votre disposition une petite carte de présentation des buts de la fondation ainsi que son logo , son site et ses cordonnées bancaires si vous désirez lui apporter un soutien financier.

Je vous rappelle que nous sommes une fondation sans but lucratif ne recevant aucune subvention et alimentée financièrement uniquement par les deux fondateurs qui préférent passer leur temps à soutenir la création plutôt que de faire ce que j’appelle «  des croisières gériâtriques »

 

Je vous souhaite un bon festival. Mettez vous plein des oreilles de musique en écoutant les excellents groupes qu’ont choisis pour vous les organisateurs d’Art&Life.

Béatrice Deslarzes

Médecin et présidente de la Fondation Bea pour Jeunes Artistes.

www.fonadationbea.com

 

IMG_3986.jpg

12/08/2010

opulence et précarité

"Genève séduit de plus en plus les riches" titre la TDG d'aujourd'hui et cela me donne envie de vous parler du projet lancé par notre petite fondation : la Fondation Bea pour Jeunes Artistes.

Le but de cette fondation, dont je suis la fondatrice et la présidente, est de soutenir,comme son nom l'indique, des jeunes artistes tout au début de leur carrière en général à la sortie d'une école d'art ou en collaboration avec ces écoles en Suisse Romande.

En 2009 et à la suite du constat que Genève grouille de riches et vit dans l'opulence sans le plus souvent se rendre compte de l'immense précarité dans laquelle vit une certaine partie de la population, la Fondation Bea pour Jeunes Artistes collabore avec la Haute Ecole d'Art et de Design (HEAD) de Genève pour élaborer auprès des étudiants une série de diptyques photographiques illustrant le sujet de l'opulence et de la précarité; le but étant ensuite que le produit de la vente des photos reviennent à une institution caritative de Genève.

Les photos sont actuellement terminées et réunies dans un cahier édité par la HEAD qui sera  bientôt mis en vente en collaboration avec la Fondation Bea pour Jeunes Artistes au profit d'oeuvres de bienfaisance de Genève.

Avec ce projet nous avons un peu l'impression de contribuer à aider les plus démunis dans cette Genève qui chasse ses mendiants et accueille à bras ouverts les plus hauts revenus!

Béatrice Deslarzes

Médecin et présidente de la Fondation Bea pour Jeunes Artistes

www.fondationbea.com

 

 

17:01 Publié dans Politique | Tags : genève, mendiants, riches, fondation bea pour jeunes artistes, head, opulence, précarité | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | | |