15/02/2012

Assistance au suicide

En tant qu'ancienne vice-présidente d'Exit Suisse Romande à ses débuts et actuellement médecin conseil d'ExInternational,  je ne peux rester indifférente à la polémique qui entoure l'assistance au suicide dans le canton de Vaud.

Par son initiative Exit veut élargir tout simplement son intervention dans les EMS afin de permettre aux patients qui le désirent de mourir dignement si ils le décident comme ils en ont le droit à leur domicile que représente , à ce moment là, l'EMS où ils séjournent le plus souvent jusqu'à leur mort.

Le contre projet accepté par le Grand Conseil Vaudois est beaucoup trop restrictif et je veux ici vous en présenter ses effets pervers :

-Puisque dans ce contre projet c'est au médecin de l'établissement de prendre une décision c'est donc une sorte de mise sous tutelle du patient qui peut dépendre totalement de l'avis de ce mèdecin concernant l'aide au suicide.(pour ou contre)

-le fait qu'il doit y avoir une maladie incurable limite cette assistance pour les personnes souffrant d'une grande détresse morale et qui n'ont pas envie de choisir les soins palliatifs.

-Même si le Conseil Fédéral et le canton de Zürich ont décidé de ne pas légiférer le fait que le canton de Vaud décide de le faire peut avoir un effet domino pour les autres cantons

-et "the last but not the least" un retour en arrière quant aux progrés réalisés par Exit par la prise de pouvoir de l'Etat sur l'autodétermination du patient.

Par contre si le peuple vote l'initiative proposée par Exit c'est alors, ce que j'espère, encore un combat gagné en faveur de tous les patients pour le libre choix de leur mort.

Béatrice Deslarzes

Médecin et membre d'Exit

IMG_4691.jpg