15/06/2012

Mendicité

Aprés le ville de Genève celle de Lausanne veut restreindre au maximum la présence de mendiants sur leur territoire en particulier s'agissant des Roms.

Mesures qui, à mon avis, ne servent à rien et sont avant tout inhumaines.

Depuis toujours le rôle des pauvres est de demander aux riches une partie de leur biens car de toutes façons ces derniers en ont bien trop! En Suisse, nous en avons presque tous  bien plus que nécessaire.

Chaque fois que je croise un mendiant dans la rue j'ai plutôt envie de partager et la façon dont il nous dit merci fait chaud au coeur.

Il parait que se sont des réseaux un peu maffieux derrière cette mendicité. Si l'on sanctionne ceux qui mendient on ne touche pas la maffia qui pourrait les dirriger mais le mendiant lui-même qui sera doublement puni car il ne rapportera pas l'argent qu'il doit donner. Il y aura peut-être aussi des sanctions contre sa famille.

Pour ma part je n'est pas de  solution à ce problème mais je suis persuadée que la présence de ces mendiants dans les belles rues de nos deux capitales gênent avant tout les citadins suisses car cette vision les rend coupables face à la pauvreté en général et elle leur fait voir la fossé qui existe entre pauvres et riches. Elle souligne aussi l'énorme injustice qui existe dans notre monde capitaliste.

Béatrice Deslarzes

Médecin et conseillère municipale verte

 

 

 

25/01/2012

FEW

Aujourd'hui s'ouvre le Word Economic Forum "la grand-messe des puissants" comme le dit très justement la TDG de ce 25 janvier 2012.

Plein de dirrigeants de ce monde, des ministres de tous bords, des responsables politiques et économiques et, à ne pas oublier, de nombreuses stars qui ont les moyens de ce payer le WEF!

Mais que va faire tout ce beau monde si ce n'est parler, cogiter, échanger de belles paroles et surtout de belles promesses qui fort probablement n'auront pas beaucoup de résultats puisque la finance domine notre planète qui se détruit petit à petit en faisant fis des hommes qui y habitent.

J'ai même appris qu'à la bourse ce sont souvent des robots qui font le travail toujours dirrigé par le profit.

Les grandes industries s'approprient les terres et leur richesse au détriment des populations locales et ceci particulièrement dans les pays en voie développement qui deviennent de plus en plus pauvres.

Peuvent-ils compter sur le WEF pour améliorer la situation? Est ce que cette réunion des grands de ce monde va aboutir à un changement des mentalités pourtant nécessaires?

Si vous regardez dans la glace le mot WEF il apparaît le mot FEW ce qui peut vous donner un aperçu du résultat de ce grand meeting de Davos!

Béatrice Deslarzes

Conseillère municipale verte à Veyrier

www.bea-music.combea_signature2_pol_2011.jpg

 

30/11/2011

Luxe et Noël

Drôle d'idée de la TDG de parler des boutiques de luxe dans cette période avant Noël où la richesse et l'opulence sont déjà tellement présentes.

Chaque fois, à ce moment de l'année, je me demande pourquoi un tel faste doit-il se démontrer et scintiller de telle façon partout?Les rues de la ville de Genève brillent de mille feux avec leur magasins qui puent l'argent à la pelle et le capitalisme s'expose sans gêne même dans les recoins les plus cachés.

Cette exibition de notre prospérité et de notre fortune est-elle nécessaire? Pourquoi tenter la population et la pousser à consommer un maximum alors que bien souvent seuls les riches peuvent se le permettre? Comment pouvons-nous vivre dans un tel luxe alors que beaucoup d'autres sont dans la précarité?

Comment font les pauvres, qui ne mangent souvent même pas à leur faim devant un tel étalage de lumières et de marchandises les deux plus clinquantes l'une que l'autre? Comment peuvent-ils retenir leur envie de s'approprier toute cette richesse sans tenter d'en voler une toute petite partie? Cela doit être terriblement frustrant et surtout très triste de ne pouvoir y accéder!
Cette petite réfléxion pour nous rappeler qu'au lieu de s'acheter tous les cadeaux possibles, on peut aussi partager une petite partie avec ceux qui s'occupent  des plus démunis qui , malheureusement, sont nombreux à Genève.
Un tout petit pourcentage de nos dépenses pour les Associations caritatives ....même dans les boutiques de luxe!
Béatrice Deslarzes
Médecin et Musicienne