dignitas

  • Une histoire vraie

    Cela commence comme une histoire que l'on a de la peine à croire : une jeune femme de 55 ans atteinte d'un cancer du pancréas métastatique qui doit venir en Suisse depuis la France pour mourir dans la dignité avec une association d'aide au suicide parce que dans son propre pays cette aide est condamnable.

    Une opération chirurgicale importante , plusieurs traitements de chimiothérapie sans succés avec des douleurs insurmontables et tout cela pour finir avec une fin de vie plus qu'indigne dans un hôpital avec encore un traitement lourd et sans effet

    Avec beaucoup de courage et de détermination cette femme accompagnée de son mari aussi courageux qu'elle doivent faire un très long voyage pour accéder à ce qu'ils ont décidé ensemble comme ultime acte d'amour.
    Histoire vraie que vivent chaque semaine les associations d'aide au suicide comme Dignitas et Ex International qui acceptent ce soit disant tourisme de la mort mais combien digne et émouvant.
    C'est pourquoi le libre choix de sa mort est une ultime liberté qui doit être respecté même dans les EMS.Il faut donc voter OUI à l'initiative d'EXIT dans le canton de Vaud le 17 juin 2012.

    Béatrice Deslarzes

    Médecin conseil d'Ex-International

    www.exit-suisseromande.ch325582142.2.jpg

    Lien permanent Catégories : Politique 0 commentaire
  • Le choix de sa mort

    Deux articles m'ont interpellée l'un dans la TDG de lundi 15 aôut ,"Un médecin relance le débat sur l'euthanasie active"et l'autre dans le dernier Hebdo intitulé "Suicide en Suisse d'une star TV".

    Même si ces articles ne concernent pas exactement le même sujet,tous les deux rappellent le droit au choix de sa mort et soulèvent les diffèrences de loi qui existent dans les pays qui nous entourent.

    Ils soulignent aussi le courage d'une part du Dr.Nicolas Bonnemaison a Bayonne qui a "accéléré"le décés de quatre patients en fin de vie et d'autre part celui de Adi Talmor, le présentateur vedette israélien, qui,se sachant atteint d'un incurable cancer du poumon, s'est suicidé à Zürich avec l'aide de Dignitas.

    Espèrons que ces deux exemples feront avancer le problème de l'euthanasie active aussi dans notre pays et celui de l'assistance au suicide dans certains pays où il est interdit.

    L'assistance au suicide n'est pas condamnable en Suisse et c'est un bien puisque notre loi permet aussi aux étrangers de bénéficier de cet aide qui respecte leur choix même s'ils sont,malheureusement, forcés de voyager en Suisse pour réaliser leur ultime souhait. Ils peuvent donc faire appel à Dignitas et à Ex International puisque les associations pour le droit de mourir dans la dignité (Exit) tant Suisse Romande que Suisse Alémanique ne prêtent assistance qu'aux personnes résidants en Suisse.

    Au vue du veillissement de la population les problèmes de l'euthanasie et de l'assistance au suicide deviendrons de plus en plus d'actualité même si  l'on développe beaucoup les soins palliatifs qui ne solutionnent pas tous les cas et qui ne sont parfois que de l'acharnement thérapeutique.

    Béatrice Deslarzes

    Médecin conseil d'Ex International

    www.bea-music.com

     

     

     

     

  • Victoire

    Pendant que tout le monde et en particulier les média s'étalent sur la grosse bêtise commise ou pas par DSK, je ne peux résister à l'envie de parler d'une chose politiquement importante complètement évincée par cette actualité en dessous de la ceinture.

    Car nous avons largement gagné ce weekend lors de la votation à Zürich sur le maintien de l'assistance au suicide. La population à exprimé sa volonté en rejetant massivement (plus de 80%) les deux initiatives qui tentaient de l'interdire et dont le but était surtout d'agir contre Dignitas et le soit disant "Tourisme de la mort".

    Aujourd'hui je crie victoire au nom des associations Exit qui pourront continuer à apporter leur aide aux personnes qui désirent  mourir dans le dignité et le décident et ceci même pour les étrangers (voir à ce sujet mon blog précédent "La monnaie de la pièce").

    J'espère que cette votation influencera positivement les décisions qui pourraient se prendre au niveau Fédéral puisqu'il est question de r'ouvrir ce dossier délicat.

    Continuons à nous battre pour cette cause car la lutte n'est pas finie.

    Béatrice Deslarzes

    Médecin conseil d'Ex International et ancienne vice présidente d'Exit Suisse Romande

    www.bea-music.com

     

  • Ex International

    bea_signature_pol_2011.jpgHier soir dimanche dans "Mise au Point" on parle à nouveau d'assistance au suicide.

    Après l'Association Exit et Dignitas la télévision présente la petite association d'Ex International qui s'occupe aussi d'assistance au suicide pour les étrangers et dont je suis l'un des médecins conseil.

    Quelle ne fut pas ma surprise lorsque le reporter responsable de l'émission a interviewé l'écologiste vaudois Luc Récordon qui sans aucune hésitation a totalement reconnu que l'aide au suicide était une solution que la Suisse pouvait offrir aux étrangers. D'aprés lui c'est une sorte de privilège qu'il est normal que notre pays apporte aux étrangers puisqu'ils ne peuvent pas bénéficier de ces droits dans leur pays d'origine. Il a même rappeler qu'il n'y a pas si longtemps les suissesses pouvaient avoir recours à l'avortement dans des pays ou celui-ci était autorisé alors qu'en Suisse il était interdit.

    Je suis bien entendu totalement de l'avis de Luc Recordon et je le remercie pour tous les patients qui demandent cette assistance au suicide au nom du libre choix d'une mort digne.

    Les politiciens en général n'affichent pas aussi clairement leur opinion surtout dans un domaine qui engendre une telle polémique.

    Merci encore à lui et à tous ceux qui oeuvrent depuis des années pour le libre choix du patient.

    Béatrice Deslarzes

    Médecin-Conseillère municipale verte à Veyrier

    www.bea-music.com

     

  • Dignitas...dignité...

    Excellente émission hier soir jeudi de "Temps présent" sur la présentation de Dignitas et son activité comme association d'assistance au suicide en particulier pour les étrangers.

    Beaucoup de sobriété dans la façon de nous montrer, avec du tact, une partie du chemin de cette patiente qui en a assez de la vie qu'elle a et qui décide de demander à Digitas une assistance au suicide fixée le jour de son anniversaire.

    Belle philosophie que de prétendre qu'il faut du courage pour vivre et non pas pour décider de mourir.

    Récit plein d'émotions qui m'ont rappeler certains cas auxquels j'ai pu assister et qui étaient tous aussi plein de quiétude et de sérénité.

    Récit qui a réveillé en moi le combat que nous avons mené dans les années quatre vingt pour fonder Exit et lutter contre l'acharnement thérapeutique qui sévissait à l'époque et qui heureusement est un peu moins présent actuellement.

    Pourvu que ces progrès ne soient pas effacés par une soit-disant réflexion venant du Conseil Fédéral qui peut décider de remettre en cause tout ce travail accompli pour faire évoluer les mentalités vers plus de dignité du patient par le libre choix de sa mort.

    Je n'ai d'ailleurs pas baisser les bras parce que je ne suis plus dans le Comité d'Exit Suisse Romande mais je continue mon action au sein d'Ex International l'autre association qui permet l'assistance au suicide en Suisse pour les étrangers.

    Béatrice Deslarzes

    Médecin-Ex vice présidente d'Exit Suisse Romande-Médecin conseil d' Ex International

    www.bea-music.com